Baisse notable des nouvelles infections de VIH au Sénégal : le point santé hebdomadaire

by | Jun 4, 2024 | Monde

Dans l’actualité santé en Afrique cette semaine : l’OMS adopte un nouveau cadre stratégique pour combattre le mpox ; au Nigeria les cas de fièvre de Lassa continuent ; au Sénégal, on célèbre les succès des efforts nationaux contre le VIH/SIDA, avec une baisse significative des nouvelles infections. Parallèlement, la Guinée a franchi un pas vers l’autonomie vaccinale, en adhérant à l’Initiative pour l’Indépendance Vaccinale, tandis que le Cameroun commémore les cinquante ans de son Programme élargi de vaccination, un pilier dans la réduction de la mortalité infantile et néonatale.

Mpox : l’OMS adopte un nouveau cadre stratégique

En matière de lutte contre le mpox (monkeypox ou variole simienne), l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié le 24 mai dernier un cadre stratégique pour la période 2024-2027. Ce nouveau document, destiné aux autorités sanitaires, communautés et autres parties prenantes, vise notamment à éliminer la transmission interhumaine et à réduire la transmission de l’animal à l’humain. Rappelons que la variole simienne, causée par l’orthopoxvirus simien (MPXV), se manifeste par une éruption cutanée douloureuse, un gonflement des ganglions lymphatiques et de la fièvre, avec des formes graves qui peuvent survenir. Le virus, dont les clades I et II ont des degrés de mortalité différents, se transmet par contact étroit, incluant le contact sexuel, et possède des réservoirs animaux en Afrique.

Nigeria : nouveaux cas de Lassa

En Afrique de l’Ouest, le Centre nigérian de contrôle et de prévention des maladies (NCDC) a signalé une recrudescence de la fièvre de Lassa, avec 14 nouveaux cas et un décès

recensés entre le 6 et le 12 mai 2024, dans les États de Bauchi, Edo et Ondo. Le directeur général du NCDC, Dr. Jide Idris, a souligné que la maladie virale hémorragique, principalement transmise par les rongeurs, a majoritairement touché des individus âgés de 31 à 40 ans. Notons que cette année, la fièvre de Lassa a été détectée dans 28 États sur 36 au Nigeria, affectant 125 zones administratives. Les trois États mentionnés totalisent 64 % des cas.

Sénégal : succès du programme de lutte contre le VIH/SIDA

Au Sénégal, on se réjouit du succès des stratégies de lutte contre le VIH/SIDA, avec une réduction significative du nombre de nouvelles infections, passant de 5000 cas annuels à 900. C’est ce qu’a révélé le Professeur Cheikh Tidiane Ndour, chef de la division de lutte contre le SIDA et les IST au ministère de la Santé et de l’Action Sociale. L’annonce a été faite lors d’un atelier à Saly (Mbour, Ouest) le lundi 27 mai 2024. « La prévalence est faible dans la population générale ; nous sommes à 0,3 %, alors qu’elle atteint 25 % chez les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes. […] Et ainsi, le nombre de nouvelles infections diminue progressivement d’année en année,” a-t-il indiqué.

Selon le Professeur Serge Paul Eholié, président du réseau africain des praticiens luttant contre le VIH et les IST, les infections sont désormais plus fréquentes chez les adolescents, en particulier les jeunes filles, tandis que chez les adultes, l’épidémie tend à se stabiliser avec de moins en moins de nouvelles infections. Les experts ont également souligné l’importance du dépistage précoce et du traitement antirétroviral, ce dernier permettant aux personnes traitées de ne plus transmettre le virus. L’objectif pour 2030 est d’éradiquer le SIDA, rappelle Dr Eholié.

 

La Guinée a adhéré à l’Initiative pour l’Indépendance Vaccinale

La Guinée renforce son autonomie en matière de vaccination, en adhérant à l’Initiative pour l’Indépendance Vaccinale. Cette initiative, ratifiée le 24 mai 2024, vise à permettre à la Guinée de mieux gérer ses ressources vaccinales pour garantir un accès continu à des vaccins de qualité. La cérémonie de signature a vu la participation du Premier ministre et des ministres de la Santé, du Budget, et de l’Économie et des Finances, soulignant l’importance stratégique de ce partenariat pour la sécurité sanitaire du pays. « Désormais, les enfants de ce pays seront vaccinés… Je suis heureux de savoir qu’aucun enfant ne souffrira d’un handicap ou ne sera enterré simplement parce que les responsabilités n’ont pas été assumées, » selon Dr. Oumar Diouhé Bah, ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique. L’initiative est vue comme une réponse proactive aux défis de la vaccination en Guinée, où 22 % des enfants entre 12 et 23 mois n’ont reçu aucun vaccin principalement à cause des ruptures d’approvisionnement. Cette adhésion a été réalisée notamment avec le soutien de l’UNICEF.

Cameroun : les 50 ans du Programme élargi de vaccination

Le Cameroun célèbre le cinquantenaire de son Programme élargi de vaccination (PEV), et ses succès dans la lutte contre la mortalité infantile. Selon Tchokfe Shalom Ndoula, Secrétaire permanent du PEV, dans une récente intervention, depuis sa création, le Programme a significativement contribué à la réduction de la mortalité chez les jeunes enfants, en employant des stratégies de vaccination soutenue et en engageant toutes les strates de la communauté.

« Pour nous, en 50 ans, ce sont vraiment des résultats significatifs et nous pensons que le cinquantenaire du PEV a aussi contribué à la baisse de la mortalité infantile et néonatale au Cameroun, » a déclaré ce médecin. Le PEV a non seulement éradiqué la variole, mais a aussi éliminé le tétanos néonatal et contrôlé des maladies telles que la rougeole et la poliomyélite. Actuellement, le PEV se heurte à la montée de l’hésitation vaccinale, un nouveau défi qu’il s’apprête à relever par des campagnes de sensibilisation accrues, ajoute-t-on.

 

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne