Coup d’État en cours au Gabon : Ali Bongo renversé et placé en résidence surveillée

by | Aug 30, 2023 | Edito, Monde

Un groupe d’officiers supérieurs de l’armée gabonaise a annoncé à la télévision avoir pris le pouvoir en raison du manque de crédibilité des récentes élections générales, peu après l’annonce de la victoire du président Ali Bongo à la présidentielle. Dans un message vidéo, ce dernier a appelé ses soutiens internationaux à “faire du bruit” pour le soutenir. Suivez en direct l’évolution des événements au Gabon. Un groupe d’une douzaine de militaires et de policiers gabonais a annoncé, mercredi 30 août, dans un communiqué lu sur la chaîne de télévision Gabon 24 abritée au sein de la présidence, l’annulation des élections au Gabon, la dissolution de “toutes les institutions de la République” et la “fin du régime”.

Parmi ces militaires figuraient des membres de la garde républicaine (GR), la garde prétorienne de la présidence reconnaissables à leurs bérets verts, ainsi que des soldats de l’armée régulière et des policiers. L’intervention a ensuite également été diffusée sur la télévision publique Gabon 1ère.

Cette déclaration a eu lieu juste après l’annonce officielle de la victoire d’Ali Bongo à l’élection présidentielle avec 64,27 % des voix. Au pouvoir depuis 14 ans, le président sortant briguait un troisième mandat aux élections de samedi 26 août qui ont regroupé trois scrutins, présidentiel, législatif et municipaux, tous sur un seul tour.

Les militaires putschistes portent en triomphe le chef de la garde présidentielle (TV d’État)

Le général Brice Oligui Nguema, chef de la garde républicaine (GR), garde prétorienne du président Ali Bongo Ondimba, a été porté en triomphe par des centaines de militaires quelques heures après un coup de force, aux cris de “Oligui président”, dans des images retransmises par la télévision d’État.

Cette vidéo passait en boucle à la fin d’un communiqué lu par un colonel entouré d’officiers de la GR, la plus puissante unité de l’armée gabonaise, annonçant que Ali Bongo était “en résidence surveillée” quelques heures après l’annonce de sa réélection au terme de 14 années au pouvoir.

Des scènes de joie à Libreville et Port-Gentil

Dans le quartier populaire Plein Ciel de Libreville, non loin du centre, un membre du personnel de l’AFP a vu une centaine de personnes sur un pont, à pied ou en voiture, crier : “C’est la libération !” ou encore “Bongo dehors !”. Au son des klaxons, ils ont salué et applaudi des policiers en tenue anti-émeutes au visage masqué. Selon cette source, des militaires à bord d’un pick-up ont levé les bras en signe de victoire et ont été applaudis par la foule.

Dans le quartier aisé d’Akanda, non loin de la résidence d’Ali Bongo, des habitants se tenaient sur le pas de leur porte, sans oser sortir, selon un membre du personnel de l’AFP, des militaires rigolards d’une unité d’élite leur demandant de rentrer chez eux.

À Port-Gentil, la capitale économique, sur la place du Château d’eau située dans un quartier populaire et bastion traditionnel de l’opposition, des centaines de personnes ont klaxonné en criant “Le Gabon est libéré”. Certains dansent avec des policiers et des militaires en tenue, a rapporté Ousmane Manga, journaliste indépendant contacté par téléphone par l’AFP.

Ali Bongo “n’avait pas le droit de faire un troisième mandat”, affirme le général Brice Oligui Nguema dans une interview

Ali Bongo “n’avait pas le droit de faire un troisième mandat” a affirmé le général Brice Oligui Nguema, instigateur du Coup d’État en cours au Gabon, dans une interview avec Le Monde Afrique. “La Constitution a été bafouée, le mode d’élection lui-même n’était pas bon. Donc l’armée a décidé de tourner la page, de prendre ses responsabilités”, a-t-il expliqué.

Il a par ailleurs précisé que les généraux se réuniraient mercredi pour décider qui dirigera la transition.

Le président du Nigeria et de la Cédéao exprime son inquiétude sur la situation au Gabon

Le président nigérian Bola Tinubu, président en exercice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), travaille en étroite collaboration avec d’autres chefs d’État sur la manière répondre à la tentative de coup d’État au Gabon, a déclaré son porte-parole Ajuri Ngelale.

Bola Tinubu suit de près l’évolution de la situation au Gabon et la “contagion autocratique” qui se propage sur le continent “avec une profonde inquiétude”, a déclaré le porte-parole.

L’Union Africaine organise une réunion de crise sur le Gabon avec le Burundi, le Sénégal et le Cameroun

Le président du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine, Willy Nyamitwe, a annoncé une réunion d’urgence avec le Burundi, le Sénégal et le Cameroun afin d’analyser la situation au Gabon.

Sur Franceinfo, l’ancien président français François Hollande estime qu’il n’y a pas eu de “réaction suffisamment nette” après le coup d’État d’août 2020 au Mali, entraînant un effet contagion.

Ali Bongo s’exprime dans un message vidéo

Dans une vidéo en anglais, le président du Gabon a appelé ses soutiens internationaux à “faire du bruit” pour le soutenir. On l’y voit, sans pouvoir déterminer le moment où la vidéo a été tournée, assis dans un fauteuil et manifestement inquiet. “Je suis Ali Bongo Ondimba, président du Gabon”, “j’envoie un message à tous nos amis dans le monde entier pour leur dire de faire du bruit” à propos “des gens qui m’ont arrêté, moi et ma famille”, dit en anglais Ali Bongo, 64 ans, qui dirige le Gabon depuis plus de 14 ans et avait été proclamé, quelques instants avant le putsch, vainqueur de l’élection de samedi.

La situation au Gabon est “profondément préoccupante”, estime le Commonwealth

Le Commonwealth a jugé la situation au Gabon, où un coup d’État militaire est en cours, “profondément préoccupante”, rappelant au pays ses obligations en termes de respect de la démocratie.

“Les informations concernant la prise de pouvoir illégale au Gabon sont profondément préoccupantes”, a estimé la secrétaire générale du Commonwealth, Patricia Scotland, dans un communiqué. Elle a rappelé que les membres du Commonwealth, organisation composée surtout d’anciennes colonies britanniques que le pays d’Afrique centrale a rejoint l’année dernière, devaient respecter “l’Etat de droit et les principes de démocratie”.

L’Italie se dit “engagée” pour une solution diplomatique au Gabon et au Niger

L’Italie a appelé mercredi à une “solution diplomatique” au Gabon, où un putsch est en cours contre le président sortant Ali Bongo et réitéré le même souhait au Niger, où un coup d’État est survenu fin juilleta.

 

“L’Italie continue à être engagée en faveur d’une solution diplomatique de la crise au Niger mais aussi celle plus récente au Gabon, en étroite coordination avec ses partenaires”, a déclaré le chef de la diplomatie italienne Antonio Tajani dans un communiqué. “Il est fondamental que les pays européens maintiennent une pleine vunité d’intention dans la recherche d’une issue pacifique qui assure paix et stabilité à l’entière région du Sahel”, a-t-il ajouté avant de s’envoler pour Tolède (Espagne) où se tient une réunion informelle des ministres de la défense et des affaires étrangères de l’UE.

La France “condamne” le coup d’État en cours, affirme Olivier Véran

“La France condamne le coup d’État militaire qui est en cours au Gabon”, a annoncé le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, en indiquant que Paris “surveille avec beaucoup d’attention l’évolution de la situation”.

“Nous rappelons notre attachement à des processus électoraux libres et transparents”, a ensuite déclaré le porte-parole à l’AFP, précisant ses propos.

Olivier Véran avait affirmé que la diplomatie française “souhaitait que le résultat de l’élection, lorsqu’il sera connu, puisse être respecté”, lors d’une conférence de presse à l’issue du Conseil des ministres.

Une déclaration corrigée depuis, puisque les autorités gabonaises avaient annoncé, dans la nuit de mardi à mercredi, la réélection officielle d’Ali Bongo avec 64,27 % des voix.

La Russie est “très préoccupée” par la situation

Le Kremlin a indiqué suivre la situation au Gabon avec une “profonde préoccupation”, alors qu’un coup d’État militaire y est en cours et que le président Ali Bongo Ondimba a été placé en résidence surveillée. “La situation au Gabon est un sujet de profonde préoccupation” et “nous surveillons de près ce qui s’y passe”, a déclaré à Moscou à des journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Tandis que la Chine a appelé à veiller sur la sécurité d’Ali Bongo.

0 Comments

Laisser un Commentaire

Le Napoli et le Barça se neutralisent

Le Napoli et le Barça se neutralisent

Buts : Osimhen (75e) pour les Partenopei // Lewandowski (60e) pour les Blaugrana Stopper l’hémorragie, tel était le leitmotiv du côté napolitain comme du côté barcelonais....

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne