Gouvernement : Pap Ndiaye, un spécialiste de l’histoire des minorités et de la “condition noire” à l’Education nationale…

by | May 20, 2022 | Actualités, Monde, Politique

Pap Ndiaye, historien spécialiste de l’histoire sociale des Etats-Unis et des minorités, a été nommé ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse.

Agé de 56 ans, le normalien dirigeait le musée de l’Histoire de l’immigration depuis février 2021.

Il est la surprise de ce gouvernement. Pour remplacer Jean-Michel Blanquer au ministère de l’Education nationale, Elisabeth Borne et Emmanuel Macron ont choisi de nommer Pap Ndiaye, un historien issu de la société civile, directeur du musée de l’Histoire de l’immigration depuis février 2021. Né de père sénégalais et de mère française, il est spécialiste de l’histoire sociale des Etats-Unis et des minorités.

Pap Ndiaye arrive rue de Grenelle fort d’un parcours académique exemplaire : diplômé de l’Ecole normale supérieure (ENS), il est agrégé d’histoire et titulaire d’un doctorat obtenu à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), où il a été enseignant quelques années. Depuis 2012, il donne également des cours à l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences Po Paris). Il a étudié cinq ans outre-Atlantique (1991-1996), d’abord à l’université de Virginie, puis de Pennsylvanie. C’est là-bas qu’il dit avoir découvert le “monde noir”.

Pur produit de la méritocratie

En 2008, il publie l’ouvrage La Condition noire, essai sur une minorité française (Calmann-Lévy). Le livre s’interroge sur la place de cette population dans la société et sur les discriminations dont elle souffre. Celui qui se définit comme un pur produit de méritocratie républicaine a été membre du Conseil représentatif des associations noires (Cran), une fédération d’associations françaises qui milite pour la défense des populations noires de France.

Interrogé à commenter la victoire de Barack Obama à la présidentielle américaine en 2008, il avait estimé auprès de l’AFP que cela constituait une fierté pour les jeunes noirs de France mais était aussi le révélateur qu’un “tel parcours est impossible” dans l’hexagone. Selon lui ces jeunes espéraient “qu’indirectement cette élection aura des effets sur leur propre vie. Ils espèrent que cette élection permettra de souligner ce qui, dans notre propre pays, fait qu’un tel parcours est proprement impossible. Le fait qu’en France on ne puisse pas rêver, dans un avenir proche, d’un Obama français”, déclarait-il.

Une expertise recherchée

Son expertise sur le sujet des minorités avait également été sollicitée à l’issue du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Pap Ndiaye avait alors imploré le futur président à veiller à toute “tentation de repli sur soi”. “C’est quelque chose de tout à fait essentiel que de retrouver un discours qui, au sommet de l’Etat, ne fasse pas d’une partie de la population française la responsable implicite ou pas des difficultés vécues. On se souvient des débats comme celui sur l’identité nationale avec les conséquences que l’on sait”, estimait-il, toujours auprès de l’AFP, laissant présager des préoccupations qui seront les siennes à la tête du ministère de l’Education nationale. Cette année-là, il avait appelé à voter pour François Hollande à l’élection présidentielle.

En 2019, il avait pris position contre la suppression du mot “race” dans la Constitution. “Même s’il est évident que la ‘race’ n’existe pas d’un point de vue biologique, force est de constater qu’elle n’a pas disparu dans les mentalités : elle a survécu en tant que catégorie imaginaire historiquement construite, avec de puissants effets sociaux”, expliquait-il dans un entretien au Monde. “Même si l’intention est louable, abolir la ‘race’ dans les sciences sociales ou la Constitution ne fera pas disparaître les discriminations fondées sur elle. (…) Si l’on veut déracialiser la société – et donc faire de telle sorte que la couleur de la peau n’ait pas plus d’importance que celle des yeux ou des

Dans ce même échange, invité à tirer un bilan de la décennie en matière de discriminations raciales, il avait eu ces mots à propos de l’actuel président de la République : “s’il lui arrive de s’exprimer avec éloquence comme lors du 10 mai, à propos de la mémoire de l’esclavage, on peine à discerner une politique, ou même un point de vue consistant.”

Frère de la romancière lauréate du prix Goncourt Marie NDiaye, Pap Ndiaye est chevalier de la Légion d’honneur. A l’Education, il devra mener à bien l’un des trois grands chantiers du quinquennat d’Emmanuel Macron.

 

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne