Gérard Paya, ancien député et formateur en tourisme à l’école hôtelière…

by | Oct 13, 2021 | Edito, Opinion, Société

« Que Maurice redevienne Maurice afin que nous puissions vendre notre île paradisiaque à l’étranger »
• « Les Mauriciens ont vécu une sorte de révolution le jour de la réouverture de notre frontière », soutient-il

• « Air Mauritius bizin on the road », insiste-t-il

Au cours de la semaine dernière, l’animateur Jimmy Jean-Louis a invité Gérard Paya, ancien député et formateur dans le secteur touristique sur la plateforme de Waaza FM. Lors de cette émission, qui a duré une heure, il a, entre autres, situé l’importance de l’ouverture des frontières, qui s’est fait le 1er octobre dernier.
Au cours de son interview, Gérard Paya a déclaré que le 1er octobre, on a vécu une sorte de révolution dans le pays. « C’était inimaginable et inexplicable. On avait l’impression que la Noël approchait et que les enfants attendaient des présents », a-t-il ajouté.

D’autre part, il a déclaré qu’il a beaucoup apprécié la participation des ségatiers à l’aéroport et dans les hôtels afin d’accueillir les touristes. « Certains d’entre eux étaient très excités. D’autres avaient des larmes aux yeux. Par ailleurs, tout le monde y compris l’Association des hôteliers, les forces vives, les stakeholders, les chauffeurs de taxis et les ‘beach hawkers’ qui opèrent à Flic en Flac aussi bien que les ‘skippers’ et les chauffeurs des vans, ont tous démontré un grand intérêt pour suivre un cours de trois heures concernant le protocole sanitaire, proposé gratuitement par l’Association des Hoteliers de l’île Maurice (ARIM). C’était magique », a-t-il souligné. Il aussi parlé d’un film, qui est animé par le Dr Catherine Gaud, à l’intention de ceux qui ont suivi le cours.

Lors de cet entretien radiophonique, Gérard Paya a soutenu que c’est avec le cœur rempli de joie qu’on a accueilli l’ouverture de nos frontières. « C’était une bouffée ou ballon d’oxygène pour nous tous. Les hôtels ont procédé à des travaux d’embellissement. Leurs employés ainsi que mes amis ont tous mis la main à la pâte et participé à une campagne de nettoyage à Flic-en Flac afin d’accueillir l’ouverture des frontières et de recevoir les touristes, comme il se doit », a-t-il précisé. Dans la foulée, il a loué les efforts du ministre de l’Environnement, Kavi Ramano, la MTPA, la Beach Authority et ses amis proches qui ont bienveillamment participé à la campagne de nettoyage dans l’ouest de l’île.

L’invité de Jimmy Jean-Louis a aussi laissé entendre que nous devons être plus attentionnés pour recevoir les touristes, qui viennent passer leurs vacances dans notre île paradisiaque, après avoir vécu des moments difficiles dans leurs pays respectifs. « Les visiteurs viennent se revigorer chez nous et il se peut qu’ils soient exigeants, plus particulièrement en raison de leur ‘body language’. On doit écouter les clients et être très attentif et les services doivent être différents », dit-il.

Gérard Paya a ainsi indiqué que le sourire des Mauriciens doit être vrai. Il a fait comprendre que nous devons savoir comment recevoir les clients. D’autre part, dira-t-il, les hôtels doivent se concentrer sur les services intérieurs et extérieurs afin de bien accueillir les touristes.

Dans la foulée, il n’a pas manqué de faire éloge du nouveau Chief Executive Officer (CEO) d’Airports Holdings Ltd, Ken Arian, qui dit-il, est capable d’apporter des nouvelles idées concernant l’accueil des touristes dans notre pays. Il a ainsi déclaré qu’on n’a nullement essayé d’inventer la roue, mais on a tiré profit de notre ambiance tropical. Il a insisté sur le fait que nous devons redynamiser cette ambiance mauricienne.

Par ailleurs, l’invité de Jimmy Jean-Louis a aussi fait ressortir que le vintage club, qui regroupe ses amis tels Tony Duval et Ram Chattargoon, peuvent apporter leur aide au secteur touristique. Ils veulent travailler sur une base volontaire. Il a aussi commenté sur le slogan – ‘Faire client mari content’. « Que Maurice redevienne Maurice afin que nous puissions vendre notre île paradisiaque », a-t-il souhaité.

A une autre question de l’animateur, Gérard Paya a énergiquement dénoncé l’attitude de certains directeurs des grands hôtels, qui auraient agi comme des esclavagistes, en réduisant des dépenses, causant des préjudices aux touristes et employés ainsi que des dommages collatéraux au secteur du tourisme en général. Il s’est appesanti sur le fait que : « Nous avons le ‘know how’ et des Mauriciens qui travaillent sur des bateaux de croisière. Nous sommes ainsi capables de redynamiser le secteur du tourisme et aider les hôtels à s’épanouir dans notre pays ».

Sollicité par l’animateur, le chairman de la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA), Arvind Bundhun, a répondu que cela fait chaud au cœur de voir l’ouverture de nos frontières et l’arrivée des touristes dans notre pays. « Le chiffre concernant le nombre de touristes, qui ont foulé le sol mauricien, est encourageant. Cela démontre que des touristes préfèrent encore la destination mauricienne, qui est résiliente. Cela augure que du bon, pour les opérateurs qui sont passés par des moments extrêmement difficiles », dira l’invité de Jimmy Jean-Louis, qui a aussi fait comprendre que l’ouverture de nos frontières marque aussi l’ouverture de la saison touristique. Nous espérons que ce chiffre augmentera afin que nous puissions atteindre notre objectif d’attirer 650 000 touristes jusqu’à la fin de l’année financière.

Mettant l’accent sur la stratégie de la New Normal, Arvind Bundhun a exprimé ses points de vue sur le ‘new luxury’, la sécurité des touristes et le respect des protocoles sanitaires et aussi sur le fait que 60% de la population est vacciné dans notre pays.

Par ailleurs, il a laissé entendre que le chiffre concernant la réservation des touristes commence à augmenter, semaine après semaine. Le chairman de la MTPA a soutenu que ‘nous devons maintenir le tempo, concernant la croissance du taux de réservation’. Louant les efforts de tous ceux qui ont directement ou indirectement contribué pour l’ouverture de nos frontières, il a axé son intervention sur les campagnes de promotion/marketing qui ont eu lieu à Paris et prochainement à Dubai.

Réagissant aux propos d’Arvind Bundhun, Gérard Paya a affirmé qu’il faudra changer notre système de marketing lors des déplacements à l’étranger. « Il faut travailler avec les Organisations Non Gouvernementales (ONG), redonner/redynamiser les couleurs mauriciennes, vendre la culture et le sourire mauricien », estime-t-il.
Interrogé par Jimmy Jean-Louis, le Directeur de la MTPA, Lindsay Morvan a fait ressortir que tous les organismes concernés, telle la Beach Authority, les plaisanciers ainsi que la MTPA, ont mis la main sur la pâte pour valoriser l’environnement et les produits mauriciens. « Nous n’avons épargné aucun effort pour préparer la destination mauricienne, afin que les touristes puissent à leur retour dans leur pays, encourager les membres de leurs familles et amis à venir séjourner à Maurice », a-t-il précisé.

Dénonçant avec force l’attitude et les déclarations des oiseaux de mauvais augure, Lindsay Morvan a souhaité qu’on réduise les pressions sur les hôtels afin de mieux accueillir les visiteurs dans notre pays. « Je suis très optimiste concernant la relance du secteur touristique à Maurice. De plus, je dirais que nous sommes dans la bonne direction afin de redémarrer le secteur du tourisme », dira-t-il.

Répondant aux arguments de Lindsay Morvan, l’invité de Jimmy Jean-Louis a situé l’importance du manque de main d’œuvre (après le départ de certains employés de l’industrie hôtelière) et de la formation des jeunes, qui devront remplacer ceux qui prendront leurs retraites.

L’un des auditeurs, Issack a fait comprendre que l’ouverture de nos frontières permettra le secteur du tourisme et ses employés de ‘lever la tête’ comme cela se passe aux Etats-Unis et Dubaï et ailleurs, malgré l’attitude de certains qui ont voulu jeter la boue sur ce secteur, qui dit-il, demeure un des principaux piliers de notre pays.
A quoi, l’invité de Jimmy Jean-Louis, qui a critiqué ceux qui ont manifesté contre l’arrivée des touristes, a soutenu qu’il faut travailler main dans la main pour relancer ce secteur. « Il faut changer notre ‘mindset’ et penser en terme mauricien. Nous devons être confiants, avoir la foi et ‘stop thinking the other way. We must think for Mauritius’”, a-t-il expliqué.

Jimmy Jean-Louis a aussi interrogé Daniel Saramandif, qui a indiqué que nous devons être fiers d’accueillir des touristes à nouveau après avoir passé un calvaire pendant 18 mois.

Il a également laissé entendre que le chiffre de 650 000 touristes est réalisable. Cependant, Daniel Saramandif, a affirmé que nous avons travaillé pendant une trentaine d’années pour recevoir plus d’un million de touristes en 2019 et les Mauriciens devront être à l’aise pour recevoir les visiteurs. Il a ainsi déclaré que le respect du protocole sanitaire est un signal fort pour attirer les touristes dans notre pays et a ajouté que nous devons rester vigilants.

L’animateur du Waaza FM a fait ressortir que pendant l’émission, un économiste a téléphoné pour dire que le secteur du tourisme demeure le moteur de la croissance économique. « Il faut travailler main dans la main pour que le secteur puisse prospérer à l’avenir », estime-t-il.
Pour sa part, Gérard Paya a rajouté que le manque de formation se fait cruellement sentir dans l’industrie touristique du pays. « La formation est nécessaire. Ken Arian, qui est proactif, pourra nous aider dans cette démarche. »

L’invité de Jimmy Jean-Louis a, par ailleurs, soutenu qu’on ne peut laisser la situation s’empirer en ce qu’il s’agit d’Air Mauritius. Il a alors justifié le fait qu’Air Mauritius demeure notre patrimoine national et a favorablement accueilli la décision du gouvernement d’injecter une somme de Rs 2,5 milliards pour faire redécoller la compagnie d’aviation nationale. « Air Mauritius bizin on the road », insiste-t-il.

Un autre auditeur du Waaza FM, en l’occurrence, M. Dhunputh, s’est aussi prononcé en faveur de l’ouverture de nos frontières. Toutefois, il a axé son intervention sur le respect du protocole sanitaire et les campagnes de nettoyage pour accueillir les visiteurs, qui selon lui, devront agir comme des ambassadeurs lorsqu’ils retourneront dans leurs pays.

A ce sujet, il a déploré que certains Mauriciens font fi des lois et ne respectent pas le protocole sanitaire. M. Dunputh a alors lancé un appel à ces derniers pour collaborer afin que le secteur du tourisme puisse redémarrer sur les chapeaux de roue.

Gérard Paya a rejoint les dires de cet auditeur et a fait état d’un manque de civisme de la part de certains de nos compatriotes, plus particulièrement en ce qui concerne les plages de notre pays. Il a poursuivi en disant que plusieurs facteurs importants devront être pris en considération pour satisfaire les besoins des touristes, notamment l’aspect sanitaire, la sécurité, l’accueil des visiteurs à l’aéroport et dans les hôtels ainsi qu’un environnement sain.

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne