Vinfast réussit mieux son entrée en bourse que ses voitures électriques…

by | Aug 18, 2023 | Monde

Dès les premières heures de l’introduction en bourse de Vinfast, la valeur des actions a décollé. Comme d’autres constructeurs de véhicules électriques en devenir, Vinfast semble avoir conquis les spéculateurs. Cette nouvelle bulle va-t-elle tenir face à la réalité du marché ?

En quelques heures, la capitalisation boursière de VinFast a facilement dépassé celle de constructeurs historiques comme Stellantis, Volkswagen ou Ford. Alors que le constructeur automobile vietnamien Vinfast est encore méconnu, hors de son marché national, la fièvre autour des véhicules électriques semble avoir encore frappé les marchés boursiers.

Les actions Vinfast ont fait leur entrée sur le marché boursier ce 15 août. En fin de journée, la capitalisation boursière du constructeur vietnamien atteignait déjà 85 milliards de dollars (soit 77 milliards d’euros). Au lieu des 10 $ initialement prévus, à l’ouverture, les actions se sont négociées à 22 $ et ont atteint à la clôture de la journée 37 $ selon Reuters. Après une première journée pleine d’enthousiasme sur le marché boursier, il est possible de se demander si Vinfast mérite vraiment une capitalisation supérieure à celles de géants du secteur automobiles livrant leurs voitures par millions sur les routes ?

La bulle va-t-elle éclater comme pour Rivian et d’autres nouveaux acteurs ?

À l’exception de Tesla, toutes les startups dédiées à la mobilité électriques sont passées par des démarrages en bourse tonitruants. Qu’en reste-t-il, plusieurs années plus tard ? Généralement, pas grand-chose. L’exemple le plus parlant est certainement celui de Rivian, qui avait établi un record avec jusqu’à 120 milliards de dollars de capitalisation boursière à son lancement en 2021. Moins de deux ans plus tard, cette même entreprise ne vaut plus qu’autour de 20 milliards.

Lucid, Nikola, Lordstown Motors et d’autres ont à peu près tous la même courbe concernant le prix des actions. Passé l’excitation de la nouveauté, le marché revient habituellement à la raison en observant ce que l’entreprise apporte concrètement. Sauf qu’à la différence de ces startups, qui se sont introduites en bourse avant même d’avoir la capacité de produire les premiers modèles promis, Vinfast a déjà des clients et des usines qui produisent des modèles au Vietnam. Cela sera-t-il suffisant pour lui éviter de faire éclater la bulle ? Pas si sûr.

 

Le constructeur vietnamien face à la dure réalité du marché de la voiture électrique

Vinfast aux États-Unis parait confondre vitesse et précipitation. Malgré plusieurs mois de retard, le constructeur vietnamien a tenu à livrer un premier lot de 999 de VF8 aux USA en mars, alors que ceux-ci n’étaient clairement pas aboutis. Il a fallu faire une mise à jour du logiciel avant même de livrer les clients, la batterie et les performances se sont révélées en dessous des attentes des clients.

Le lancement en fanfare a fait flop. Sur son marché local, Vinfast a vendu 16 000 voitures électriques en 7 mois, ce qui assure ses arrières. Mais à l’international, seuls 137 modèles Vinfast ont été immatriculés aux États-Unis sur la même période. Et cela ne va probablement pas évoluer favorablement sur les mois suivants. Les essais des médias n’ont pas aidé à faire connaître favorablement la marque. Alors, pour éviter toute mauvaise publicité supplémentaire, la marque en est à proposer des compensations pour que les clients taisent les pannes.

Vinfast doit être réaliste : une marque méconnue et sans réseau, qui propose un véhicule électrique aux performances moyennes, mais à un prix supérieur à d’autres marques bien implantées aux USA, cela ne peut pas marcher. Surtout que les modèles Vinfast ne peuvent pas bénéficier des remises accordées aux véhicules produits sur le sol américain, à la différence de ses concurrents.

Alors qu’il ne vend pas suffisamment de modèles pour faire tourner son usine vietnamienne à plein régime, les dirigeants de Vinfast annoncent quand même la construction d’une nouvelle usine aux États-Unis, ce qui leur permettra de bénéficier des aides à l’achat. Cela reste un pari extrêmement risqué, financièrement.

En Europe, la situation est même encore plus précaire

Présentés en grande pompe sur le salon automobile du Mondial de Paris, les modèles Vinfast ne sont pour l’heure que des promesses virtuelles. Les premières commandes auraient dû être livrées aux clients fin 2022, selon le discours des représentants de la marque à ce moment-là. Sauf que pour pouvoir vendre, il faut obtenir des homologations ! Le processus est particulièrement long, Fisker en a fait les frais avec son premier modèle Ocean.

L’homologation promise pour mai, puis juillet, ne semble toujours pas acquise à l’heure où nous publions cet article. C’est en tout cas « silence radio » de la part de la marque vietnamienne depuis plusieurs mois. Signe que la situation ne semble pas vraiment s’améliorer, le constructeur vietnamien qui devait être présent sur le salon automobile international de Munich, début septembre, a annulé sa présence à un mois de l’événement. Un retrait tardif qui devrait lui coûter une certaine somme.

Si les spéculations boursières ont l’air de s’enflammer, il y a pourtant pas mal d’éléments très concrets qui devraient rapidement ramener les investisseurs sur la terre ferme. Entre les rouleaux compresseurs que sont les Tesla et les constructeurs chinois, et maintenant que les constructeurs historiques ont commencé à passer la seconde, que reste-t-il à Vinfast pour trouver sa place sur le marché ? Cela va, concrètement, être long, difficile et demander des investissements massifs. Encore faut-il le pouvoir.

0 Comments

Laisser un Commentaire

Le Napoli et le Barça se neutralisent

Le Napoli et le Barça se neutralisent

Buts : Osimhen (75e) pour les Partenopei // Lewandowski (60e) pour les Blaugrana Stopper l’hémorragie, tel était le leitmotiv du côté napolitain comme du côté barcelonais....

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne