Les calculs trompeurs d’OXFAM

by | Mar 13, 2024 | Economie, Opinion

Comparer les fluctuations boursières des grandes fortunes avec la richesse cumulée des 5 milliards d’êtres humains les plus pauvres est malhonnête.

La sortie du rapport annuel d’OXFAM était attendue. Au mois de janvier, l’ONG créée en Grande-Bretagne remet traditionnellement ses conclusions sur les écarts de richesse dans le monde. Cette année, OXFAM a constaté que la richesse cumulée des cinq personnes les plus fortunées s’élevait en 2023 à 869 milliards contre 405 milliards en 2023. Dans le même temps, les 5 milliards de personnes les moins riches auraient perdu 20 milliards de dollars. Pour remédier à la pauvreté, OXFAM n’envisage qu’une seule solution : la redistribution des fortunes des plus riches par l’instauration de nouvelles taxes. Porte-étendard de l’idéologie de la décroissance, OXFAM nous trompe et se trompe.

 

Le premier reproche que l’on peut formuler à l’égard du rapport « Multinationales et inégalités multiples » est le suivant : son analyse sur l’accroissement des richesses sur la seule période allant de l’année 2020 à l’année 2023. Le biais est évident, 2020 étant le point de départ de la pandémie de coronavirus qui a perturbé les principaux marchés boursiers mondiaux et faussé la valeur de nombreuses actions cotées. En toute logique, la valeur du patrimoine capitalistique des cinq plus grandes fortunes mondiales a considérablement augmenté sur la période parce que la bourse a corrigé les baisses artificielles provoquées par la pandémie. Ajoutons aussi que la notion de fortune est par nature fluctuante, dépendante de la confiance que placent les marchés dans les actions TESLA ou LVMH, mais aussi du contexte macroéconomique mondialisé. Ce sont donc des fortunes théoriques, et non des fortunes dont les grands capitaines d’industrie peuvent disposer comme bon leur semble.

 

L’autre aspect étonnant du rapport est qu’il a pour la première fois utilisé comme critère de comparaison les « cinq milliards de personnes les plus pauvres », alors qu’il traitait naguère des personnes en état d’extrême pauvreté. Et pour cause, l’extrême pauvreté a reculé sur la période. En février dernier, l’Institut économique Molinari dévoilait d’ailleurs des erreurs majeures dans la méthodologie d’OXFAM, accusée de mal définir la notion de richesse comme celle de pauvreté tout en proposant des solutions inefficaces voire dangereuses :

 

« Pour mesurer l’évolution des inégalités, Oxfam reprend les chiffres du « Global Wealth Databook » publiés chaque année par le Crédit suisse. Dans ce rapport, la richesse nette d’un adulte se définit comme la somme de ses actifs financiers (actions, comptes bancaires etc.) et non financiers (principalement ses biens immobiliers), déduction faite de ses dettes. Avec un tel raisonnement, les chiffres d’Oxfam deviennent tout simplement ubuesques : à les croire, 22 % des adultes vivant aux États-Unis (55 millions) et 14 % de ceux vivant en France (7 millions) appartiendraient au groupe des 10 % les plus pauvres de la planète. Il y aurait même plus de pauvres aux États-Unis, en France, ou en Suisse qu’en Afghanistan, en Syrie ou en Érythrée ».

 

Comparer les fluctuations boursières des grandes fortunes avec la richesse cumulée des 5 milliards d’êtres humains « les plus pauvres » est intellectuellement malhonnête. Ce qui l’est plus encore, c’est de conclure des données de la période 2020-2023 qu’« il faudra plus de deux siècles pour mettre fin à la pauvreté » en sous-entendant que les plus riches empêchent les moins aisés d’accéder à la prospérité. La réalité est autre, comme le montre l’étude de l’évolution des fortunes depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

 

La pauvreté dans le monde n’a cessé de reculer depuis 1945. Au sortir de la guerre, les pays asiatiques étaient les plus pauvres du monde. Coréens ou Singapouriens vivaient plus que chichement, ils étaient misérables. Un peu plus tard, dans les pays qui ont été livrées à la doxa communiste, à l’image de la Chine qui a dû attendre les années 1980 pour entamer sa transition économique. En 40 ans, les Chinois sont sortis de l’extrême pauvreté. Alors qu’ils étaient près de 90 % au début des années 1980 à souffrir de cette situation, ils ne sont plus que 1 % de nos jours. Il n’y a plus de famines en Chine. Pourtant, il y a désormais 562 milliardaires au pays des Mandarins. Ont-ils empêché leurs concitoyens de sortir de la pauvreté ? À l’évidence, non.

 

Le seul vecteur de la création de richesses est la croissance économique. Elle obéit à des lois mathématiques et non à des chimères éthiques. Du reste, les pays qui n’ont pas de fortunes privées, à l’image des pays communistes, appartiennent toujours au bataillon des plus pauvres. Ils ne sont guère plus égalitaires que les « pays du nord », les possédants s’y trouvant parmi les élites politiques locales qui préemptent à leur seul profit les rares ressources locales.

 

Au rayon des solutions, OXFAM s’entête dans l’erreur. Le discours mêle décroissance et taxation. Un curieux paradoxe. Comment un État pourrait-il taxer des entreprises qui ne génèrent plus de revenus ? On croirait entendre le député Antoine Léaument qui a proposé à l’Assemblée nationale de « tout prendre au-dessus de 12 millions d’euros dans les successions ». Une mesure totalitaire et confiscatoire qui aurait pour seul effet d’appauvrir grandement la France en provoquant une fuite massive de capitaux. Cela enrichirait plus le Portugal et la Suisse que nos compatriotes. Que certaines fortunes nous donnent le vertige est parfaitement normal, mais la réalité est que l’enrichissement des plus gros coïncide avec celui des plus petits.

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne