Liverpool et ses minots terrassent Chelsea en finale de la League Cup

by | Feb 26, 2024 | Sports

But : Van Dijk (118e)

Deux ans après une séance de tirs au but épique, conclue par le raté de Kepa Arrizabalaga, Liverpool et Chelsea ont à nouveau fait durer le suspense ce dimanche à Wembley. Et comme il y a deux ans, la League Cup est tombée dans l’escarcelle des Reds au bout d’une finale intense malgré la cascade de blessés des deux côtés. Virgil van Dijk a en effet offert à son club la dixième Coupe de la Ligue de son histoire, un record, en toute fin de prolongation (0-1). Les mois de Jürgen Klopp dans le Merseyside sont comptés, mais l’espoir d’une sortie de rêve potentiellement couronnée d’un quadruplé reste intact.

Coup pour coup

Après cinq minutes d’observation, les Reds prennent un léger ascendant grâce à leur pressing. Le centre d’Andrew Robertson trompe la défense londonienne, mais Luis Diaz tente un coup de tête compliqué, alors que Cody Gakpo était mieux placé (9e). Le Colombien bénéficie ensuite d’une autre opportunité à la suite d’une glissade d’Axel Disasi, annihilée par une parade de Dorde Petrovic au sol (14e). Caoimhin Kelleher répond alors à son homologue, en sortant un superbe arrêt du bras à bout portant devant Cole Palmer (21e). L’arrière-garde rouge se fait cependant une nouvelle frayeur en voyant Raheem Sterling pousser le ballon au fond à la demi-heure de jeu, avant que l’arbitre siffle un hors-jeu au millimètre de Nicolas Jackson qui avait échappé à Konaté (32e).

Les affaires des Reds ne s’arrangent pas avec la sortie sur civière de Ryan Gravenberch, victime d’une sale intervention de Moisés Caicedo non sanctionnée par l’arbitre (27e). Un blessé de plus, pour Jürgen Klopp (déjà privé de Mohamed Salah, Darwin Nunez, Dominik Szoboszlai, Trent Alexander-Arnold, Alisson Becker, Curtis Jones, Diogo Jota, Thiago Alcântara ou encore Joël Matip). Malgré ce coup dur, Liverpool finit mieux le premier acte, et le poteau sauve Chelsea sur une tête décroisée par Gakpo (40e). Levi Colwill soulage par la suite son camp en s’opposant à la frappe de Conor Bradley, positionné un cran plus haut avec l’entrée de Joe Gómez (45e).

Point Virgil

Loin de l’équipe qui avait pris une leçon il y a un mois à Anfield, les Blues continuent de donner du fil à retordre au leader de la Premier League en deuxième période. Jackson met par exemple le feu dans la surface adverse en éliminant Konaté, et Enzo Fernández tente une talonnade qui ne paye pas (52e). Palmer s’essaye aussi depuis l’extérieur de la surface, sans parvenir à cadrer (56e). Chelsea craque pourtant en premier sur un coup franc de Robertson, catapulté au fond des filets par Virgil van Dijk. Sauf que la joie des Reds ne dure pas, le but étant refusé pour un hors-jeu de Wataru Endo (63e). Diaz offre une munition supplémentaire à Gakpo, qui ne réussit pas à convertir le numéro du Colombien en tirant au-dessus (70e). D’un but à l’autre, la déviation de Conor Gallagher termine sur le poteau d’un Kelleher largement battu sur le coup (76e). Le gardien irlandais n’a en revanche besoin de rien ni personne pour remporter son duel avec le milieu de terrain anglais dix minutes plus tard (86e) et tient encore la baraque face à Palmer dans le temps additionnel (90e+2), envoyant les deux équipes en prolongation.

Dans un Wembley chauffé à blanc, Jürgen Klopp n’hésite pas à faire confiance à sa classe biberon en lançant Bobby Clark (19 ans) puis James McConnell (19 ans) et Jayden Danns (18 ans). Ce dernier est d’ailleurs proche de devenir le héros du soir, sa tête étant claquée par Petrovic (94e). Harvey Elliott, à peine plus vieux (20 bougies), maintient la pression en faisant trembler le petit filet extérieur (99e), et le coup de casque de l’Anglais est ensuite repoussé par le pied de Petrovic (115e). Les efforts des Reds ne sont finalement pas vains, puisque Virgil van Dijk crucifie Chelsea dans le money time d’une tête bien croisée sur un corner de Kostas Tsimikas (0-1, 118e). Le point final d’un match à couper le souffle. Déjà vaincu en finale de la League Cup en 2015, Mauricio Pochettino attendra encore un peu avant de soulever son premier trophée anglais. À l’inverse, Liverpool peut savourer ce titre. Le huitième de l’ère Jürgen Klopp, et peut-être pas le dernier.

 

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne