Saisie de Rs 117 millions de cocaïne : Cette drogue réservée à une clientèle aisée était dissimulée dans plusieurs régions de l’ile…

by | Sep 18, 2023 | Faits Divers

Le dénonciateur, Hussein Abdool Rahim, balance ses complices contre une immunité

Rôles intrigants pour les sœurs Shazia Oozeerally Jaffar et Adilla Salaroo décrites comme les cerveaux du réseau

L’interrogatoire des quatre suspects arrêtés devrait débuter incessamment

Ce lundi 11 septembre, la police a réalisé l’une des plus grosses saisies de cocaïne, que Maurice ait connu. Plus de 7,8 kilos de cette drogue ont été découverts dans plusieurs parties de l’île suite à des dénonciations à la police. Le paradoxe est que celui qui a fourni les informations sur ce grand trafic de drogue n’est autre qu’Hussein Abdool Rahim, un homme d’affaires supposé, mais dont le nom est davantage associé au monde de l’arnaque et de l’escroquerie. Selon les informations disponibles, l’homme de 38 ans, habitant de Port-Louis, aurait décidé de dénoncer les membres de ce réseau auquel il appartient après que ces derniers ont tenté de le doubler.

Suite aux révélations d’Hussein Abdool Rahim, faites en échange de la promesse d’être traité comme le “star witness” de cette affaire, trois autres personnes ont été arrêtées dans le cadre de ce trafic de cocaïne. Il s’agit des deux sœurs, Shazia Oozeerally Jaffar (33 ans) et Adilla Salaroo (40 ans), dont les noms ont été cités par Hussein Abdool Rahim comme étant les cerveaux de ce réseau. Il y a également Haider Rattan, décrit comme le bras droit et l’homme de confiance des deux sœurs. Cependant, d’autres arrestations sont à prévoir étant donné que  l’équipe de la Major Crime Investigation Team sud estime qu’il pourrait y avoir une tête plus importante derrière cette transaction.

Confession d’Hussein Abdool Rahim

C’est ce lundi que toute cette affaire a débuté. Hussein Abdool Rahim, qui est actuellement poursuivi par une Française pour escroquerie et viol, s’est rendu aux Casernes centrales pour faire des révélations importantes. Le trentenaire est arrivé peu avant 15 heures et a demandé à parler à un haut gradé concernant “une affaire sérieuse”. À son interlocuteur, il a affirmé être au courant du fonctionnement d’un réseau de drogue et a donné des informations sur l’identité des personnes impliquées. Il a alors révélé le modus operandi du réseau dans lequel il était mêlé. Il a également incriminé Shazia Oozeerally Jaffar, une esthéticienne et Adilla Oozeerally, coiffeuse de profession.

Interrogé sur les motifs de sa démarche, l’habitant de Port-Louis a avoué, avoir négocié pour faire entrer cette drogue dans le pays dans le cadre de son business. Il a expliqué qu’il devait recevoir une commission à l’arrivée d’une cargaison de drogue, mais que ses présumés complices auraient refusé de lui donner sa part, comme convenu. Il ajoute que ses complices l’auraient ensuite menacé de mort s’il insistait. Il précise que son rôle consistait à dissimuler une partie de la drogue. Cependant, se sentant trahi, il a décidé de révéler cette affaire à la police à condition d’obtenir plus tard le statut de “star witness” et de bénéficier de l’immunité lorsqu’il sera traduit en justice.

Les cachettes

Suite à ses aveux, une opération a immédiatement été montée par l’équipe du SP Heman Dass Ghoora, composée de l’inspecteur Ramjeetun et du constable Bhurtun. Hussein Abdool Rahim a mené cette équipe dans trois lieux différents où la drogue était dissimulée. Dans un premier temps, ils se sont rendus sur une plage à Poste-Lafayette, où il a révélé qu’une importante cargaison de cocaïne était dissimulée sous le sable. Après une fouille, environ 1,5 kilo de cocaïne a été trouvé. La drogue était soigneusement scellée dans un emballage en plastique.

Hussein Abdool Rahim a ensuite conduit les enquêteurs de la MCIT à Vallée-des-Prêtres, au domicile d’Haider Rattan, l’un de ses présumés complices. En voyant la MCIT, le suspect a lui-même remis aux enquêteurs un sachet d’environ 500 g de cocaïne. Il a précisé agir en tant que Storekeeper et a affirmé que le paquet lui avait été remis par Adilla Salauroo en vue de le cacher. Il a également impliqué la sœur de celle-ci, Shazia Oozeerally Jaffar. Ceci a partiellement confirmé la version d’Hussein Abdool Rahim.

Suivant les indications du dénonciateur, une équipe de la MCIT accompagnée de la Special Support Unit s’est également rendue à Ferney, sur un terrain boisé. Sur place, la police a récupéré deux colis contenant environ 5 kilos de cocaïne. Toute la drogue saisie a été placée sous scellé. Elle sera expédiée au Drug Chemistry Department du Forensic Science Laboratory (FSL) de Réduit pour être analysée.

Arrestation des deux sœurs

Poursuivant leur opération, les enquêteurs se sont ensuite rendus chez les deux sœurs pour perquisitionner leurs domiciles. Chez Shazia Oozeerally Jaffar, à Plaine-Verte, une somme de Rs 50 000 a été retrouvée. La femme de 33 ans, qui s’est présentée comme Make-Up Artist, a affirmé que l’argent provenait des activités de son salon de beauté. Sa propre voiture a également été saisie.

Dans la maison d’Adilla Salaroo à Pailles, la police a trouvé une somme de Rs 900 000 en liquide, qu’elle a saisie. Cependant, l’époux de la suspecte a affirmé que cet argent lui appartenait et provenait de son activité d’achat et revente de voitures d’occasion. Ce dernier a consigné une déclaration à la police mardi, expliquant qu’il était courtier et affirmant que l’argent découvert était lié à la vente de voitures. Il a d’ailleurs présenté des documents qui semblent avoir satisfait les enquêteurs.

Lors de leur arrestation, les deux sœurs ont nié toute implication dans un quelconque trafic de drogue et ont affirmé qu’il s’agissait d’un coup monté. Elles n’ont pas encore donné leur version des faits pour le moment. Quant à Hussein Abdul Rahim et Haider Rattan, ils ont tous deux avoué leur implication dans l’affaire, le premier précisant d’ailleurs que les différents protagonistes se connaissaient « depuis longtemps » car ils fréquentaient le même club de gym.

Maintenu en cellule

Après cette opération qui s’est terminée vers 4 heures du matin, les deux sœurs, Haider Rattan et Hussein Abdool Rahim ont été maintenus en détention. Dans la matinée du mardi, les deux hommes ont comparu au tribunal de Port-Louis et les deux sœurs à la Cour de Mahébourg. Tous ont été placés en détention préventive et font l’objet d’accusation provisoire pour trafic de drogue. L’accusation retenue contre Hussein Abdool Rahim, Shazia Oozeerally Jaffar et Adiila Salaroo est “conspiracy to conceal drug”.

En revanche, dans le cas d’Haider Ruttun, une accusation de “drug dealing with averment of trafficking” pèse sur ses épaules. Cela s’explique par le fait qu’une partie de la drogue a été retrouvée sur un terrain en friche à côté de son domicile et qu’au moment où les policiers ont débarqué chez lui, il a paniqué et a tout avoué. Il a toutefois précisé n’être qu’un simple employé dans cette affaire.

Selon nos informations, Adila Oozeerally-Salaroo a retenu les services de Me Anoup Goodary et son interrogatoire devrait commencer très prochainement. Sa sœur, Shazia Oozeerally-Jaffar, a elle fait appel à Me Sanjeev Teeluckdharry. En revanche, on ne sait pas encore quel avocat défendra Hussein Abdool Rahim et Haider Ruttun car, à ce stade, ils n’auraient pas encore retenu les services d’un homme de loi. Les enquêteurs attendent que les avocats de tous les protagonistes soient connus avant de procéder aux interrogatoires.

La MCIT Sud décidée à mener l’enquête jusqu’au bout

Pour l’instant, le dossier relatif à ce trafic de cocaïne n’a pas été transféré à la brigade antidrogue. Cela s’explique par le fait que les enquêteurs de la MCIT Sud sont déterminés à mener cette enquête jusqu’au bout. Les membres de cette unité de police, dirigée par le surintendant de police Hemandas Goorah, estiment qu’au fur et à mesure que l’enquête avancera, ils seront en mesure de déterminer l’implication de chaque suspect dans ce trafic et de préciser les accusations portées contre eux. Pour l’instant, les téléphones portables des principaux suspects ont été récupérés. Hussein Abdool Rahim a été le premier à remettre son appareil aux enquêteurs. La MCIT a analysé les nombreuses communications entre les différents membres du groupe afin de comprendre le fonctionnement du trafic.

A la recherche du cerveau

Bien que quatre personnes aient déjà été arrêtées, la police pense que le véritable cerveau n’a pas encore été appréhendé. Ils estiment que cette personne doit disposer d’un fonds d’au moins 35 millions de roupies pour pouvoir acheter 7,8 kg de cocaïne. Aucun des quatre suspects n’aurait le profil pour être le commanditaire de cet achat de drogue. Par ailleurs, les enquêteurs pensent que Shazia Oozeerally-Jaffar pourrait être le contact du cerveau, car ils estiment qu’elle connaît bien le réseau. Cependant, ils n’excluent pas non plus la possibilité que ce soit Hussein Abdool Rahim, d’autant plus que les deux s’accusent mutuellement d’avoir escroqué l’autre.

Prélèvement ADN pour Haider Rattan MCIT

Ce mercredi 13 septembre, Haider Rattan a été emmené dans les locaux de la Major Crime Investigation Team (MCIT) pour les besoins d’une enquête en cours. Cet habitant de Plaine Verte a été soumis à un prélèvement ADN réalisé par l’équipe spécialisée DNA Squad du CCID. Cette opération a duré environ trois heures avant que le suspect ne soit ramené en cellule de police.

Affaire à suivre…

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne