Inflation: Les banques centrales européennes tirent la sonnette d’alarme…

by | Oct 15, 2021 | Economie

Les principales banques centrales européennes tirent la sonnette d’alarme : l’inflation, à un niveau élevé, pourrait durer plus longtemps que prévu, ce qui signifierait pour plusieurs pays un resserrement de la politique monétaire.

En cause : des goulots d’étranglement persistants dans la chaine d’approvisionnement et la flambée des coûts énergétiques, qui provoquent une hausse des prix plus rapide que prévu.
Selon les gros bonnets de la Banque d’Angleterre et de la Banque centrale européenne, cette hausse des prix les amène à remettre en question les prévisions plutôt optimistes selon lesquelles les poussées inflationnistes s’estomperont rapidement l’année prochaine. Il y a ainsi une plus grande prise de conscience que ces poussées ne seraient pas aussi éphémères qu’on ne le pensait initialement. Ces doutes prennent de l’ampleur, de part et d’autres.

Le débat est ainsi engagé entre ceux qui pensent que les banques centrales devraient ignorer une flambée des prix à court terme et ceux qui s’inquiètent d’une spirale inflationniste. À quelle vitesse faudrait-il resserrer la politique monétaire ? Là est la question.
Déjà, certaines banques centrales ont réagi en augmentant les taux d’intérêt, par exemple en Nouvelle-Zélande et en Pologne ce mi-octobre.

Pour les banques centrales des pays riches, le resserrement de la politique monétaire relève d’un jeu d’équilibriste. Attendre trop longtemps et l’inflation pourrait devenir incontrôlable. Resserrer trop tôt et la reprise économique, encore fragile, pourrait s’essouffler.

Pour les économies émergentes, en revanche, les arguments penchent résolument en faveur d’un resserrement. Ce mercredi 6 octobre, la Banque centrale de Pologne a rejoint d’autres pays à revenu intermédiaire, comme la Hongrie, la Russie, le Mexique, la Colombie et le Brésil, qui ont déjà commencé à relever leurs taux d’intérêt. Il s’agissait d’augmentation modeste, de l’ordre de de 0,1 à 0,5 % mais c’était une décision prudente.

Il faut savoir que l’inflation a augmenté encore plus rapidement dans les pays à revenu intermédiaire que dans les pays riches. Le taux d’inflation polonais était de 5,8 % en septembre, le plus élevé depuis 20 ans. Ce taux est à deux chiffres au Brésil et au Mexique, s’étant accéléré ces derniers temps. Ces taux d’inflation plus élevés s’expliquent en partie par le fait que l’alimentation représente une part plus importante des dépenses. Selon la ‘Food and Agriculture Organisation’ des Nations-Unies, les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 40 % au cours des 15 derniers mois dans ces pays.

Le Fonds monétaire international (FMI), dans sa publication ‘World Economic Outlook’, récemment publié, prévoit que les taux d’inflation culmineront à 6,8 % dans les économies émergentes, avant de retomber à environ 4 % l’année prochaine. En revanche, les économies des pays avancés devraient connaître une inflation plus modeste : les taux d’inflation culmineront à 3,6 %, avant de retomber à 2 %.

Tout ceci fait qu’il y a de moins en moins de marge de manœuvre, que ce soit en termes de stimulus monétaire ou fiscale, surtout pour les pays en voie de développement, et les reprises économiques dans ces pays et les pays plus riches sont susceptibles de diverger davantage.
Lorsque des responsables du FMI, de la Banque mondiale et d’autres instances se réuniront à Washington la semaine prochaine, l’accent devra être mis sur la manière d’assurer une véritable reprise mondiale.

0 Comments

Laisser un Commentaire

Budget Day : le mardi 7 juin à 16h00

Budget Day : le mardi 7 juin à 16h00

Les travaux de la séance parlementaire de ce mardi 24 mai ont été ajournés au mardi 7 juin, à 16h, pour la présentation du Budget 2022-2023. Il n’y aura donc pas de séance...

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne