Démocratie et stabilité politique Le droit de vote à la diaspora pourrait déstabiliser le système électoral à Maurice…

by | Sep 15, 2021 | Edito, Faits Divers, Opinion

• Ceux, qui n’ont pas contribué économiquement pour le pays, pourront influencer le quotidien des citoyens Lambda, de l’étranger.
• Risque réel de débalancer le vœu populaire de l’électorat.
Certains observateurs politiques, y compris la majorité de la population, sont d’avis qu’on ne peut accorder le droit de vote à la diaspora, (tous détenteurs d’un passeport mauricien), comme le réclament, entre autres, des représentants des associations mauriciennes à l’étranger, ainsi que le leader du Linion Sitwayin Morisien, Bruno Laurette et son équipe.
L’idée de ces derniers constituerait un virage dangereux en matière politique. Actuellement, on note toutes sortes de bizarreries émanant de la diaspora sur beaucoup de sujets qui concernent principalement notre pays. Or ceux qui le font, sont en train de mener une vie dorée à l’étranger.
A vrai dire durant les moments difficiles, soit il y a des décennies, certains citoyens Mauriciens ont préféré fuir notre ile pour s’installer définitivement dans d’autres pays, notamment Australie, Canada, Nouvelle Zélande, Afrique du Sud, Angleterre, Ecosse, Irlande, France, Italie, Etats-Unis et Zimbabwe. En 1967, soit avant que Maurice n’accède à l’indépendance, une bonne partie de la population faisait face à des nombreuses difficultés pour survivre et joindre les deux bouts. De ce fait, des milliers des Mauriciens, qui avaient des préjugés sur l’avenir de notre pays, ont abandonné le pays. Ils ont délaissé le navire pour des pays de l’Eldorado. Entretemps, ceux, qui sont restés à Maurice, ont travaillé à la sueur de leurs fronts pour bâtir la République de Maurice d’aujourd’hui. Ils ont fait d’énormes sacrifices pour construire ce paradis. Maintenant que notre pays progresse à tous les niveaux, ceux qui font partie de la diaspora veulent retourner dans leur pays natal. Il n’y a rien de mal à cela.
Mais de là, à laisser ceux qui ne vivent pas sous le soleil mauricien décider de notre avenir politique, est un pas que nous ne franchirons pas. Il convient également de souligner que ceux qui sont établis à l’étranger ne sont pas conscients du ‘day to day running’ du pays et aussi de la réalité mauricienne tant sur le plan politique, économique que social du pays. Ils ont l’habitude d’écouter des ‘on-dit’ et ne suivent pas ou ne vivent pas l’actualité mauricienne sur une base quotidienne. Ils ont une mauvaise perception de notre pays. Ils soutiennent des manifestations sans aucune raison valable si ce n’est de vouloir déstabiliser le pays.
Cette diaspora suit aveuglément certains politiciens, qui aiment critiquer à tort et à travers le gouvernement. On ne les voit jamais durant la pandémie de la Covid-19 si ce n’est que pour essayer de fuir l’enfer à l’extérieure.
« Quelle est la contribution de la diaspora pour le pays ? ». « Ont-ils payé les taxes directes et indirectes ? « Ont-ils participé aux activités économiques et contribué au développement économique du pays ? », s’insurgent certains.

Le jour où la diaspora aura le droit de vote ce sera l’anarchie politique, économique et sociale. De l’étranger, la diaspora pourrait déstabiliser le système électoral à Maurice et il y a des risques réels de débalancer le vœu populaire de l’électorat.

Jimmy Jean Louis / Ravinduth Bijloll

********************
Hors texte

Election virtuelle de la diaspora : bêtise, sottise et « pran dimun pou couillon »

Ce qui conforte notre position sont les résultats de l’élection virtuelle adressée à la diaspora, (qui a eu lieu le samedi 8 mai et le dimanche 9 mai dernier). Sous la houlette du dénommé Covilen Narsinghen, (frère de Rajen Narsinghen- un die hard du Parti Travailliste) de la Mauritius Global Diaspora (MGD), un scrutin bidon a eu lieu. Sur les quelques 450 000 Mauriciens, qui vivent à l’étranger, seulement 17 267 votes ont été validés, ce qui représente 3,8% des exilés.
Les résultats de cette élection, qui a été faite dans le plus grand mystère possible, dépassent toute logique politique et statistiques possibles. Il est impensable et inadmissible que le PTr 30.08%, Reform Party 28.29%, 100% Citoyen 12.29%, MMM 7.63%, Resistans Ek Alternativ 5.68% et les groupuscules plus que le MSM, qui a été plébiscité par la population pour diriger le pays depuis 2014 – que 2.56%. ? L’autre drame et point d’interrogation, c’est que 60 % de votants de cette diaspora l’ont fait de Maurice, ce qui synonyme d’une connerie, une couleuvre difficile à avaler.
Le drame, c’est que certaines langues se sont déliées pour vanter cette victoire minable sans fondement. « L’élection de la MGD ne reflète pas la réalité, vu que le nombre minuscule de personnes qui s’y sont apprêtées. Une élection même virtuelle ne peut se faire sans ‘Supervising’, candidats ou campagne, il aurait aussi fallu demander l’avis des intéressés, s’ils veulent être dans une compétition », observent les politologues aguerris.

0 Comments

Laisser un Commentaire

L’affaire retournée à la Cour Industrielle

L’affaire retournée à la Cour Industrielle

Jean Christian Chellen poursuit Sotravic Ltd. Suite à son renvoi sommaire, Jean Christian Chellen a poursuivi Sotravic Ltd en Cour Industrielle et obtenu des indemnités de...

La Guinée équatoriale sèche l’Algérie

La Guinée équatoriale sèche l’Algérie

Pour la deuxième journée de ce groupe E de la Coupe d'Afrique des nations 2021, la Guinée équatoriale a créé l'immense sensation de ce dimanche en s'imposant face à...

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne