L’hémorragie continue au PTr : Sheikh Mukhtar Hossenbocus claque la porte, « Navin Ramgoolam n’est à l’écoute de personne, c’est un one-man show »…

by | Oct 6, 2022 | Politique

  • «  Pravind Jugnauth est un grand leader » , soutient le Constituency Clerk du député Osman Mahomed.

 

  • Au No 2, seul le «dirty money politics et des intérêts personnels prévalent et la situation ne cesse d’empirer».

Après Kalyanee Juggoo et Ezra Jhuboo, c’est au tour de Sheikh Mukhtar Hossenbocus de claquer la porte et de prendre ses distances avec le Parti Travailliste de Navin Ramgoolam. Dans sa lettre adressée au leader du PTr, Navin Ramgoolam, le démissionnaire avance qu’il a été membre du parti depuis 35 ans et que c’est la première fois que l’équipe se retrouve à un tel niveau et sans direction. Dans la circonscription no 2, affirme-t-il, seul le «dirty money politics et des intérêts personnels prévalent et la situation ne cesse d’empirer».

Le démissionnaire a fait comprendre que ce n’est plus le PTr de Navin Ramgoolam de 2005 ou encore de 2010. Dans ce contexte, il a dit ceci :  «  Le leader des ‘rouges’ n’est à l’écoute de personne. C’est un ‘one-man show’. Vous n’avez pas le droit à la parole. Le leader ne reconnait pas la compétence. Le bon travail d’Osman Mahomed n’est pas reconnu » .

Poursuivant, il a dit que ce dernier est un bosseur, mais son travail n’est pas reconnu. « Malheureusement ! Nous étions dans une fonction dans le Nord et Navin Ramgoolam était invité. Il ne nous a même pas salués’’, dira le démissionnaire qui a ajouté ceci : ‘’ Quand pouvoir ek l’arrogance monte dans ou la tete ou bliye tout’. Le travail acharné et la loyauté sont régulièrement ignorés. J’ai l’impression d’avoir gaspillé mes 35 années au service d’un parti qui a perdu toute crédibilité » .

‘Dans sa lettre adressée à son ancien leader, Navin Ramgoolam, pour lui faire part de son ‘amertume’, Sheikh Mukhtar Hossenbocus a précisé ceci : «   Au cours de mes 35 années de service, c’est la première fois que je vois que le parti atteindre son niveau le plus bas, sans aucune direction. Dans la circonscription No 2, seul l’argent sale et les intérêts personnels comptent désormais et cela ne fait qu’empirer avec le temps »

Il a aussi indiqué que la pression injustifiée et l’intimidation ont rendu cet environnement plus toxique. « Nous savons tous que vous ne prendrez jamais la peine d’écouter et cela vous qualifie de mauvais leader. C’est une honte que votre principal adversaire soit clairement un grand leader à l’écoute de ses ‘mandants ek membres’ qui ont travaillé dur pour rassembler ce pays.  Beaucoup ont perdu confiance en vous et en votre capacité à prendre la bonne décision » , a-t-il expliqué.

Sheikh Mukhtar Hossenbocus se demande aussi pourquoi avant les élections quelqu’un qui a de l’argent se voit offrir un ticket, alors que ceux qui sont sur le terrain n’en ont pas. Il a soutenu qu’il ne compte pas mettre fin à sa carrière politique.

Le démissionnaire a également déclaré qu’il est en bon terme avec le Premier ministre, Pravind Jugnauth et a ajouté qu’il a l’habitude de rencontrer le leader du MSM.

Pour sa part, sur sa page Facebook ce vendredi 30 septembre, Osman Mahomed, député rouge, écrit ceci :

« Il y a beaucoup de journalistes qui m’ont téléphoné depuis hier matin et il y a eu beaucoup d’articles de presse sur moi depuis. Je tiens à préciser qu’à ce jour, je n’ai donné aucune déclaration à aucune presse écrite ou parlée. Donc tout ce qui a été dit et écrit, ne vient pas de moi ».

Il précise également que « Je communiquerai en temps et lieu, mais à ce stade, je tiens à dire que je suis vraiment attristé par la démission de Sheikh Mukhtar Hossenbocus, mon plus proche collaborateur depuis mon entrée en politique en 2014 ».

Le PTr parle plutôt d’un acte de haute trahison. Ce n’est certainement pas Raviraj Beechok, le nouveau communicant qui pourra donner des leçons de loyauté à Sheik Mukhtar Hossenbocus.

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne