Ligue des champions : Paris, déjà l’heure de montrer les muscles…

by | Aug 27, 2021 | Sports

Pour sa dixième participation de rang à une phase de groupes de C1, le
PSG a presque tiré le pire groupe possible (et uniquement composé de
vieilles connaissances), avec le chat noir Manchester City, le coriace RB
Leipzig et le plus modeste FC Bruges. Dès son entrée en lice en Europe, le
nouveau Paris va devoir répondre présent.
Dix ans que le Paris Saint-Germain fait partie, sans discontinuer, du paysage de
la coupe aux grandes oreilles. Cette année, sa présence dans le chapeau 2 – à
cause de sa place de dauphin du LOSC en Ligue 1 – lui promettait un groupe
relevé, et ça n'a pas loupé : en plus de retrouvailles qui promettent avec
Manchester City, les nouveaux copains de Leo Messi se coltineront Leipzig et
le FC Bruges. Les hommes de Mauricio Pochettino sont passés à côté du vrai
groupe de la mort en évitant l'AC Milan, mais ce menu est déjà alléchant.
Le jour de la marmotte
Paname n'a tout simplement jamais battu la formation mancunienne,
championne d'Angleterre mais battue en finale de C1 par Chelsea l'an passé (1-
0) et qui s'est depuis attaché les services de Jack Grealish. Outre la double
défaite de l'an passé (1-2 au Parc des Princes puis 2-0 outre-Manche, signés
Riyad Mahrez) et le fiasco en quart de finale 2015-2016 (2-2 à Paris puis 1-0 à
Manchester avec Kevin De Bruyne buteur face au 3-5-2 parisien), il n'y a eu
qu'une autre confrontation sèche, en 2008-2009 en coupe UEFA, pour un 0-0
tout nul au City of Manchester Stadium (malgré les présences de Jô côté City et
de Fabrice Pancrate et Mateja Kezman à Paris). À noter, donc que les deux
bourreaux du PSG, Mahrez et KDB, seront encore de la partie cette saison. Et
l'on aura droit, dès la reprise, à une affiche aux airs de finale entre les deux
équipes européennes les plus ambitieuses du moment.
Face à Leipzig, deuxième de BuLi en mai dernier en-dessous de l'ogre Bayern
mais devant Dortmund, Paris a de bons et de mauvais souvenirs. Il y avait eu ce
3-0 sans contestation possible en demi-finale du Final 8 2019-2020, par un PSG
en pleine bourre avec un Ángel Di María XXL. Mais il y avait aussi eu cette
défaite en poule en Allemagne (2-1) à cause notamment de Christopher Nkunku
– qui sera toujours là cette année au contraire de Julian Nagelsmann – avant la
réponse au retour (victoire 1-0 dans la capitale) ; Leipzig avait terminé
deuxième avant de prendre Liverpool en pleine face en huitièmes (2-0 à l'aller et
au retour). À l'image de ce duel contre les buveurs de taurine, l'équipe de la
capitale a dû serrer les dents ces dernières années en phase de poules, même s'il
s'en est toujours sorti : ce fut compliqué jusqu'au bout en 2018-2019 (revers

contre Liverpool et deux nuls contre le Napoli), il y eut quelques sueurs froides
en 2020-2021 (défaites inaugurales contre Manchester United et donc Leizpig),
alors que la campagne 2019-2020 (Real Madrid, Galatasaray, Club Bruges)
avait été plutôt tranquille.
Et c'est sans doute l'adjectif qui décrit le mieux la seule opposition de l'histoire
du PSG face aux Brugeois, il y a deux ans : un 0-5 en Belgique avec une entrée
stratosphérique de Kylian Mbappé (entrée à la 52e et trois buts entre la 61e et la
85e) puis un petit succès en France grâce à Mauro Icardi (1-0). L'équipe de
Stanley Nsoki, qui retrouvera donc son club formateur, est néanmoins
championne en titre outre-Quiévrain et sera la seule du groupe dans ce cas. Et
elle avait réussi à accrocher la troisième place de son groupe l'an passée, en
prenant huit points dans un groupe composé du Zénith, de Dortmund et de la
Lazio. Qui sait, Paris pourrait perdre ses repères face aux Groen-Zwart, sans
Thomas Meunier.

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne