Independence Day…Réflexion après 56 ans sur les défis à venir

by | Mar 12, 2024 | Actualités, Politique

Parmi le changement climatique, la sécurité alimentaire, la production agricole, la réforme agraire, la valorisation des œuvres artistiques entre autres…

Cette semaine, notre pays célèbre ses 56 ans d’indépendance et ses 34 ans d’accession à l’indépendance. Avec la pandémie de Covid-19 et les nombreux défis auxquels nous avons dû faire face, nous avons réalisé à quel point nous sommes vulnérables aux incertitudes de la vie, que ce soit à l’échelle locale, régionale ou internationale. Chaque année, nous plaidons pour des mesures à prendre par le gouvernement et le secteur privé pour que Maurice progresse et se protège autant que possible afin d’éviter la souffrance de sa population en cas de détérioration de la situation.

Depuis plusieurs années, l’accent est mis sur les déficits et les dysfonctionnements de notre société pour inciter les décideurs à agir rapidement, car sinon la situation risque de devenir irréversible. Mais fort heureusement, nous avons un gouvernement et un Premier ministre en la personne de Pravind Kumar Jugnauth qui a à cœur le bien-être de la population contrairement à ceux qui remplissent leurs coffres-forts une fois au pouvoir.

La sécurité alimentaire est l’un des principaux défis sur lesquels nous tirons la sonnette d’alarme depuis plus de deux décennies. Malheureusement, rien n’est fait pour améliorer la situation et nous nous retrouvons encore confrontés à des pénuries sur certains produits de base, notamment les légumes, en raison de conflits internationaux ayant fait augmenter les prix par le biais du fret ou des denrées alimentaires.

De plus, les tensions en Mer Rouge, avec les attaques des Houthis contre les navires israéliens ou ceux commerçant avec Israël, exercent une pression inflationniste sur les tarifs du commerce international. En janvier 2024, cette crise a coûté 3 milliards de dollars à l’économie israélienne.

À Maurice, nous semblons incapables de rompre avec la logique de la spéculation foncière et que ‘the sky is the limit’ par rapport au morcellement des terres agricoles pour construire des villas de luxe destinées à la vente aux étrangers fortunés. L’immobilier de luxe semble avoir pris le dessus sur la sécurité alimentaire, et les promoteurs obtiennent facilement les permis nécessaires pour bétonner sans considération avec des conséquences sur l’environnement et la vie des citoyens en cas d’inondations. Il faut mettre un frein à cela. Le Hardtalk de Top FM en date du mercredi 06 mars donne des pistes de réflexion sérieuse sur la question avec un débat de haute facture dirigé par Jimmy Jean-Louis réunissant Jacqueline Sauzier, secrétaire générale de la Chambre d’Agriculture, Sateeanand Biltoo, président de l’Agricultural Allied Industries and other Unions et Patrice Anne, Agripreneur et fondateur de Pat’s Nature Farm. L’émission a d’ailleurs vu une intervention du ministre de l’Agro-Industrie Mahen Seeruttun.

Malgré tout, le développement sauvage semble prévaloir aujourd’hui, au détriment de la sécurité alimentaire et du bien-être de la population. Il faut agir avant qu’il ne soit trop tard. Depuis le Covid-19 et la hausse de l’inflation, de la dépréciation de la roupie et des taux d’intérêt bancaires, la vie est devenue chère pour les Mauriciens, et cela devrait être un enjeu majeur de la prochaine campagne électorale. Mais nous savons que le gouvernement accorde déjà beaucoup à la population pour garantir le revenu minimal à Rs 18 500, aider les familles ayant des enfants de moins de trois ans à obtenir Rs 2 000 mensuellement pour chaque enfant et l’Independent Scheme pour ceux qui atteignent leurs majorités à Rs 20 000 est décrit comme une révolution.

 

Dépendance à l’internationale

 

Nous avons été à la merci de la situation internationale parce que justement nous avons abandonné la filière agricole, l’élevage et la pêche et il n’y a pas eu de projet majeur pour soutenir ces secteurs ces vingt dernières années. Il est également regrettable que Maurice ne dispose pas de sa propre flotte de pêche pour approvisionner le marché local en fruits de mer frais. Il est rare de nos jours de trouver des fruits de mer frais à consommer, alors que notre île regorge de ressources marines. C’est une honte pour notre île que les produits de la mer utilisés dans le secteur hôtelier et la restauration soient importés. C’est pourquoi nous exigeons que l’élevage porcin soit pris avec le plus grand sérieux.

 

Depuis des années, nous plaidons pour une réforme agraire et une redistribution des terres afin que les personnes au bas de l’échelle puissent se lancer dans l’agriculture et l’élevage, redonnant ainsi vie à notre secteur agricole et nous protégeant des fluctuations sur la scène internationale. Il est crucial de prendre des mesures drastiques, novatrices et révolutionnaires dans les secteurs de l’élevage, de l’agriculture et de la pêche pour éviter une situation irréversible.

 

En cette période de célébration de notre fête de l’indépendance, il est important de se pencher sur nos acquis, nos victoires, nos avancées, mais aussi sur les améliorations nécessaires. Nous avons vécu des moments difficiles en ce début d’année, que ce soit en matière de changement climatique, d’accidents de la route ou du terrible incident impliquant six jeunes pèlerins à Grand-Bassin lors de la fête Maha Shivaratri. Il faut tirer les leçons et s’assurer que cela ne se reproduise plus et non pas faire comme certains toujours prêts à tirer un capital politique sur le dos des cadavres.

 

Des points à améliorer

Il est temps de mettre l’accent sur le professionnalisme, la perfection et l’excellence dans toutes nos actions. Il est grand temps que cesse la fausse démagogie sur la méritocratie et la transparence. Ceux qui veulent quitter le pays pour voir si l’herbe est plus verte ailleurs ont vite déchanté. Maurice reste un lieu où il fait bon vivre même si une section de la presse joue un rôle infect très souvent. Mais il y a certainement un effort à faire que ce soit de la part du gouvernement ou des conseils d’administration des grands conglomérats du privé. Ceux-là aussi, ils ne sont pas des saints.

L’expression artistique et sportive figure également parmi nos chevaux de bataille car en plusieurs occasions nous avons plaidé pour plus de considération pour les artistes et sportifs car nous croyons fermement que ces deux secteurs constituent des moteurs de croissance qui sont malheureusement négligés. Et là nous ne parlons pas des 666 Armada ou des Joker Kartel mais des œuvres artistiques véritables et dignes de ce nom qui doivent être valorisées afin que ceux qui font des sacrifices n’aient pas à mendier pour gagner dignement leur vie et avancer.

En vue des prochaines élections générales, il est important de noter que les discours politiques peuvent parfois ne pas correspondre aux actions. Mais c’est un fait qu’une fois au pouvoir c’est bien souvent un tout autre refrain que nous entendons. Heureusement que le Premier ministre actuel, Pravind Kumar Jugnauth, qui est un ‘no non-sense man’, est lui un homme plus rigoureux et nous a habitués à un discours plus clair et des actions plus concrètes.

Au Parlement, l’Opposition monopolise le beau rôle des éternels victimes et attaque le Speaker, Sooroojdev Phokeer. Mais il faut se demander que font les membres de l’Alliance PTr-MMM-PMSD pour contribuer au bon déroulement des travaux ? Est-ce cela la démocratie ? Insulter la maman du Speaker n’aide certainement pas !

La lutte contre le trafic de drogue reste préoccupante malgré les saisies importantes réalisées par les autorités. La détermination c’est du jamais vu auparavant. Il est louable que le gouvernement actuel ait mis en place une commission d’enquête, contrairement à Navin Ramgoolam. Aujourd’hui les résultats sont visibles. « Trafiquant la drogue pé grainer coumma zamalac »

Nous plaidons depuis des années pour une présence permanente des forces de l’ordre dans les zones où le trafic de drogue prospère dans les mains d’une mafia proche des avocats de l’opposition. Il est nécessaire de prendre des décisions solides pour éradiquer ce fléau et protéger nos enfants.

Nous adressons nos vœux de Joyeuse Fête de l’Indépendance à tous les citoyens de la République et prions pour que Dieu donne du courage à nos dirigeants pour que demain soit encore meilleur.

 

Terra Del Fuego

 

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne