Alzheimer : une enquête sur près de 500 000 personnes confirme une implication virale

by | Jan 19, 2024 | Science et Tech

Une enquête portant sur près de 500 000 personnes confirme l’association entre les infections virales et certaines maladies neurodégénératives. L’une des associations les plus significatives implique l’encéphalite virale, qui augmenterait de 20 fois le risque de développer ultérieurement la maladie d’Alzheimer. D’autre part, la pneumonie serait étroitement liée au risque de développer ultérieurement de la démence, Parkinson ou la sclérose latérale amyotrophique (SLA).

Les maladies neurodégénératives sont des affections invalidantes survenant généralement assez tard dans la vie. Cependant, malgré les décennies de recherches qui y sont consacrées, leurs mécanismes physiopathologiques demeurent en grande partie incompris — ce qui entrave considérablement le développement de traitements efficaces.

Différents facteurs de risque a priori sans liens évidents ont été évoqués, allant de la génétique à la dysbiose intestinale, en passant par le stress chronique et les infections fongiques et virales. « Les troubles neurodégénératifs sont un ensemble de maladies pour lesquelles il existe très peu de traitements efficaces et de nombreux facteurs de risque », explique Andrew B. Singleton, du Center for Alzheimer’s Related Dementias (CARD), aux États-Unis.

De récentes recherches ont par exemple confirmé l’association, bien que suggérée depuis longtemps, entre un risque accru de sclérose en plaques (SEP) et une infection antérieure au virus d’Epstein-Barr (EBV). D’autres études, portant sur des autopsies de tissus cérébraux, ont montré un lien entre le virus de l’herpès simplex et Alzheimer. Ces constats montrent que les scientifiques cherchent depuis des décennies, de façon justifiée, des associations individuelles entre des maladies neurodégénératives et des virus spécifiques.

Pour appuyer ces recherches, Singleton et ses collègues ont proposé une approche différente, ratissant toutes les associations possibles en une seule étude. « Nos résultats soutiennent l’idée que les infections virales et l’inflammation associée dans le système nerveux peuvent être des facteurs de risque courants — et peut-être évitables — pour ces types de troubles [neurodégénératifs] », indique Singleton. Les résultats de cette étude fournissent plusieurs pièces clés permettant de compléter le puzzle des mécanismes de plusieurs troubles neurodégénératifs.

L’encéphalite virale augmente de 20 fois le risque d’Alzheimer

Les enquêtes effectuées dans le cadre de la nouvelle étude — détaillée dans la revue Neuron — incluaient les dossiers médicaux de 300 000 personnes, enregistrés dans la base de données biomédicales finlandaise FinnGen. Le protocole d’enquête consistait notamment à l’identification des personnes présentant l’un des 6 diagnostics de maladies neurodégénératives suivants : maladie d’Alzheimer, SLA, démence généralisée, SEP, maladie de Parkinson ou démence vasculaire. Ensuite, les enquêtes consistaient à déterminer si ces personnes avaient été antérieurement hospitalisées pour cause d’infection virale, les admissions dues à la COVID-19 n’étant pas incluses. Dans un deuxième temps, une seconde série d’enquêtes comparatives incluant 100 000 enregistrements de l’UKBiobank (la base de données biomédicale anglaise) a été effectuée.

La première série d’enquêtes a mis en lumière 45 associations significatives, tandis que la seconde a réduit ce nombre à 22. Parmi toutes les affections neurodégénératives, la démence généralisée était celle qui présentait le plus d’associations, étant notamment liée à six infections virales distinctes. Ces infections incluent par exemple l’encéphalite virale, les verrues virales, tous les types de grippes ainsi que la pneumonie virale. D’autre part, une association notable a également été relevée pour l’encéphalite virale et Alzheimer : les personnes ayant contracté cette infection seraient au moins 20 fois plus susceptibles de développer plus tard la maladie. En outre, la pneumonie est liée à plusieurs troubles, dont la démence, Parkinson et la SLA.

Il est important de noter que les infections virales ne concernent pas les simples rhumes, mais plutôt des cas modérés à graves nécessitant une hospitalisation ou du moins une prise en charge médicale. Selon l’équipe de recherche, 80 % des virus relevés dans l’étude peuvent franchir la barrière hématoencéphalique et déclencher une réponse immunitaire inflammatoire. Il faut cependant noter qu’aucun lien de cause à effet n’est mis en évidence.

Une bouteille d’eau d’un litre peut contenir environ 240 000 particules de plastique, selon une étude

Néanmoins, ces résultats suggèrent que certains vaccins pourraient réduire les risques de développer une maladie neurologique. Par ailleurs, une analyse plus approfondie concernant 16 des associations communes relevées dans les données FinnGen et UKBioBank, suggère que les risques induits par certains virus semblent s’atténuer avec le temps. Si les risques étaient toujours élevés dans l’année suivant l’infection virale, seules 6 de ces associations restaient significatives 5 à 15 ans suivant l’infection.

« À l’avenir, nous prévoyons d’utiliser les derniers outils de science des données non seulement pour trouver davantage d’éléments, mais également pour aider les chercheurs à comprendre comment ces éléments, y compris les gènes et d’autres facteurs de risque, s’articulent », conclut le coauteur principal de l’étude, Michael Nalls, également membre du CARD.

0 Comments

Laisser un Commentaire

HIPPISME : (7e Journée/avant course)

HIPPISME : (7e Journée/avant course)

Blackburn Roc est à craindre dans ce lot La course-phare de cet 7e acte sera disputée sur les 1450m, avec cinq partants du Benchmark 50+. En engageant deux chevaux, le yard...

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne