Porté manquant depuis cinq mois, Marco Macaque tué et enterré par son ex-concubine

by | Dec 11, 2023 | Faits Divers

Ce lundi 4 décembre, Marie Anabelle Géraldine Peer Ahmud-Supramanyen, âgés de 34 ans et son fils Hans Emito Peer Ahmud, 19 ans, ont été inculpés provisoirement de meurtre devant le tribunal de Rose-Hill. Mère et fils sont soupçonnés d’avoir tué Marco Claude Macaque, le concubin de la trentenaire et de l’avoir enterré dans leur cour à Cité Richelieu, avant d’y planter des fleurs. Ce crime sordide a été découvert après une intervention de la Major Crimes Investigation Team (MCIT), vendredi dernier, suivant des informations. Cela alors que la victime, un employé de Moura, âgé de 35 ans et père d’une fillette en bas âge, était porté disparu depuis le 10 juillet.

Les informations soutiennent que c’est une histoire de vengeance qui serait derrière l’agression mortelle de l’habitant de Petite-Rivière, âge de 35 ans. Impliqué dans une affaire de vol par carte bancaire, au début de l’année, Marco Claude Macaque aurait balancé le nom de sa concubine et la sœur de celle-ci, comme étant les cerveaux. Depuis, la relation entre les deux concubins aurait basculé avant que le pire soit commis. Cependant, pour l’heure, les deux accusés n’ont pas encore donné leurs versions des faits. Leur interrogatoire est prévu pour cette semaine.

Vol d’une octogénaire

Cela faisait plusieurs années que Marie Anabelle Géraldine Peer Ahmud-Supramanyen, entretenait une relation amoureuse avec Marco Claude Macaque. L’homme de 35 ans avait élu domicile, chez la mère de famille, qui habitait avec son garçon de 19 ans. Rien d’anormal se faisait voir chez le couple sauf qu’à la fin de mars de cette année, l’habitant de Richelieu, s’est retrouvé dans les bureaux de la CID de Coromandel, pour un délit de vol. La victime était une retraitée de 82 ans, habitant Coromandel.

Selon les faits, le vol remonte au 12 novembre 2022. En examinant son relevé bancaire, l’octogénaire avait noté une série de retraits d’argent sans sa connaissance, totalisant Rs 136 580. Elle avait aussi examiné son coffre où elle avait confirmé la disparition de plusieurs bijoux. La police avait arrêté sa servante, qui a nié toute implication dans ce délit. Entre-temps, la Criminal Investigation Division (CID) de Coromandel avait fait une demande à une banque commerciale pour vérifier les images des caméras des guichets automatiques où des retraits avaient été effectués à partir de la carte volée de la retraitée. C’est ainsi qu’ils ont noté la présence de Marco Macque sur les images en question.

Ce suspect avait été appréhendé le 27 mars et soumis à un interrogatoire serré. Il avait confirmé que c’est la femme de ménage de la plaignante qui lui avait remis la carte. Interrogé sur une femme qui apparaît sur les images à côté de lui, il a expliqué que c’était sa concubine Marie Anabelle Géraldine Peer Ahmud, qui l’avait accompagné. Marco Macaque a été inculpé sous une accusation provisoire de unauthorised access to computer data et il avait retrouvé la liberté conditionnelle le 3 avril.

Entre-temps, la CID de Coromandel avait interpellé sa concubine pour un interrogatoire. La police lui a montré la photo d’une femme portant un casque intégral près du guichet automatique. Marie Annabelle Géraldine Peer Ahmud a nié que c’était elle en disant que ce serait peut-être la femme de ménage. Sauf que son concubin l’a positivement identifiée lors d’une parade. Elle a aussi été inculpée sous la même accusation provisoire au tribunal de Rose-Hill le 28 mars. Mais par la suite, Marco Macaque est devenu un témoin dans cette affaire, malgré lui.

Vengeance

Quelques jours après l’arrestation, Marco Macaque avait été libéré sous caution. Marie Annabelle Géraldine, a obtenu les mêmes privilèges. Les deux ont dû expliquer avoir agi sous les ordres de l’employée de maison, qui n’est autre que la sœur de la mère de famille. Une fois libre, l’employé de Moura était retourné vivre avec sa compagne. Mais depuis cet épisode, la relation au sein du couple s’est détériorée et ils se disputaient souvent. Après chaque bagarre, Marco Macaque, se réfugier souvent chez un ami de la localité.

Avant sa disparition, Marco avait passé environs trois mois chez cet ami, avec plusieurs va et vient. Il ignorait cependant qu’un plan machiavélique se dessinait contre sa personne. Mécontente d’avoir été dénoncée par son concubin, Annabelle avait de plus en plus de peine à accepter l’idée que sa sœur se trouve en prison par la faute de Marco. Un jour, après une violente altercation, la mère de famille a commis l’agression mortelle, et son fils l’a aidée à dissimuler le cadavre dans une ‘flower box’, à Coromandel. Ensuite, ils ont fait comme-ci de rien était.

Porté manquant

Après trois jours, la disparition de la victime s’est toutefois fait ressentir. Cela après que l’ami qui hébergeait Marco, a tout d’un coup arrêté d’avoir de ses nouvelles. Il savait que quelque chose clochait car ce dernier avait laissé des effets personnels chez lui. Le 10 juillet dernier, ce dernier, inquiet, s’est rendu au poste de police de Camp-Levieux pour rapporter la disparition. Le plaignant a avancé que trois jours plus tôt, Marco Macaque était chez lui vers 11 heures et depuis, il n’a plus eu de ses nouvelles. La police avait entamé plusieurs recherches, mais en vain.

Informations

En principe, ce crime aurait pu ne jamais être élucider. Néanmoins, la semaine dernière, soit environ cinq mois après, les limiers de la MCIT ont eu des informations selon lesquelles ce dernier aurait été tué et enterré dans la cour de son ex-concubine, à Richelieu. Les enquêteurs n’en diront pas plus sur la manière dont les informations ont été obtenues mais il ressort que l’un des deux suspects ait vendu la mèche en se ‘confiant’ à un ami ou un proche. Et ce dernier aurait décidé de tout avouer à la police. Parallèlement, la MCIT avait été en présence d’informations que durant cette période, Marie Annabelle Géraldine Peer Ahmud avait aussi effectué des travaux dans sa cour.

Découverte macabre

Le vendredi 1er décembre, aux alentours de 15 heures, munie d’un warrant du tribunal de Rose-Hill, la police s’est rendue chez la suspecte qui réside dans une maison entre Coromandel et Richelieu. Les officiers de la MCIT, sous la supervision du SP Seeburruth, étaient accompagnés de la Special Mobile Force (SMF) et de la Disaster Response Unit and Engineering Squadron. Ils sont tombés sur Anabelle Peer Ahmud et la jardinière en béton, où des fleurs avaient été plantées. Celle-ci a été fouillée en présence de la trentenaire.

Après avoir creusé près d’un mètre sous terre, les officiers de la SMF ont commencé à apercevoir la ‘silhouette’ d’un homme, enveloppé dans une couverture blanche et verte. Le corps, en état de décomposition avancée, a aussitôt été déterré et envoyé à la morgue de l’hôpital Victoria, Candos. Un test ADN a été effectué pour confirmer l’identité de la victime.

Arrestations et enquêtes

La MCIT a, entre temps, arrêté Anabelle Peer Ahmud et Hans Peer Ahmud, qui allèguent ne rien savoir sur la découverte de ce corps. Néanmoins, la police estime que leur implication dans ce meurtre est indéniable. Les enquêteurs croient que ce cas serait un meurtre et que la propriétaire de la maison y serait directement mêlée. Mère et fils ont été traduits au tribunal de Rose-Hill ce lundi pour une mise en accusation provisoire de meurtre. Mais le libellé du délit pourrait connaitre des changements suivant leurs interrogatoires.

Cette semaine, la Major Crimes Investigation Team (MCIT) poursuivra les enquêtes, interrogeant d’autres personnes et examinant les circonstances exactes entourant le drame. Bien que l’examen ADN soit toujours attendu pour confirmer l’identité du défunt, les enquêteurs de la MCIT croient fermement que le cadavre en état de décomposition, découvert sous un amas de béton, est bien celui de Marco Macaque.  De l’autre côté, les informations recueillies sur le terrain corroborent ces éléments, mais le rapport d’ADN reste crucial pour l’enquête.

0 Comments

Laisser un Commentaire

HIPPISME : (7e Journée/avant course)

HIPPISME : (7e Journée/avant course)

Blackburn Roc est à craindre dans ce lot La course-phare de cet 7e acte sera disputée sur les 1450m, avec cinq partants du Benchmark 50+. En engageant deux chevaux, le yard...

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne