Budget 2024-2025 : Dr Renganaden Padayachy : « Dans la continuité de la philosophie de ce gouvernement, le Budget 2024-2025 est un Budget d’union, d’inclusion et d’ambition »

by | Jun 22, 2024 | Actualités, Economie, Politique

  • « À travers ce Budget, nous protégeons la population, lui donnons les moyens de prospérer et de réussir et lui redistribuons les fruits du labeur collectif »

 

  • « Nous n’abandonnerons pas les personnes âgées, les invalides, les orphelins et les veuves comme l’avait fait le parti travailliste en leur donnant les miettes du gâteau avec une pension à Rs 3 643 »

Lors de son‘summing-up’, le ministre des Finances, de la Planification économique et du Développement, le Dr Renganaden Padayachy, a d’abord déclaré qu’au cours des cinq dernières années, la préparation et l’implémentation des budgets successifs ont été une tâche considérable pour le gouvernement de Pravind Jugnauth, les institutions publiques et l’ensemble des officiers auxquels il a rendu hommage dont Dev Manraj  (voir plus loin)

L’impact de la pandémie Covid-19

Metttant l’accent sur le budget, le Dr Renganaden Padayachy a laissé entendre qu’au moment de l’investiture de ce gouvernement, en novembre 2019, nous étions loin de nous douter de ce qui se profilait à l’horizon. « mais la Covid 19, a fait son apparition. Une catastrophe sanitaire qui a anéanti des millions de vies sur terre, détruit d’innombrables familles et mis un terme à des années et des années de progrès continu. Au niveau international, il est estimé que ce sont 3 années defforts vers l’éradication de l’extrême pauvreté qui sont tombés à leau. L’ampleur de la pandémie ne doit pas être sous-estimée que ce soit en termes médicaux mais aussi économiques et sociaux. Selon la Banque mondiale, environ 97 millions de personnes supplémentaires vivent avec moins de 1,90 dollar par jour à cause de la pandémie. Ce à quoi s’ajoutent 163 millions de personnes supplémentaires qui vivent depuis avec moins de 5,50 dollars par jour. La Covid-19 a ainsi tristement fait passer le taux de pauvreté mondial de 7,8% à 9,1 %. Et pourtant, ici à Maurice, nous n’avons jamais fléchi dans notre détermination », dit-il.

Le Grand argentier a souligné que ‘nous n’avons pas renoncé à la promesse que nous avons faite à la population lorsque nous nous sommes engagés dans l’arène pendant les élections. « Nous avions pris l’engagement d’améliorer la qualité de vie des Mauriciens, de réduire les inégalités et de faire de Maurice un pays plus prospère, plus juste, plus moderne et plus sûr. Si le mandat du gouvernement actuel a été marqué par des chocs externes d’une ampleur inimaginable, ce qui est resté constant, c’est notre vision de faire triompher la population», a-t-il ajouté.

Moyens de subsistance

Le ministre des Finances a également indiqué que le gouvernement a fait le choix stratégique de se tenir aux côtés de sa population et de ses entreprises.      « Toute ma vie je me souviendrai de ce moment de bascule, un 20 mars 2020, où j’ai reçu l’appel d’un haut représentant du secteur privé m’annonçant que les salaires du mois ne pourraient pas être versés. Laisser les familles mauriciennes sans salaires à la fin du mois et les entreprises sans cash-flow n’était pas une option envisageable pour ce gouvernement. Nous sommes alors intervenus pour éviter que les moyens de subsistance de la population ne tombent à zéro du jour au lendemain. En 48h à peine, nous avons mis en place le Wage Assistance Scheme et le Self-Employed Assistance Scheme, qui ont bénéficié à plus de 500 000 personnes », a-t-il précisé.

Banque de Maurice

Il a également expliqué que la Banque de Maurice, grâce aux réserves du pays, a soutenu nos industries d’importance systémique en incorporant la MIC. En allouant 32 % de notre PIB au sauvetage du pays, comme l’indique la Banque mondiale, nous avons ainsi évité les défauts de paiement, les faillites en cascade et une augmentation du chômage. Nos efforts continus en faveur de l’intégration et de la résilience économique sont illustrés par le taux de chômage le plus bas enregistré depuis 27 ans l’année dernière », a déclaré le Dr Renganaden Padayachy.

Le Grand argentier a également souligné que la présentation d’un budget national n’est pas un exercice isolé du monde extérieur. Axant son intervention sur la conjoncture économique, il a affirmé que «Ce budget est le résultat d’un travail de fond engagé sous la direction du Premier ministre. Ce budget est la somme de toutes nos actions, dont l’impact est considérablement plus grand que la somme de ses parties ».

Soutien indéfectible du Premier ministre

Le Dr Renganaden Padayachy a remercié le Premier ministre pour sa vision humaniste, sa confiance inébranlable et son soutien indéfectible tout au long du mandat. « Nous devons beaucoup à ce Premier ministre qui a complètement repensé le sens de l’action publique au service de la population. Alliant la grandeur d’esprit à la grandeur de cœur, il a fait du progrès social le moteur de la croissance économique », a-t-il souligné.

Critiquant l’Opposition, le ministre des Finances a déclaré : « Agiter le chiffon rouge sur l’inflation, la dette et la roupie, avec beaucoup d’amateurisme voire de mauvaise foi, a été leur seul recours contre cette vague orange qui a produit les résultats escomptés. La plupart des membres de l’Opposition se sont malheureusement lamentés de façon répétée sur des termes généraux sans aucune recommandation crédible ou analyse solide ».

 Philosophie du gouvernement

Par ailleurs, le Grand argentier a fait comprendre que dans la continuité de la philosophie de ce gouvernement, le Budget 2024-2025 est un budget d’union, d’inclusion et d’ambition. « À l’opposé de cette approche humaniste, l’Opposition a critiqué sans retenue et sans honnêteté intellectuelle chacune des mesures en faveur de la population. Comme s’ils avaient fait mieux lorsqu’ils étaient au pouvoir. Ils avaient adopté les idées et les fondamentaux de l’ultralibéralisme et de l’antisocial avec une violence extrême envers les travailleurs, mauriciens ou étrangers, envers les personnes âgées, envers les plus démunis, envers les plus vulnérables, envers les orphelins, envers les handicapés, envers les sans voix », a-t-il souligné.

D’autre part, l’orateur a affirmé que les travailleurs ont été mis à genoux et que les puissants ont été enrichis de manière inexorable, sans une once de cœur ou de valeurs. « Je ne sais pas ce qu’est la société. Le déni de la société. Voilà ce qu’est le Parti Travailliste », a-t-il déclaré.

 Bilan

Le Dr Renganaden Padayachy a également souligné que la dette publique, dont ils parlent si souvent, a pourtant augmenté de 84 % pendant leur mandat. «. Lorsqu’ils sont arrivés au pouvoir en 2005, le taux d’épargne était de 22,6 %. À la fin de leur mandat en 2014, ce taux était tombé à 13,8 %, signe que les Mauriciens s’étaient appauvris. Le taux d’investissement est passé de 21,5 % du PIB en 2005 à 18,5 % du PIB en 2014, signe que les entreprises avaient perdu confiance. Le taux de chômage était de 7,8 % en 2014 et le chômage des jeunes de 25,4 %, signe que le manque d’opportunités d’emploi pour les Mauriciens les avait poussés à quitter le pays. Le fameux exode des cerveaux dont ils sont à l’origine. Les réserves officielles en devises étrangères n’étaient que de 3 milliards de dollars, soit une maigre couverture d’importations pour 6 mois, signe de l’échec de leur gestion économique et monétaire. Saviez-vous que la croissance sous les travaillistes était principalement due à la consommation ? En 2014, la consommation représentait 87,3 % du PIB », a-t-il affirmé.

Roupie mauricienne

Et d’ajouter : « Que dire de leur soi-disant politique de la roupie forte ? Elle n’a fait qu’augmenter l’inflation. On se souvient qu’en 1980, alors que le dollar était à 7,60 roupies, l’inflation était de 42 %. La roupie surévaluée n’a en rien contenu l’inflation. Car, à ma connaissance, seule une poignée de Mauriciens déjà fortunés avait un intérêt personnel pour une roupie surévaluée. Ce sont ceux qui pensent en dollars américains ou en livres sterling plutôt qu’en roupies mauriciennes. Je vous l’accorde, ils sont aussi peu nombreux qu’égoïstes. Cette dictature de la roupie forte a pourtant été critiquée à maintes reprises. Je le répète, une roupie surévaluée n’a aucun sens pour la grande majorité de la population. Elle n’a de sens que pour les quelques privilégiés qui achètent des Rolls Royce en Angleterre », a déclaré le ministre des Finances, soulignant que la folie de la roupie forte n’est rien d’autre qu’une politique économique et monétaire ultralibérale, inégale et déséquilibrée. De nombreux rapports, y compris celui du FMI, ont indiqué que la surévaluation de la roupie était un risque pour l’économie mauricienne. Et ils avaient raison. Car c’est bien cette politique de la roupie surévaluée qui a entraîné l’inflation d’une roupie surévaluée qui a apporté l’inflation ».

Inflation

Le Dr Renganaden Padayachy a également déclaré que l’inflation n’avait jamais été aussi élevée que sous les travaillistes : « Les arguments qu’ils ont avancés sont la raison pour laquelle ils ont été relégués dans l’Opposition pendant une décennie ».

Incohérents, inconsistants et démagogiques

Ces chiffres sous l’ancien régime

Le Dr Renganaden Padayachy a rappelé que sous l’ancien régime,

En 2005 (Rs)        En 2014 (Rs)        %

Le Pain Maison             1.35                      2.70                      +100

La Farine(kg)                5.50                      11.70                    +113

Bonbonne Gaz 12kg      214                       330                       +54

Lait en poudre(kg)        100                       210                       +108

Lentilles(kg)                  12.70                    26.10                    +106

Riz Ration                     7.00                      10.80                    +54

Mines en sachet             4.40                      7.32                      +67

Bœuf congelé(kg)          124                       240                       +93

Mouton congelé(kg)      151                       307                       +103

Poulet congelé(kg)         67                         142                       +111

Bœuf frais (kg)              183                       379                       +107

Poisson congelé             75                         172                       +129

Poisson salé          146                       276                       +88

Sardines                        15                         25                         +66  

Thon (2006)                  14.50                    44.9                      +210

Huile de cuisson (L)       30.80                    51.30                    +66

Petit Pois                       15.05                    33.85                    +125

Sel (kg)                          10.43                    15.40                    +47%

Fromage                        39.00                    68.90                    +76

Sucre (kg)                      5.08                      30.20                    +494

Essence(L)                     25                         49.50                    +98

Diesel(L)                        17.25                    41.17                    +140

 

Il a également souligné qu’à l’époque, de nombreux employés gagnaient moins de 1 500 roupies par mois, qu’il n’y avait pas de salaire minimum, ni de revenu garanti, ni d’allocations mensuelles aux ménages, et que les compensations salariales étaient bien maigres. Avec 170 roupies de compensation en 2006, et une inflation de 8,9 %, la situation était difficile. En 2007, avec 135 roupies de compensation et une inflation de 8,8 %, la pression sur les travailleurs était encore plus forte. La vie des Mauriciens était alors difficile, face à des augmentations de prix injustifiées qui appauvrissaient les plus démunis. Malgré cela, de nombreux membres de l’opposition ont parlé de la qualité de vie des Mauriciens en 2024. Entre 2006 et 2014, quelles actions ont-ils menées ? Ils ont créé une inflation de plus de 62 %. Leur discours sur la roupie surévaluée n’a-t-il pas contribué à appauvrir les Mauriciens ?

 

 

Le ministre des Finances a aussi indiqué : « Alors que le pays n’était confronté à aucune crise, l’ancien gouvernement a créé une inflation de plus de 62 %. Ils resteront dans l’histoire comme le régime ayant entraîné le plus haut niveau d’inflation cumulée, surpassant de 20 points de pourcentage l’inflation mondiale à l’époque. Leur héritage est lourd. En parlant de la consolidation de l’État-providence, de l’éducation gratuite et des pensions universelles, Renganaden Padayachy a souligné que l’ancien régime a agi de manière contraire pendant son mandat entre 2005 et 2014.

Mesures budgétaires

L’intervenant a aussi soutenu qu’avec humilité et reconnaissance, nous avons été profondément touchés par l’accueil que la population, de tous bords et de toutes classes, a réservé à ce Budget. Il a ainsi souligné l’importance de l’introduction d’un Revenu minimum garanti à Rs 20 000 roupies par mois, la hausse du montant de la Child Allowance à Rs 2 500 par mois pour les enfants de 0 à 3 ans, l’introduction de la School Allowance à 2 000 roupies par mois pour les enfants de 3 à 10 ans, la mise à disposition d’un package mensuel de données mobiles pour les 18-25 ans, la double revalorisation des pensions de base à 14 000 roupies puis à 15 000 roupies dès le 1er janvier 2025 ou encore l’introduction de l’Allocation d’égalité des chances de 2 000 roupies par mois pour les foyers vulnérables.

Ces mesures changent la vie, elles donnent du sens à la vie, a-t-il lancé. « À travers le Budget 2024-2025, les travailleurs, les personnes âgées, les femmes, les jeunes, les personnes handicapées et les malades, tous ont reçu le soutien et l’attention qu’ils méritent de la part de ce gouvernement. Leur confiance est notre plus beau faire-valoir. Les opérateurs économiques et les représentants de la société civile n’ont pas été en reste et nous les remercions de leur soutien suite à la présentation du Budget 2024-2025 », a-t-il souligné.

Puis, il a souligné que l’investissement total a augmenté de 30,9 % en 2023, contre 7,8 % en 2022, suite à une croissance de 20,3 % de l’investissement privé et de 73,5 % de l’investissement public. De plus, les entrées de FDI pour 2023 se sont élevées à 37,0 milliards de roupies, dépassant le précédent record de 33,5 milliards de roupies enregistré. Pour 2024, nous prévoyons que les FDI dépassent les 40 milliards de roupies. En outre, les exportations de biens et de services ont augmenté de près de 9 % en 2023 pour atteindre 347 milliards de roupies. Enfin, le taux de chômage à la fin de 2023 s’élevait à 6,1 %, contre 6,8 % à la fin de 2022, soit le taux le plus bas depuis plus de 25 ans.

La croissance du PIB mondial en 2023 est estimée à 3,2 % par le FMI et à 2,6 % par la Banque mondiale, et devrait se poursuivre au même rythme en 2024. Pour l’avenir, les deux institutions prévoient que Maurice maintiendra sa forte trajectoire de croissance, surpassant les tendances mondiales et régionales au cours des trois prochaines années.

De plus, dit-il, le FMI a aussi salué le renforcement du cadre de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme et a encouragé la poursuite de ces progrès conformément aux engagements de ce gouvernement.

Il a aussi parlé de nombreuses mesures positives, incluses dans le budget, y compris l’introduction de la Corporate Climate Responsibility et du Climate and Sustainability Fund pour soutenir les initiatives nationales.

Tout en mettant l’accent sur le pouvoir d’achat, le Grand argentier a réfuté les déclarations et lancé des critiques virulentes contre Shakeel Mohamed, Arvin Boolell, Osman Mahomed et Joana Berenger.

Confiance du peuple mauricien :

Lors de son discours, il a souligné : « Avec la confiance du peuple mauricien, nous, gouvernement de tous les Mauriciens, nous n’appauvrirons pas les plus vulnérables comme l’avait fait le parti travailliste en surévaluant artificiellement la roupie au détriment de la production locale. Nous n’abandonnerons pas les personnes âgées, les invalides, les orphelins et les veuves comme l’avait fait le parti travailliste en leur donnant les miettes du gâteau avec une pension à 3 643 roupies. Nous ne créerons pas un terrain favorable à la montée des inégalités comme l’avait fait le parti travailliste en octroyant le fameux stimulus package qui n’a servi qu’à enrichir les riches. Nous n’arracherons pas le pain de la bouche des écoliers comme l’avait fait le parti travailliste en voulant leur confisquer ce dû. Nous continuerons d’augmenter le pouvoir d’achat des ménages en apportant un soutien financier concret par des allocations et une compensation salariale conséquente. ».

Le ministre des Finances a conclu en disant ceci : « À travers ce budget, nous protégeons la population. Nous lui donnons les moyens de prospérer et de réussir. Nous redistribuons les fruits du travail collectif. Nous offrons les opportunités dont elle a été trop longtemps privée. Nous rétablissons ainsi l’équité, au nom de la solidarité, du progrès et de la justice sociale ».

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne