Mondial 2023…fin cruelle pour les Bleues

by | Aug 12, 2023 | Actualités, Sports

Au bout d’une rencontre et d’une séance de tirs au but étouffantes à souhait, les Françaises sont éliminées par les hôtes australiennes. Comme pour les garçons en décembre dernier, le rêve de titre mondial s’évapore sur un coup de « loterie ».

Australie 0-0 (7-6, T.A.B.) France

La France des campings, celle des road trips ou des grasses matinées aura peut-être manqué ça, mais un quart de finale de Coupe du monde, quel qu’il soit et quelque soit son horaire, aura toujours de quoi décoller des yeux encore embués. Surtout quand son dénouement est trouvé au bout d’une séance de tirs au but plus qu’épique. Cette bataille de Brisbane entre Australienne et Françaises, quasi un mois après un match de préparation frustrant à Sydney, a longtemps tourné à l’avantage des Océaniennes, enorgueillies par leur montée en puissance dans ce Mondial à domicile. Mais dans une partie nerveuse (bien que le premier carton ait été dégainé à la 92e minute), sans but et au milieu d’un océan jaune, les Bleues ont fait preuve de résilience pour combler leurs approximations techniques et pousser les Matildas aux tirs au but. L’entrée de Solène Durand pour la séance fatidique n’aura pas été suffisante pour permettre à Wendie Renard et les siennes de se hisser en demi-finales. Frustrant, mais on se souviendra longtemps de ce bras de fer.

Le marteau-piqueur australien, le filet de sécurité De Almeida

Dans la vie de tous les jours, quand on doit sortir la boîte à outils de bon matin, ce n’est pas forcément bon signe. Et c’est peu dire que cet Australie-France a tout d’un sacré chantier entre les blocs défensifs à péter à la masse, les fissures comblées par des tacles à la tronçonneuse ou les surfaces de réparation transformées en zone de destruction. Hervé le Bricoleur a bien renforcé l’étanchéité de son couloir droit en installant la rustine Elisa De Almeida à la place du piston Ève Périsset, mais la menace Caitlin Foord reste un poison, symbole de ces Matildas accrocheuses, déterminées, en mission. Les trous dans le grillage sont rares, mais ce sont les Bleues qui grimacent sous leurs casques. Kadidiatou Diani pensait profiter du mauvais réglage d’Alanna Kennedy dans son dégagement, mais la néo-Lyonnaise, accrochée par la fautive, croise trop sa frappe en bout de course (8e). Dans la foulée, Wendie Renard et Eugénie Le Sommer mettent les Jaune et Vert sous pression, sans que Maëlle Lakrar ne puisse dévier correctement le ballon dans le but vide (12e).

À l’image de la double agression impunie de Raso et Gorry sur Karchaoui et Geyoro, la rugosité australe grignote petit à petit les opportunités des Françaises, trop imprécises, pas assez spontanées et privées d’une Kenza Dali prise en tenaille. À l’inverse, l’Australie passe la seconde : un corner de Steph Catley allume le feu dans la défense, avant que Pauline Peyraud-Magnin – aussi peu rassurante que rassurée – et Sakina Karchaoui ne s’emmêlent les tournevis sur une intervention banale et offrent à Mary Fowler l’ouverture du score sur un plateau… Si la rustine De Almeida n’avait pas effectué un sauvetage valant un but (41e).

Changement de côté mais pas de topo : l’entrée sous les clameurs de la star Sam Kerr avant l’heure de jeu n’est pas pour rassurer le clan tricolore, étouffé et étourdi, mais il faut le réveil de PPM sur la frappe lointaine de Hayley Raso (55e) ou les coups de boutoir de Mary Fowler (7 frappes tentées) pour rester en vie. Vicki Becho, sans complexe et avec idées, apporte une éclaircie, forçant les hôtes à desserrer leur étreinte. La partie s’embourbe alors dans une bouillie qu’aucune équipe ne peut rendre digeste, entre frappes désespérées, centres inoffensifs et crampons dans le pif de Le Sommer. Tout ce qu’il faut pour pousser la porte de la prolongation.

La séance de leur vie

Dans cet extra-time, les Bleues gardent de la consistance dans un climat de tension. Wendie Renard fait le ménage dans la surface et pousse Kennedy à rabattre le corner de Selma Bacha dans ses propres filets, avant que Mme Carvajal ne vienne généreusement à la rescousse des locales (100e). Et si Cortnee Vine n’est pas assez prompte pour reprendre le service de Foord, Becho oblige Mackenzie Arnold à se détendre (107e), quand l’incursion de Geyoro fait courir un gros frisson dans les travées du Lang Park (110e). 0-0 : Hervé Renard sort de son chapeau la gardienne remplaçante Solène Durand pour disputer la séance des tirs au but…

La « spécialiste de la loterie » boxe la tentative de Catley, effaçant l’échec initial de Bacha. Sa concurrente Arnold s’illustre en repoussant la frappe molle de Périsset (elle aussi entrée expressément pour cette séance), mais ne peut plier l’affaire en catapultant elle-même le cinquième essai sur le poteau. La séance frise la folie quand Arnold dégoûte Kenza Dali, qui a pourtant eu deux chances pour battre la portière australienne, mais Durand répond d’un réflexe fou face à Hunt. Le dernier mot, c’est l’Australie qui l’aura au bout de 10 essais par équipe, suite au poteau de Becho et le clou final enfoncé par Vine. Intense, défrisant, mais surtout terrible.

Australie (4-4-2) : Arnold – Carpenter, Hunt, Kennedy, Catley – Raso (Vine, 104e), Gorry, Cooney-Cross (Yallop, 116e), Foord – Van Egmond (Kerr, 55e), Fowler. Sélectionneur : Tony Gustafsson.

  France (4-4-2) : Peyraud-Magnin (Durand, 120e) – De Almeida (Périsset, 120e), Lakrar, Renard, Karchaoui – Dali, Toletti (Becho, 64e), Geyoro, Bacha – Diani, Le Sommer. Sélectionneur : Hervé Renard.

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne