Thaipoosam Cavadee : Hommage et dévotion au Dieu Muruga

by | Jan 24, 2024 | Actualités

Des dévots des quatre coins du pays convergeront en grand nombre, le jeudi 25 janvier prochain, vers les kovils de leur localité pour marquer le Thaipoosam Cavadee après dix jours de jeûne. Cette fête est l’occasion pour les fidèles tamoules de prouver leur adoration, leur affection et leur fidélité au Dieu Muruga. 

Le Thaipoosam Cavadee est célébré tous les ans au début de l’année, à la pleine lune, durant le mois de « Thai » et est dédié au Dieu Muruga lorsque son étoile le « Poosam » apparaît dans le ciel. Selon la légende d’Idumban, l’acte de dévotion du Cavadee symbolise l’acte symbolique de celui-ci, qui porta les cimes de deux montagnes accrochées à un bâton porté sur ses épaules et rencontra sur son chemin, le dieu Muruga qui après quelques évènements lui accorda sa bénédiction.

C’est au son de la cloche et la cérémonie de Kodiyettam, le mardi 16 janvier dernier, que nos compatriotes de foi Tamoules ont débuté leur carême. Depuis quelques jours déjà, les prières sont plus intenses et régulières dans les différentes kovils de l’île. Nombreux sont les baktens (dévots) de Muruga principalement ceux qui vont porter le cavadee qui doivent observer ce jeûne de dix jours. Kelvin Nungapatty, un jeune habitant de Terre-Rouge se réjouît de pouvoir participer à la procession du Cavadee, jeudi prochain. « Contrairement aux années précédentes, je ne vais pas porter le cavadee. C’est mon cousin qui portera le cavadee cette année », confie-t-il.

Méditation

Depuis le début du carême, c’est le mode de vie de ce jeune homme de 30 ans qui a changé. La prière, l’écoute des chants religieux dédiés au Dieu Muruga, l’abstinence ainsi qu’un changement de comportement envers les autres rythment sa vie et celle de sa famille. « Je consacre plus de temps à la méditation pour une bonne préparation spirituelle. Depuis mardi dernier, je suis en période d’abstinence », confie Kelvin.

Pour sa préparation spirituelle, Kelvin se rend chaque soir au kovil Sinatanbu à Terre-Rouge avec les membres de sa famille où ils participent à des sessions de prières. Les repas se passent en famille ; ils sont constitués de mets végétariens. Durant cette période, Kelvin nous confie que les Tamoules doivent privilégier des repas faits maison, compte tenu que le carême étant un temps de pureté pour la communauté.

En quête de la grâce du Dieu Muruga

En marge des diverses processions qui auront lieu à travers l’île, jeudi prochain, pendant notre reportage, nous avons constaté que les dévots ont déjà commencé à préparer la structure du cavadee qu’ils vont porter le jour de cette fête. L’arche a été bénie au kovil. Pendant ce week-end, les ornements seront installés, ainsi qu’une statuette du Dieu Muruga avec les offrandes : lait, miel, fruits… Pour ceux qui vont porter le cavadee, une aiguille en argent purifié va leur transpercer la langue ou les joues.

Vinessen Murden, un jeune habitant de Saint-Pierre, se dit impatient de pouvoir porter son cavadee ce jeudi 26 janvier. Il est animé par la foi qui l’habite depuis le début du carême. Il confie que la lumière du Dieu Muruga va le porter le long de son parcours. « J’attends le jour du Thaipoosam Cavadee avec impatient afin d’honorer ma promesse envers le dieu Muruga. C’est une grâce que je vais vivre. Je vais être en connexion avec lui. Ce n’est pas tous les jours qu’on vit cela », confie-t-il.

Dans sa préparation spirituelle, Vinessen se fera percer la langue jeudi matin. Très tôt ce jour-là, comme tous les autres dévots, il se rendra au temple avec sa famille pour des sessions de prières (palabhisheygum). Puis, ils se dirigeront vers la rivière pour prendre le bain purificateur. Vêtu de son vesty couleur fuchsia, la couleur la plus portée le jour du Thaipoosam Cavadee, l’habitant de Saint-Pierre attendra le moment de se faire percer la langue, après les prières et les offrandes au Dieu Muruga.

Ensuite, Vinessen accompagné d’autres dévots vont se rendent à nouveau au Kovil de la localité en portant le cavadee, fait de bois et de bambou, orné de feuilles, de fleurs et d’images saintes, pour des prières et des offrandes au dieu Muruga. De coutume c’est un plat végétarien, Arusuvai, incluant différentes saveurs (acide, sucré, salé, aigre, amer), est offert, pour rappeler que la vie est faite de hauts et de bas mais qu’ensemble cela peut très bien former une joyeuse harmonie.

Tout comme Vinessen, Kelvin également recevra les membres de sa famille et amis à son domicile où un mets végétarien sera servi soit les sept currys accompagnés avec du riz et comme boisson, c’est le rason.

Le Xournal souhaite à tous les Mauriciens une bonne et pieuse fête du Thaipoosam Cavadee.

 

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne