Rififi au sein de l’Opposition, Ramgoolam et le PTR qui refusent de jouer au rôle de “dulhin”…

by | Jul 29, 2021 | Politique

C’est mal parti, voire très même mal parti, dans une logique stupide de rassembler les forces de l’Opposition. Nando Bodha sans avoir perdu sa connaissance de la politique mauricienne. Après que Ramgoolam l’a carrément dénoncé insistant que Bodha n’a rassemblé personne dans l’Opposition, l’ancien ministre est venu avec le lancement de son nouveau parti ‘Rassemblement Mauricien’, quoi qu’on ne voit pas qui il pourra rassembler surtout que certains médias évoquent le juteux pactole qu’il a empoché durant ses grasses années aux pouvoirs.
Mais une chose est sure, Navin Ramgoolam et les travaillistes ne voudront jamais être le « dulhin » d’un arrangement avec le MMM, le PMSD, le Reform Party et le dénommé Bodha.
Les travaillistes n’accepteront jamais d’être dirigés par un Nando Bodha, qui sans l’avoir dit hier, veut répondre à notre question de la semaine dernière de devenir le leader de l’Alliance de l’Espoir. Une idée cautionnée par les calculs ethno castéiste du leader du MMM, Paul Bérenger. Mais Ramgoolam n’acceptera jamais une telle démarche. Le leader des rouges, qui fait toujours des cauchemars en passant à la bêtise de 2014 proposant une deuxième République et Paul Bérenger comme son Premier ministre, ne se prêtera pas au jeu. Navin Ramgoolam sera donc au cours des semaines et mois à venir l’obstacle de tout projet de cette opposition comateuse à tenter de renverser le régime en place, en utilisant des alliées inofficiels et encombrants comme Bruneau Laurette et Rama Valayden. Un peu comme l’effet Shakeel Mohamed qui fait remporter un siège au No 3 avec moins de 9 000 mais qui fait des travaillistes perdre avec 19 000 dans les régions rurales.
Bodha a eu le culot vendredi d’annoncer la fin d’un cycle politique précisant même que les prochaines élections seront les dernières pour Ramgoolam, Bérenger, Duval, voire Arvind Boolell. Doit-on comprendre que l’après 2024 sera à Bodha et à lui seul ? A moins que ce dernier se lance dans une entreprise de pompes funéraires, il a divisé tout l’Opposition avec le lancement de son parti. Imaginez un Reform Party qui ne pouvait même pas trouver 60 candidats aux dernières élections et qui se joint cette fois-ci au Rassemblement Mauricien, avec à son bord aucun politicien sauf un ancien conseiller municipal. Imaginez la rage de Ramgoolam, l’exaspération de Bérenger et l’agacement de Duval quand on devra aligner des candidats aux prochaines municipales.
Si, les travaillistes acceptent le dictat de Bérenger et de Bodha, le PTR sera bel et bien crucifié cette fois-ci. Jamais le PTR sous l’ère Ramgoolam père et fils ont été la « dulhin » de qui que ce soit. C’est un rôle qu’il refusera à jouer, un rôle avec déjà un film dont le scénario prévoit déjà une catastrophe.
Bodha a raison sur un point. C’est la fin d’un cycle politique. C’est effectivement la fin pour lui et ses nouveaux alliés !
MAKOUMBA KOTOBA

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne