Mort de Prigojine…Et si c’était une diversion pour faire face à la montée en puissance des BRICS…

by | Aug 26, 2023 | Monde

Les médias occidentaux ont vite fait d’évoquer un possible assassinat par Moscou.

“Si l’incertitude demeure autour des circonstances du crash, impossible d’ignorer la possibilité d’un assassinat commandité par le Kremlin pour punir l’instigateur de la tentative de mutinerie de juin dernier”, affirme le journaliste de France 24. Tous ces médias occidents semblent occulter le fait que cet accident d’avion intervient à un moment où la situation géopolitique est en pleine ébullition et où on parle de réduire l’influence des Etats-Unis d’Amérique et de leurs dollars. D’ailleurs le succès du Sommet des BRICS, cette semaine, en Afrique du Sud atteste de cette volonté de créer un nouvel ordre économique mondiale. Surtout que l’Iran, l’Argentine, l’Égypte, l’Éthiopie, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont été invités à rejoindre le groupe, a annoncé le président sud-africain Cyril Ramaphosa, précisant que l’adhésion prendra effet à compter du 1er janvier 2024 .

Les bavures du Federal Bureau of Investigation (FBI), de la Central Intelligences Agency (CIA) et des leurs homologues européens dans plusieurs affaires dont le cas de Brandon Mayfield ou Clearstream nous empêche d’avoir une image d’ange d’eux. Leurs rôles dont la mise au pouvoir de certains dirigeants africains et dans des pays du Moyen Orient pour ensuite les destituer de manière criminelle sans compter leurs ingérences intempestives dans la politique intérieure comme ici à Maurice nous font méfier d’eux.

Allez lire les cibles des balles de Washington ont été les dirigeants qui ont tenté d’affirmer la souveraineté économique de leur nation, écrit Jeremy Kuzmarov dans cette critique d’un nouveau livre de Vijay Prashad, “History of the CIA, Coups, and Assassinations”, avec une préface d’Evo Morales (New York : Monthly Review Press, 2020).

Voir la photo: Les cibles des balles de Washington. En haut à gauche : le leader congolais Patrice Lumumba ; en haut à droite, le leader cubain Fidel Castro ; Rafael Trujillo de la République dominicaine, en bas à gauche, et en bas à droite, le Premier ministre sud-vietnamien, Ngo Dinh Diem (boingboing.net)

Nous n’allons pas remuer le couteau dans la plaie pour parler des morts étranges par exemple de Marilyn Monroe ou encore de l’assassinat non résolu de JFK.

Pour en revenir à Prigorine, l’on comprend que c’est arrivé deux mois jour pour jour après la brève mutinerie initiée par Evguéni Prigojine. Le patron du groupe de mercenaires Wagner était à bord du jet privé qui s’est écrasé, mercredi 23 août, dans la région de Tver, à un peu plus d’une centaine de kilomètres au nord-ouest de Moscou, a confirmé Rosaviatsia, l’agence russe de l’aviation.

Elle a publié une liste des dix passagers du vol qui comprend, outre Evguéni Prigojine, les noms de Dimitri Outkine, souvent présenté comme le cofondateur de Wagner et numéro 2 de l’organisation, et d’autres cadres du groupe de mercenaires.

France 24 ajoute que depuis sa marche avortée sur Moscou le 23 juin, Evguéni Prigojine apparaissait en effet pour beaucoup comme un homme en sursis. Rien n’indique de manière définitive qu’il a été la cible d’un assassinat commandité depuis le Kremlin. Certains commentateurs russes pro-Poutine ont d’ailleurs accusé l’Ukraine d’être responsable, tandis que d’autres ont mis l’accident sur le compte d’une défaillance technique de l’avion, souligne le quotidien The Moscow Times.

Mais plusieurs coïncidences n’ont pas échappé aux observateurs. Il y a, bien sûr, le timing très symbolique de ce crash, précisément deux mois après la mutinerie avortée. En outre, “l’avion transportait à la fois Evguéni Prigojine et Dimitri Outkine, ce qui est très rare. Les deux hommes ne se déplaçaient presque jamais ensemble pour éviter, justement, ce type de scénario”, souligne Stephen Hall, politologue spécialiste de la Russie à l’université de Bath, en Angleterre. L’avion s’est aussi écrasé au moment où le président russe, Vladimir Poutine, prononçait un discours pour célébrer les 80 ans de la victoire de l’URSS contre l’Allemagne nazie dans lequel il mettait l’accent sur la “loyauté” des soldats russes en Ukraine.

Des habitants de Saint-Pétersbourg sont venus rendre hommage jeudi matin à Evguéni Prigojine, victime de ce crash d’avion. “C’est horrible. Quand, en France, Charles De Gaulle est mort, on disait que la France était orpheline. Pour moi, depuis cette nuit, la Russie est orpheline”, affirme Pavel Zakharov, un soutien, âgé de 36 ans.

Vladimir Poutine a déclaré ce jeudi que les victimes du crash de l’avion de Wagner ont apporté une “contribution significative” en Ukraine. Le président russe a salué la mémoire d’Evguéni Prigojine, mort ce mercredi dans un crash d’avion, rapportent l’agence de presse Reuters et l’agence de presse russe Ria Novosti. Le chef du Kremlin évoque un homme d’affaires “talentueux” qui a commis des “erreurs”.

Vladimir Poutine adresse ses condoléances aux familles des victimes du crash dans lequel est mort le patron de Wagner, indiquent ces sources. Le président russe Vladimir Poutine a affirmé ce jeudi que l’enquête sur l’accident d’avion dans lequel est mort Evguéni Prigojine sera “menée jusqu’au bout”. Dès mercredi soir, une enquête pour “violation des règles de sécurité du transport aérien” a été ouverte. “Une équipe d’enquêteurs a été envoyée sur les lieux (…) pour établir les causes de l’accident”, indiquait dans un communiqué le Comité d’enquête russe.

La chute de l’avion a été immortalisée dans de nombreuses vidéos, de différents points de vue : l’appareil semble tomber soudainement en piqué, suivi d’une fumée blanche, avant de s’enflammer à l’impact au sol, où les débris brûlés du fuselage ont été retrouvés. En seulement 32 secondes, l’avion, qui volait depuis une trentaine de minutes selon les médias russes, a perdu 3000 mètres d’altitude, chutant brutalement de 9000 mètres environ à 6000. Pour les membres du groupe Wagner, il ne fait aucun doute que leur patron “est mort à la suite des actions des traîtres à la Russie”, quand Moscou paraît privilégier la piste d’un simple accident d’aviation. Si les zones d’ombre sont nombreuses, l’hypothèse d’une attaque reste pour l’heure la plus plausible.

A jeudi soir, aucun média occidental ne s’était intéressé à la portée géopolitique de l’affaire. Mais déjà l’on sait que Wagner survivra à la disparition de son leader mythique. Pour ce qui est de la fortune personnelle du commandant de Wagner, elle devrait revenir en toute logique aux proches de Prigojine, son épouse Lyubov Prigozhina et leurs trois enfants. Discrète, la désormais veuve a pourtant toujours eu un rôle essentiel dans les affaires de son mari. Son nom apparaît dans l’organigramme de plusieurs sociétés de Concord Group. Le Financial Times avait assuré en avril dernier que Lyubov Prigojine et ses enfants “jouent depuis des années un rôle actif dans les multiples entreprises” de Prigojine. Les registres des sociétés russes montrent que les enfants de Prigojine détenaient des actions dans les sociétés de leur père, ces participations étant fréquemment échangées entre eux. À l’exemple de la société Lakhta Plaza, d’abord sous le contrôle de Polina, l’aînée des trois enfants, puis de Pavel, le cadet, qui a lui-même combattu avec les forces de Wagner en Syrie. Certains médias évoquent une fortune de 1 milliards de dollars américains.

Le Kremlin a nié ce vendredi avoir ordonné la mort d’Evgueni Prigojine, chef du groupe paramilitaire Wagner et ami devenu ennemi de Vladimir Poutine, présumé mort après le crash de son avion mercredi entre Moscou et Saint-Pétersbourg. “C’est un mensonge absolu, il faut aborder cette problématique (du crash) en se basant sur des faits”, a fermement nié Dmitri Peskov, porte-parole du maître du Kremlin interrogé sur les insinuations de dirigeants occidentaux selon lesquelles le Kremlin aurait ordonné l’assassinat de l’ex-cuisiner de Poutine. À Washington, Paris, Berlin ou Kiev, de hauts responsables ont sous-entendu que leurs soupçons se portaient directement sur le Kremlin.

 

“Actuellement, autour de la catastrophe aérienne et des morts tragiques de passagers, notamment Evgueni Prigojine, il y a beaucoup de spéculations et on sait bien dans quel sens on spécule en Occident”, a-t-il aussi dit.

 

 

0 Comments

Laisser un Commentaire

Le Napoli et le Barça se neutralisent

Le Napoli et le Barça se neutralisent

Buts : Osimhen (75e) pour les Partenopei // Lewandowski (60e) pour les Blaugrana Stopper l’hémorragie, tel était le leitmotiv du côté napolitain comme du côté barcelonais....

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne