Funérailles émouvantes pour Serge Lebrasse : hommage à cet artiste qui a promu le séga ici et ailleurs

by | Apr 8, 2023 | Actualités

Pravind Jugnauth : « L’œuvre de Serge Lebrasse constitue un élément important du patrimoine culturel national »

 

Le légendaire chanteur de séga, Serge Lebrasse, est décédé aux petites heures du matin ce jeudi 6 avril 2023. Il s’est éteint à l’âge de 92 ans, des suites d’une maladie pulmonaire. Ses funéraires ont eu lieu, ce vendredi 07 avril, en présence d’une grosse foule venue lui rendre un dernier hommage.

 

La triste nouvelle a été annoncée sur Facebook par Toto Lebrasse, son fils, chanteur lui aussi. Tout de suite, les messages de sympathies ont commencé à défiler sur les réseaux sociaux.  Car, tout un chacun tenait à rendre hommage à ce grand homme qui a connu une carrière fulgurante dans le domaine musical. D’ailleurs, c’est lui Serge Lebrasse qui a emmené le séga dans les salons, car ce style de musique était au départ vu d’un très mauvais œil.  En effet, à la suite de l’abolition de l’esclavage en 1835, le séga était une musique qui était représentante de la couche sociale la plus démunie. Elle était mal vue des classes plus aisées. Etant l’enfant d’un assistant comptable et ayant bénéficié d’une bonne éducation, Serge Lebrasse a dû faire fi, des qu’en dira-t-on lorsqu’il s’est mis à jouer du séga.

 

Pour sa part, l’artiste a appris à apprécier et jouer cette musique, durant son séjour dans les campagnes, auprès de maîtres méconnus de cette discipline. Son choix d’ajouter la guitare dans le sega a été une vraie révolution ! C’était vers le début des années 50.

 

Serge Lebrasse a commencé à connaitre le succès, grâce à la mythique chanson : « Madame Eugène ». Un morceau aux textes légers et drôles, enregistré avec l’orchestre de la police. Depuis, il n’a cessé de composer de la belle musique. On se souvient de ses titres phares : si to content moi, si mo ti enn magicien et des potpourri sega de letan lontan ou encore Moris mo pei. Or, le dernier des Mohicans du séga mauricien, compte aujourd’hui un répertoire de plus de 70 ségas.

 

Des ségas qui restent de grands souvenirs pour pratiquement tous les Mauriciens et même des étrangers. En effet, grâce à son talent, la légende du Sega a presque fait le tour du monde pour faire danser les amoureux du séga.

Cependant, c’est en 2016, qu’il a fait ses adieux à la scène, soit à l’âge de 86 ans pour une retraite bien méritée auprès de son épouse Gisèle.

 

Son parcours scolaire et professionnel

Serge Lebrasse fait partie d’une fratrie de quatre enfants. Il est né à la Rue Labourdonnais, à Rose Hill. Il a fréquenté l’école primaire de Saint Enfant Jésus où il s’est retrouvé après un court passage à l’école Bon Secours, Serge Lebrasse était studieux. Il réussit avec brio la sixième avant de décrocher la petite bourse. Cependant, il lui fallait payer le transport pour aller au collège Royal et comme son papa s’était éteint quelques temps avant qu’il n’obtienne les résultats de la petite bourse, il se vit contraint de ranger le cartable. Il lui fallait travailler et c’est dans une entreprise funéraire qu’il décrocha son premier emploi. Puis, il a pris un job dans le département des Bois et Forêts. Mais, il lui fallait déménager et mettre le cap sur Quartier Militaire. Serge Lebrasse a fait plusieurs petits boulots dont la cordonnerie, l’enseignement, puis conseiller au ministère des Arts et Culture.

 

Un admirateur de Ti Frer

En parallèle, il a continué son petit bonhomme de chemin dans la musique.

Serge Lebrasse c’est toujours inspiré du légendaire Alphonse Ravaton, connu comme Ti Frer.

 

Lors des visites officielles des personnalités telles que la Reine d’Angleterre, l’ancien Premier ministre de l’Inde, Mme Indira Ghandi, la princesse Diana ou encore l’ancien Président français François Mitterrand, c’étaient le séga et Serge Lebrasse qui les accueillaient sur des rythmes envoûtants !

 

Récompenses

L’artiste a aussi accumulé, les distinctions et les trophées. Il est notamment élevé en 1976 au titre de Member of the British Empire (M.B.E) pour sa contribution à l’art à Maurice

 

En 2018, lors de la première édition des National Awards, Serge Lebrasse avait été plébiscité dans la catégorie musique. Puis, on se souvient qu’en 2000, il a aussi été fait citoyen d’honneur de la mairie de Beau-Bassin/Rose-Hill.

 

L’icône musicale locale, laisse derrière lui 6 enfants, 11 petits-enfants et 12 arrière-petits-enfants.

 

Hommages

 

Pravind Jugnauth « C’est enn vrai artiste mauricien qui finne conne chante la beauté de nous l’ile Maurice arc-en ciel. »

Le chef de l’Etat a sur sa page Facebook soutenu que c’est avec beaucoup de tristesse qu’il a dit un dernier aurevoir à Serge Lebrasse. « Enn vrai artiste mauricien qui finne conne chante la beauté de nous l’ile Maurice arc en ciel. Mo presente  mo sincere condoléances a la famille et a so bannes proches, »  a écrit Pravind Jugnauth.

 

Dans une correspondance officielle adressée à l’épouse de Serge Gisèle Lebrasse, le Premier ministre, a tenu à présenter ses plus vives sympathies à la famille et aux proches de l’artiste, qualifié par le chef du gouvernement comme étant le patriarche du sega.

Pravind Jugnauth ajoute que l’oeuvre de Serge Lebrasse constitue un élément important du patrimoine culturel national.

Le Premier ministre dira que malgré cette immense perte, le fait de savoir que la musique de Serge Lebrasse nous accompagnera pendant encore longtemps, offre un réconfort à ceux qui l’ont aimé.

 

 

Pradeep Roopun : « Sa contribution restera à jamais un patrimoine universel »

 

« C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris le décès de mon cher ami Serge Lebrasse. Je tiens à exprimer mes plus sincères condoléances à sa famille et ses proches. La contribution de Serge Lebrasse dans le domaine des arts et de la culture mauricienne, à travers sa musique qui a dépassé toutes les frontières, restera à jamais un patrimoine universel ! », a écrit le Président de la République.

 

Linzy Bacbotte : « Il était un grand-père pour moi »

 

Actuellement à l’étranger Linzy Bacbotte a tenu à rendre un vibrant hommage à Serge Lebrasse.  « Si j’étais à Maurice, je serais allée chez lui. Je suis sous le choc. Grand-père nous a quittés », confie Linzy Bacbotte. C’est en effet, comme cela qu’elle l’appelait.

Elle ajoute qu’« Un lien très fort s’est créé entre nous. Il a partagé tellement de choses avec moi. Il aimait les blagues. On a collaboré sur des chansons et on a réalisé plusieurs scènes ensemble. Mais, il n’était pas qu’un artiste à mes yeux, mais un grand-père pour moi. Il m’a adopté comme son petit-enfant. J’étais invité à ses anniversaires. Nous étions très proches »

Linzy Bacbotte fait ressortir que Serge Lebrasse l’a beaucoup inspiré.

 

 Claudio Veeraragoo : « Il était mon professeur de musique à l’école primaire »

 

Claudio Veeraragoo regrette d’avoir perdu un grand ami. « Il était mon professeur de musique à l’école primaire Grand Rivière North West Government School. Une fois par semaine, il venait nous donner des cours. Il m’a mené vers la musique. J’écoutais ses chansons quand j’étais jeune, » se souvient l’artiste.

 

Puis, au fil des années, c’est une amitié qui s’est tissée entre les deux artistes.

Pour mon anniversaire de 60 ans, j’avais organisé un show à Trou-d’Eau-Douce. Il était invité. Quand il avait fêté ses 90 ans, je lui avais rendu visite, précise-t-il.

 

Marie-Josée Clency, 79 ans : « Nous avons toujours promu notre séga à travers le monde »

 

« Je suis triste. C’est dur, car je pense à mon défunt époux Roger Clency et notre ami Serge Lebrasse. C’est un double chagrin », confie la chanteuse Marie-Josée Clency. Elle a appris la triste nouvelle de son neveu.

 

Marie-Josée Clency précise avoir connu le ségatier soixante ans de cela quand ils faisaient leur premier pas dans la musique. « Roger Augustin, France Jemon, Francis Salomon, Cyril Labonne, Alain Permal, Serge Lebrasse et moi-même avions commencé à chanter à la même époque. On a partagé la même scène dans plusieurs concerts », détaille-t-elle. Idem pour les fêtes de l’Indépendance, se souvient-elle.

 

Ajoutant que « Nous avons toujours promu notre séga et notre culture à travers le monde. »

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne