La version bis de l’Espagne boucle une phase de poules parfaite contre l’Albanie

by | Jun 25, 2024 | Sports

But : Torres (13e)

La marche était trop haute. L’Albanie était condamnée à battre l’Espagne pour espérer rallier les huitièmes de finale. L’exploit n’a pas eu lieu pour les hommes de Sylvinho (0-1). Malgré les dix changements opérés par Luis de la Fuente dans son onze de départ (avec Laporte comme seul rescapé du match contre l’Italie), la version bis de la Roja a maîtrisé les débats. Ferran Torres a concrétisé cette domination pour inscrire son troisième but à l’Euro, après ceux inscrits contre la Slovaquie et la Croatie en 2021. Il aura l’occasion d’augmenter son total dès dimanche en huitièmes de finale. Mais cette fois, ce sera plus probablement en sortant du banc.

Maréchal Ferran

Les Aigles ont vite affiché leurs intentions, et le capitaine ibérique Jesús Navas en a fait les frais en subissant une faute au bout de… 10 secondes de jeu. Mais même remaniée, la Roja n’a pas eu besoin de forcer pour mettre son adversaire en difficulté. Bien servi par Navas, Mikel Merino a obligé Thomas Strakosha à une parade délicate au sol (12e). Joselu a maintenu la pression en armant une tête décroisée au point de penalty, sans cadrer néanmoins (12e). La défense albanaise a craqué dans la foulée : trouvé par Dani Olmo dans l’intervalle, Ferran Torres s’est échappé dans le dos de Mario Mitaj et a parfaitement placé son ballon du plat du pied pour débloquer le match avec l’aide du poteau (0-1, 13e). Le troisième but du gaucher blaugrana à l’Euro, après ceux inscrits contre la Slovaquie et la Croatie en 2021.

Désormais l’Espagnol le plus âgé à jouer un tournoi majeur, à 38 ans et 216 jours, Navas s’est montré à son avantage sur son côté et a offert une nouvelle balle de but, cette fois à Olmo, contré au moment d’armer sa frappe en pivot (36e). Grimaldo a lui aussi joué son rôle à gauche en distillant un bon centre pour Torres, qui a placé son coup de boule au-dessus (41e), puis en trouvant Merino qui, seul dans la surface, a vu sa reprise s’envoler (44e). David Raya, qui avait débuté en sélection il y a deux ans contre l’Albanie, déjà, s’est tranquillement tourné les pouces, puisque les Aigles sont restés 45 minutes sans tirer au but. Jusqu’à ce que Kristjan Asllani chauffe enfin ses gants, pour le plaisir de la marée rouge venue garnir la Merkur Spiel-Arena (45e).

Gestion-réponse

Grimaldo, encore lui, a relancé les débats en brossant un centre parfait pour Joselu, tout proche de signer l’un des buts du tournoi avec une reprise acrobatique zlatanesque venue mourir à quelques centimètres du montant (47e). L’un des rares frissons de ce deuxième acte. L’Albanie a cru à l’égalisation lorsque le coup franc joué rapidement par Asllani a trouvé Armando Broja dans la surface, mais la main ferme de Raya s’est opposée à sa frappe en première intention (64e). L’attaquant formé à Chelsea a réessayé, dans un périmètre serré, d’un petit coup de patte dont Raya a néanmoins pu se saisir (90e+2). Pour le reste, l’Espagne a tricoté et le jeune Fermín López a pu honorer sa deuxième cape. En pantoufles ce lundi soir, la Roja n’a plus qu’à attendre de connaître l’identité du troisième de groupe qui l’affrontera dimanche dans l’arène de Cologne. Promise à l’enfer dans le groupe de la mort, l’Albanie, courageuse, quitte la compétition avec un point pris contre la Croatie et deux défaites étriquées face aux favoris italien et espagnol. La tête haute.

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne