Au Parc des Princes, le retour de l’amour

by | Sep 29, 2023 | Sports

Qu’il semble loin le temps où les supporters parisiens se rassemblaient devant le siège du club, à Boulogne, pour crier leur désarroi devant une saison devenue bien triste au fil des mois. Et s’en prendre à certains joueurs de l’effectif au passage, jugés responsables – ou symboles, c’est selon – des nombreux maux du club de la capitale. Depuis, Lionel Messi et Neymar ont fait leurs bagages, imités ces dernières semaines par Marco Verratti, dont le statut de légende du club n’aura pas suffi. Et depuis l’entame de la saison, le public du Parc des Princes a réappris à tomber amoureux de son équipe, de ses stars, de ses recrues adoptées en un claquement de doigts, de ses titis, de son nouvel entraîneur.

Apprendre à aimer

Depuis le 12 août et la venue de Lorient – contre qui tout était parti en vrille dans la dernière ligne droite au printemps –, le Parc des Princes revit. Les inconditionnels de Lionel Messi venus aduler le septuple Ballon d’or sans s’intéresser au spectacle proposé par les Rouge et Bleu ont déserté, et il plane autour de ce PSG version Luis Enrique une sorte de sérénité à toute épreuve. Et peu importe si le bilan comptable était le moins bon de l’ère QSI à ce stade au soir du revers contre Nice, le Parc a célébré ses ouailles, persuadé d’avoir assisté à ce qui restera comme un simple accident de parcours. Preuve qu’au-delà des résultats, Paris se reconnaît de nouveau dans son équipe, transformée de fond en comble au cours de l’été.

Au coup de sifflet final, comme contre Lens fin août, Warren Zaïre-Emery s’est improvisé capo, mégaphone en main, pour ajouter à l’ivresse de ce dimanche soir après avoir désossé l’OM. Encore une fois, ces scènes de joie au pied de la tribune Auteuil après les rencontres ont de quoi redonner le sourire à tout supporter du club. Restés longtemps pour célébrer leur démonstration avec leurs supporters, les joueurs de la capitale ont dû apprécier, en particulier ceux qui ont connu les soirées moroses et même la défiance de la deuxième partie de saison passée. Ou bien qui préféraient s’en moquer, ne venant jamais saluer le CUP quel que soit le contexte. Là encore, l’ambiance a bien changé.

Soirée magique

Un virage Auteuil, largement secondé par son homologue de Boulogne tout au long de cette belle soirée, qui a pris son temps pour se vider comme pour ne pas voir l’instant d’extase se terminer. Les chants, souvent peu flatteurs envers le grand rival marseillais, ont ainsi continué de résonner sur le parvis du stade longtemps après que M. Delajod a mis un terme au calvaire olympien. « C’est une soirée magique, inoubliable pour nous et les supporters, rayonnait après coup Randal Kolo Muani, auteur de son premier but en rouge et bleu, pour Prime Vidéo. Sur le terrain, pendant et après le match, la communion était incroyable. Je pense qu’on va en vivre encore cette saison. »

Une soirée parfaite qui avait débuté dans un beau vacarme pour l’entrée des artistes au sein d’une enceinte vêtue d’un superbe tifo s’étendant d’Auteuil à l’habituel parcage visiteurs, recouvrant la tribune Paris. Avant de monter encore dans les décibels sur le superbe coup franc d’Achraf Hakimi, puis à chaque nouvelle réalisation rouge et bleu. Ovationnés à chaque occasion ces dernières semaines, Ousmane Dembélé et Randal Kolo Muani ont été rejoints au rayon des petits nouveaux déjà adoptés par Bradley Barcola, sorti sous l’ovation du Parc des Princes, heureux de sa première largement réussie. Et que dire de Manuel Ugarte, déjà l’un des chouchous au-dessus du périph ? Tout Paris lui fait déjà les yeux doux, et il n’est pas le seul.

 

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne