Me Samad Goolamaully : « La grâce présidentielle existe depuis environ 700 ans. Avant on l’appelait ‘Royal Pardon’

by | Jan 17, 2023 | Actualités, Politique

  • « On ne peut questionner l’intégrité de la Commission de Pourvoi en grâce et d’un ex-chef juge », soutient-il

Lors des émissions dans des radios privées, l’homme de loi, Samad Goolamaully a, au cours de cette semaine, répondu aux questions des journalistes, par rapport à la polémique entourant la grâce présidentielle accordée à Chandra Prakashsing Dip, le fils du Commissaire de police Anil Kumar Dip.

Me Samad Goolamaully a fait comprendre qu’on peut faire une demande de grâce présidentielle par rapport à notre constitution. « On a fait une application pour le ‘Prerogative of Mercy’. Dans sa sagesse, la commission a conseillé le président de la République pour commuer sa sentence en une amende. Je ne trouve pas rien d’anormal. Cela existe depuis des décennies », dira l’avocat qui a ajouté ceci : « Li exister avant même de l’Etat mauricienne, avant meme de la colonie, enn pouvoir ki exister depi 600, 700 bananer ki nounn in herit depi bann anglais ki appel the royal pardon. Einlinn exister, enaenn raison kifer li exister labasenaenn raison kifer nu ena li dans nou constitution. Kifer ena li dans nou constitution et ena plusieurs cas err kot bann dimoun inn gagne enn massive reduction of sentence, zot sentence inn réduire par 5, 10 ans. Ena cas de vikol kot sentence inn reduce, ena cas de murder kot sentence in reduce, ena cas similaire avek missier Dip mais tank, mo pann tann aucaine tapaz pendant sa 30, 40 bananer la. Personne pannvinn dire nanier ki X.Y lot, zordi ou petann tous sa tapaz la pou enn sel raison, parseki li appel Dipso papa commissaire de police et malheureusement mo bizin dire li certain pe rode fer cheap politics avec sa », a-t-il ajouté.

Cependant, l’homme de loi a laissé entendre qu’il est d’accord pour qu’il y ait un débat élargi concernant notre Constitution, des réformes de nos institutions et pour qu’il y ait plus de transparence de nos institutions.

D’autre part, l’avocat a fait ressortir qu’il n’aurait pas un ‘live issue’ à l’antenne  si  Chandra Prakashsing Dip  n’était pas le fils du commissaire de police et que personne n’aurait porté un intérêt sur cette affaire.

Par ailleurs, Me Samad Goolamaully a soutenu qu’il ne peut questionner l’intégrité de la Commission de pourvoi en grâce et d’un ex-chef juge et venir dire qu’il était gracié parce qu’il est le fils du Commissaire de police. « Je n’ai nullement intention de rentrer dans ce débat », a-t-il ajouté.

Samad Goolamaully a réitéré le fait qu’il est entièrement d’accord pour une transparence dans une démocratie moderne et que toutes les institutions du pays doivent opérer dans un minimum de transparence. « Or, la loi et la constitution telles qu’elles sont, je peux dire qu’il n’a rien d’anormal’ qui s’est passé eu égard à cette affaire. On ne peut dire qu’on a privilégié une personne. Et de demander ceci : « Sa bougue ki ti touye so fam inne gagne enne reduction of sentence, li enne personne privilégier li ? ça l’autre bougueki ti viole enne madame, linne gagne enne reduction of sentence, li enne personne priviledged li ? Sa madame kifinne gagne mo croire plus ki 15 banané reductionlor enne drugtraficking offense, quand inne gracier li, après quelques mois li re-alle commettre enne l’autre offense, quand inne gracier li, li re-alle commettre enne l’autre offence. Li ti enne personne priviledged li ? ».

L’avocat a aussi indiqué que dans le passé on n’a pas jugé utile de poser des questions dans plusieurs cas concernant la grâce présidentielle. Toutefois, il a laissé entendre que tout citoyen a le droit de connaître pourquoi on est allé si vite dans le cas du fils du Commissaire de police. « Je le redis que dans d’autre cas comme dans le passé, certains ont fait une demande de ‘SpecialLeave’ devant le Privy Council pour obtenir le ‘Prerogative of Mercy’. Personne pane faire tapaze dans le passé. Jordi pe faire tapaz akoz c’est Monsieur Dip. Nous besoin sépare sa débat la de politique et amène li lor enne base légale », dira-t-il. L’homme de loi a également a indiqué que ce n’est pas éthique ou ‘ethical’ de sa part de divulguer les noms des personnes qui ont obtenu une décision favorable.

Me Samad Goolamaully a aussi expliqué que  la section de 75,  1 de la constitution donne le président quatre différents pouvoirs, dont un pour pardonner un ‘convicted person’. Mettant l’accent sur une ‘convicted person’, il a dit ceci : «  Mo interpretation is la person finn fini condamner par la cour intermediaire. Lin condamner par, lin linso appel ine tomber devant la cour d’appel lin fer bann euh leave li pan gagner la lin demande special leave. In the mean time mo penser nirport ki avocat tipou alle advise li sa. Demand enn stay of execution maiseskienn stay of execution of a sentence means li neplienn convicted person. Kan li pe kan li pealle demande specialleavepou moi kan li lipefer appel devant la cour supreme c’est enn lot issue. La c’est ennennlegaldebateki mo pou prend bucubucu semaine pou debate sa parceki chacun pouenaenn pou enaenn point de vue. Mais at the end of the day façon ki li ete dans nu constitution la simoi mo ti avocat missierDip mo ti pou essaye tente sa chance la, nirporteki avocat ti pou dire ou kumsaokaybe li ti pou advise ou client, bon nu essayer. Parceki peut être li pena moyen pou ale privycouncil si einpakoner moi, donc nu essayer. Parceki façon ki li été, façon ki nu pou interprète li, ou koner ou ena, ou amené 10 avocats lor ou plateau ou pou gagne 10 différents interprétations ».

D’autre part, l’avocat a déclaré que : “The president may grant to any person a respite, anyperson, li pa dire convicted person la ein. A respite indefinite or for a specified time. 75 (1c) dire, the president may substitute a less severe form of punishment for any punishment imposed on any person”.Il a aussi indiqué qu’il est pour, certains amendements dans notre constitution.

0 Comments

Laisser un Commentaire

La NASA a mis fin à sa mission Lunar Flashlight

La NASA a mis fin à sa mission Lunar Flashlight

La NASA a mis fin à sa mission Lunar Flashlight. Des débris auront eu raison du nano-satellite.   L’agence spatiale américaine, la NASA, a décidé de mettre un terme à...

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne