Canada. À Montréal, le dilemme entre déneigement et environnement

by | Apr 7, 2023 | Monde

Chaque année, près de deux mètres de neige tombent sur la principale ville du Québec, au Canada. Les opérations de déneigement y posent un vrai défi logistique et environnemental.

 

Ça sent le début du printemps, à la carrière Francon, dans le nord de Montréal. Les camions chargés de neige arrivent désormais au compte-gouttes. Au plus fort de l’hiver, il en arrive 300 par heure , détaille Philippe Sabourin, porte-parole de la Ville.

 

L’ancienne carrière, dont la pierre a servi à construire le centre de Montréal, est désormais un centre de stockage de la neige. 40 % des quelque 12 millions de mètres cubes qui tombent chaque hiver sur la ville d’1,7 million d’habitants y sont stockés. Une fois la guérite passée, les camions déchargent leur neige dans le fond de la carrière, situé une cinquantaine de mètres en contrebas. Enfin, ça, c’est au début de la saison. Fin mars, cinq immenses collines faites de neige atteignent désormais les quais de déchargement.

 

 

«Nous sommes conscients de la pollution»

Pour permettre aux Montréalais de continuer à se déplacer tout au long de l’hiver, à chaque sortie (5 à 7 par hiver, environ quatre jours et quatre nuits après chaque grosse tempête), les engins de déneigement parcourent environ 10 000 kilomètres sur les routes, trottoirs et pistes cyclables. Presque un aller-retour Paris-Montréal , aime à comparer Philippe Sabourin. Une opération nécessaire mais qui a un coût financier et environnemental. Pour le coût financier, c’est environ 120 millions d’euros par an.

 

Pour l’environnement, entre les camions-bennes, les souffleuses, les déneigeuses, près de 2 200 véhicules sont utilisés à chaque sortie. On est conscient de la pollution mais on essaye de faire au mieux, explique le porte-parole de la Ville. On a amélioré la cartographie de la ville pour être sûrs que chaque déneigeuse fasse le minimum de distance en étant le plus efficace.

 

Philippe Sabourin, porte-parole de la ville de Montréal, aux côtés de Giovanni Scattone, contremaître à la carrière Francon, dans le nord de Montréal. C’est incroyable à quel point c’est efficace le déneigement ici, confie Sarah, une jeune Montréalaise de 29 ans. Oui ça pollue, mais sinon on ne peut plus sortir de chez nous en hiver. Ce qui m’inquiète le plus, c’est tout ce sel… Et du sel, la mairie en utilise beaucoup. Environ 150 000 tonnes par an et cela risque de ne pas aller en diminuant.

 

 

Recherche de substituts au sel

Le problème ce n’est pas tant les quantités de neige mais les variations de température, explique Florent Barbecot, du laboratoire Geotop de l’Université du Québec. Comme cet hiver par exemple, cela crée des plaques de verglas qui sont vraiment dangereuses. Et qui dit verglas, dit recours au sel. Des recherches sont menées pour s’en passer. Copeaux de bois, pulpe de betterave ou encore marc de café ont été envisagés. Sans succès. Pour le moment, rien de ce qu’on a essayé ne s’est révélé satisfaisant mais on continue de travailler pour trouver des solutions de remplacement.

 

Depuis le début des années 1990, les eaux de fonte qui proviennent des dépôts de neige comme la carrière Francon sont retraitées dans des stations d’épuration avant d’être reversées dans le fleuve Saint-Laurent. Une avancée qui permet non seulement de traiter le sel et les hydrocarbures présents dans la neige mais aussi tous les déchets ramassés au passage.

 

Le vrai problème maintenant, c’est sur les routes entre Montréal et Québec par exempl e. Ces routes sont salées mais le chasse-neige, quand il passe, ne ramasse pas la neige, il se contente de la pousser sur le côté , explique Florent Barbecot. Une méthode qui amène des quantités de sel dans l’environnement non négligeables et qui peuvent poser problème. « On travaille avec les villes pour avoir des données plus précises sur l’utilisation du sel, ajoute le chercheur, mais c’est encore un peu tabou ».

 

0 Comments

Laisser un Commentaire

Le Napoli et le Barça se neutralisent

Le Napoli et le Barça se neutralisent

Buts : Osimhen (75e) pour les Partenopei // Lewandowski (60e) pour les Blaugrana Stopper l’hémorragie, tel était le leitmotiv du côté napolitain comme du côté barcelonais....

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne