Causing a child to be sexually abused: Asha Suffurally écope de cinq ans de prison…

by | Jun 13, 2023 | Faits Divers

« Un tel comportement est l’expression d’une conduite pédophile » a affirmé la magistrate Zaynah Essop

Elle avait, en décembre 2014, poussé deux enfants de 4 et 6 ans à s’adonner à des actes indécents avant de filmer toute la scène. Ce lundi 6 juin, Asha Suffurally, ancienne baby-sitter d’une trentaine d’années, a été condamnée à cinq ans de prison par la magistrate Zaynah Essop. Elle a été jugée coupable de causing a child to be sexually abused, en violation des sections 14 et 18 de la Child Protection Act et d’avoir pris des photos indécentes de deux enfants dont elle avait la responsabilité.

La jeune femme a écopé de trois ans de prison pour quatre accusations de « causing child to be sexually abused » et de deux ans de prison pour « taking indecent photograph of a child », devant la Children’s Court. Dans la sentence prononcée, la magistrate a fait ressortir qu’un emprisonnement est nécessaire dans ce cas pour que la nounou réalise la gravité du délit qu’elle a commis. Elle dit avoir pris note que le nombre de cas d’abus sexuels sur des enfants est en hausse. Selon elle, il est important que la Cour envoie un signal fort aux auteurs d’abus sexuels sur enfants.

Pour rappel, le 5 décembre 2014, la baby-sitter avait la responsabilité des deux enfants de 4 et 6 ans – aujourd’hui âgées de 13 et 15 ans. Quatre vidéos avaient été saisies sur son téléphone portable dans lesquelles elle encourageait ces deux enfants à commettre des actes de nature sexuelle.

La babysitter avait plaidé coupable pour avoir enregistré les images, elle avait toutefois nié que c’était elle qui les avait incités à commettre de tels actes. Après avoir visionné les quatre vidéos, la magistrate a conclu qu’il s’agit là d’une affaire très sérieuse impliquant deux jeunes enfants. Ils étaient sous la responsabilité d’une nounou qui incarnait l’autorité à ce moment-là.

La poursuite avait maintenu que plusieurs éléments troublants démontraient que la baby-sitter était bien celle qui avait poussé ces deux jeunes enfants à s’engager dans des actes sexuels et incestueux avant de les filmer. Le jour des faits, les deux enfants étaient seuls avec la nounou. Dans l’enregistrement produit en Cour, on entend la baby-sitter qui donne des directives aux deux enfants. Quand ils ont voulu arrêter, disant qu’ils avaient peur, a fait ressortir la magistrate, on pouvait entendre la baby-sitter dans l’enregistrement leur demander de continuer car c’était amusant. Lors du procès, les deux enfants n’ont pas été appelés à témoigner en Cour.

Bien que la baby-sitter ait demandé la clémence de la cour, la magistrate Zaynah Essop a fait ressortir que les cas d’abus sexuels sur des enfants doivent être traités avec beaucoup de sévérité. «In the present matter, it is therefore clear that the accused should be visited by a custodial sentence so as to be commensurate with the gravity of the offence. But it is equally clear that for the purposes of sentencing, the offences should be judged in accordance with its degree of gravity whilst taking into account the circumstances of the case», a souligné la magistrate Zaynah Essop.

 

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne