Emmanuel Macron dissout l’Assemblée nationale après la victoire du RN aux élections européennes

by | Jun 10, 2024 | Edito, Monde

La liste de la majorité présidentielle a été très largement battue par celle du Rassemblement national lors du scrutin des élections européennes. Le chef de l’État a décidé de convoquer de nouvelles élections législatives, le 30 juin et 7 juillet.

Un coup de tonnerre, une première depuis 1997. Emmanuel Macron a décidé de dissoudre l’Assemblée nationale à la suite de la large défaite encaissée par son parti aux élections européennes ce dimanche, a-t-il annoncé dans la soirée.

« Ce n’est pas un bon résultat pour les partis qui défendent l’Europe. (…) Je ne saurais donc faire comme si de rien n’était », a indiqué le chef de l’État dans une allocution annoncée juste avant 20 heures et prononcée peu après 21 heures.

La liste conduite par Valérie Hayer a obtenu 15,2 % des voix, contre 31,5 % pour celle du Rassemblement national, d’après une première estimation de l’institut Ipsos. Il y a cinq ans, l’écart entre les deux organisations politiques était d’à peine un point.

« Après avoir procédé aux consultations prévues à l’article 12 de notre Constitution, j’ai décidé de vous redonner le choix de notre avenir parlementaire par le vote. Je dissous donc ce soir l’Assemblée nationale, a déclaré le chef de l’État lors de son allocution. Je signerai dans quelques instants le décret de convocation des élections législatives qui se tiendront le 30 juin pour le premier tour et le 7 juillet pour le second ».

« Une fièvre s’est emparée du débat public »

« La montée des nationalistes et des démagogues est un danger pour notre nation mais aussi pour notre Europe, pour la place de la France en Europe et dans le monde », a-t-il ajouté. « Oui, l’extrême droite, c’est à la fois l’appauvrissement des Français et le déclassement de notre pays », a-t-il affirmé. « À cette situation s’ajoute une fièvre qui s’est emparée ces dernières années du débat public et parlementaire dans notre pays ».

« Or, aujourd’hui, les défis qui se présentent à nous, qu’il s’agisse des dangers extérieurs, du dérèglement climatique et de ses conséquences ou des menaces à notre propre cohésion, ces défis exigent la clarté dans nos débats, l’ambition pour le pays et le respect pour chaque Français », a-t-il conclu. Sur Twitter, Emmanuel Macron a ensuite reconnu qu’il s’agissait d’une « une décision grave, lourde ».

Des discussions à gauche en vue de l’unité ?

Durant la campagne ces dernières semaines, la tête de liste du RN Jordan Bardella avait martelé à plusieurs reprises qu’il réclamerait une dissolution en cas de victoire, qui faisait peu de doute au vu des sondages. « L’écart inédit traduit un désaveu cinglant et un rejet de la politique conduite par Emmanuel Macron. Il ne peut rester sourd », a-t-il encore martelé ce dimanche soir. Marine Le Pen a elle affirmé que le Rassemblement national était « prêt à exercer le pouvoir » à l’issue des élections législatives convoquées les 30 juin et 7 juillet.

En face, le secrétaire national du PCF Fabien Roussel a lui appelé les partis de gauche à travailler à un « pacte pour la France » pour les législatives de juin alors que la tête de liste des Ecologistes aux européennes Marie Toussaint a annoncé des « discussions très certainement dans les heures qui viennent » entre les partis de gauche.

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne