« Donald Trump m’a violée » : le lourd témoignage d’une ex-journaliste

by | Apr 27, 2023 | Monde

E. Jean Carroll, âgée aujourd’hui de 79 ans, accuse l’ancien président américain de l’avoir violée dans les années 1990, dans un grand magasin de New York.

 

« Je suis ici pour reprendre le cours de ma vie ». Mercredi 26 avril, l’ancienne chroniqueuse américaine E. Jean Carroll s’est livrée devant un jury citoyen dans le cadre d’un procès civil à New York contre l’ex-président des États-Unis, Donald Trump. Elle demande réparation. Au second jour de ce procès devant le tribunal fédéral de Manhattan, E. Jean Carroll, 79 ans, s’est exprimée d’une voix posée et grave, devant les neuf citoyens tirés au sort pour déterminer si Donald Trump l’a ou non agressée au milieu des années 1990, dans une cabine d’essayage du grand magasin de luxe new yorkais Bergdorf Goodman.

 

« Je suis ici », a-t-elle dit, « parce que Donald Trump m’a violée ». Dans un silence de plomb, l’ancienne chroniqueuse du magazine Elle a poursuivi : « Quand j’ai écrit sur le sujet (dans un livre publié en 2019, ndlr), il a dit que cela n’était pas arrivé. Il a menti et a brisé ma réputation ». « Je suis ici pour reprendre le cours de ma vie », a-t-elle ajouté.

 

Pendant plus d’une heure, l’écrivaine, élégante, distinguée, les traits un peu creusés, a raconté comment « une scène new-yorkaise si drôle » – la rencontre fortuite avec Donald Trump à l’entrée d’un grand magasin, puis quelques plaisanteries dans les rayons – s’est transformée en cauchemar dans la cabine d’essayage du rayon lingerie au 6e étage. Selon son récit, l’homme d’affaire et célébrité du tout-New York à l’époque la reconnaît car elle tient une rubrique dans Elle, « Ask E. Jean », et l’invite sur un ton très badin à l’aider à choisir un cadeau. Au rayon lingerie, Donald Trump attrape un « sous-vêtement ».

 

 

« J’avais peur de Donald Trump. J’avais honte »

Elizabeth Jean Carroll ne s’explique toujours pas plus de 25 ans après les faits présumés comment elle a pu le suivre dans la cabine. La suite, elle en a livré un témoignage sans détours. Elle affirme que Donald Trump l’a poussée contre le mur, coincée, puis baissé son collant et l’a pénétrée avec « ses doigts dans (son) vagin », puis son sexe. La scène a duré « quelques minutes ».

 

« Je sais que des gens ont traversé bien pire mais cela m’en rendue incapable de retrouver une vie amoureuse », a témoigné E. Jean Carroll. Pourquoi a-t-elle mis plus de 20 ans à sortir du silence ? « J’avais peur de Donald Trump (…) J’avais honte (…) Je pensais que c’était de ma faute ».

 

L’ancien président des États-Unis, qui n’est pas jugé au pénal, n’était pas présent mardi et mercredi et ne devrait pas se présenter au tribunal civil. Mais ses avocats devraient soumettre E. Jean Carroll à un contre-interrogatoire serré. Mardi, l’un d’eux, Joe Tacopina, l’avait dépeinte en affabulatrice avide d’argent et de reconnaissance.

 

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne