Post-Covid: Bhavish Jugurnath et Arvind Nilmadhub expliquent Comment les Mauriciens doivent investir leurs argents?…

by | Jul 12, 2021 | Economie

• « Le dernier budget a changé la donne »
La pandémie de la Covid-19, qui empiète la planète depuis maintenant plus d’un an, a engendré des diverses turbulences économiques et financières partout dans le monde. Malgré une meilleure prise de contrôle sanitaire présentement et des tentatives pour retourner le monde à la normal, les perspectives par rapport aux investissements restent toujours incertaines. S’il est dit qu’avec le déploiement massif du vaccin contre le coronavirus, l’économie mondiale devrait renouer avec la croissance, des spectres planent toujours concernant un nouveau Krack boursier. Ainsi, la question dans quoi investir son argent pour préserver son patrimoine dans ces temps trouble, demeure entière.
Depuis le début de la pandémie, un flou total persiste partout dans le monde. Les prix des actifs à risque ont chuté foncièrement. Dans le creux de cette chute, un grand nombre de marchés boursier qui a enregistré des baisses conséquentes. Des tensions sont également apparues sur les principaux marchés de financement à court terme. La volatilité est montée en flèche, en raison de l’incertitude qui règne autour de l’impact économique de cette pandémie. Du fait de cette volatilité accrue, la liquidité du marché s’est fortement détériorée, y compris sur des marchés généralement perçus comme étant très actifs, ce qui a fait varier brutalement les prix des actifs. Et cela au grand dam de certains investisseurs.

Cela a été le résultat direct du Coronavirus qui a impacté sur la capacité des entreprises à produire et vendre des biens. Mais aussi, étant donné que les déplacements ont été interdites, le secteur du voyage et du tourisme a été au plus mal, ce qui a conduit à une baisse de la demande dans d’autres secteurs. Et finalement, elle a joué sur la volonté des investisseurs à prendre des risques. Beaucoup d’investisseurs étaient mal à l’aise face à la montée des actions dans ce contexte. Le coronavirus leur a donné une raison de prendre une partie de ces bénéfices et d’être moins investi en Bourse.
Cette situation force beaucoup d’investisseurs à se tourner vers de nouvelle valeurs refuges pour sécuriser leur patrimoine. Face à ce bouleversement qui ne pointe aucun horizon, les méthodes d’investissement sont repensées afin de surmonter cette période de crise sans gros perte ou même avec du profit. Les investisseurs Mauriciens ne sont également pas en reste face à cette situation mais doivent trouver des solutions plus rapidement surtout avec l’érosion de la roupie. Certains économistes prônent des options mais les certitudes varient d’une personne à l’autre.

Le dernier budget a changé la donne concernant l’immobilier
Il croyait déjà à l’investissement dans immobilier et le grand oral présenté par le ministre des Finances, le Dr Renganaden Padayachy, pour l’année 2021/2022, l’a aidé à asseoir ses convictions. Une mesure du budget en particulier a rassuré l’économiste, Bhavish Jagurnath, à savoir le remboursement de 5 % sur l’achat d’un terrain ou pour la construction d’une maison. Effective à compter de ce 1er juillet, cette mesure permet à une personne d’obtenir un cashback jusqu’à Rs 500 000 dans l’éventualité qu’elle procède à l’achat d’un terrain ou une maison à hauteur de Rs 10 millions. Ainsi pour Bhavish, cela fait de l’investissement en immobilier, une valeur sure pour les investisseurs et les particuliers Mauricien. Il affirme que de nombreuses personnes voudront mettre leur argent dans les projets de « property » qui est l’un des secteurs qui ne peut être impacter par la pandémie. Mais d’ajouter qu’avec ces nouveaux avantages, les investisseurs seront sûrs de recouvrir une partie de leur argent, en outre de posséder un bien qui peut rapporter gros.

Il fait aussi ressortir que l’investissement immobilier reste un des plus sûrs en termes d’appréciation du capital, et offre souvent des rendements intéressants. Mais que c’est aussi un investissement dont la valeur ne descendra jamais à zéro, contrairement à d’autres investissements. D’ajouter que les confinements qui ont été mis en place à travers le monde pour combattre la propagation de la pandémie de coronavirus a mis en lumière l’importance de disposer d’un logement confortable. De plus, il souligne qu’avec les mesures prises dans le dernier budget pour inciter les étrangers et les étudiants à rester à Maurice, boostera énergiquement le secteur de l’immobilier. Pour lui, être le propriétaire ou actionnaire de maisons et villas de luxe sera très bénéfique.

Monnaie Numérique des Banques Centrales, le futur.
L’économiste, Bhavish Jagurnath, estime aussi que l’économie digital pourrait être un bon investissement, surtout pour les Mauriciens avec l’érosion de la roupie. Il explique que ces monnaies numériques réguler par les banques centrales (MDBC) se présentent comme le futur et heureux seront les investisseurs qui auront une longueur d’avance sur les autres. L’économiste explique qu’étant réguler par les banques centrales, cet argent digital est moins à risque que les crypto-monnaie traditionnels, tels que Bitcoin et autres. Mais il affirme qu’elle propose les mêmes avantages en tant que moyen d’échange pratiquement sans frais qui améliorerait l’efficacité du système de paiement. Par exemple, elle faciliterait un règlement plus rapide et plus sûr des transactions financières transfrontalières.

Il explique que la MDBC combine le meilleur des deux mondes, à savoir la commodité et la sécurité d’une forme numérique telle que les cryptomonnaies, et la circulation monétaire réglementée et réservée du système bancaire traditionnel. De souligner que chaque MDBC agira comme un équivalent numérique sécurisé de la monnaie fiduciaire et pourra être utilisée comme méthode de paiement, réserve de valeur et unité de compte, réduisant ainsi les fluctuations.
L’économiste affirme qu’elle serait ainsi particulièrement bénéfique pour les investisseurs, car il y aura moins de risques inhérents. Pour lui, étant donné qu’elles seront soutenues par les banques centrales, le taux d’adoption des CBDC devrait être considérable et les nouvelles monnaies devraient atteindre rapidement la masse critique nécessaire pour disposer d’un marché dérivé performant.
Les crypto-monnaies plus profitable mais risqué
L’économiste ajoute cependant que les crypto-monnaie restent plus profitable pour les investisseurs qui veulent gonfler leurs patrimoines de manière plus conséquent. Il souligne que malgré une baisse massive du cours a été constatée en début 2020, les valeurs des cryptomonnaies se sont considérablement rattrapées en fin d’année et ont survécu à cette crise mondiale, s’imposant comme étant une valeur refuge sure. Il a rappelé que la conjoncture économique mondiale n’impacte que partiellement le cours du Bitcoin. Soulignant que ce dernier obéit plutôt à un momentum.

L’économiste a par ailleurs déclaré que le cours faible du dollar, les taux négatifs ainsi que l’incertitude économique radicale contribuent à la hausse des cours des cryptomonnaies. Preuve en est, au début de cette année 2021, le Bitcoin a enregistré un nouveau record à plus de 50 000 dollars. Cette hausse considérable a permis de conforter sa place en tant que leader des cryptomonnaies, notamment en termes de capitalisations boursières.
High risk, high returns
De l’autre côté, le Dr Bhavish Jagurnath, soutient que la valeur de ces monnaies virtuelles encore toutes récentes est très volatile. « Elle peut monter en flèche ou chuter de façon critique » dit-il. Même son de cloche pour l’économiste Arvind Nilmadhub. Ce dernier explique que n’étant pas régulariser, les crypto monnaie peuvent à tout moment sombrer ou être régis à des vétos par les organisations internationales. Il fait ressortir que de nombreuses transactions illégales et des « black money » y circulent et qu’il serait qu’une question de temps avant que tout explose.

Cependant pour Arvind Nilmadhub, ceux qui acceptent de prendre le risque peuvent voir leurs investissements prendre l’ascension. D’ailleurs l’économiste affirme que dans le monde de l’investissement, « high risk » marche de pair avec « high returns ». Mais d’ajouter qu’il faut aussi se faire à l’idée que les sommes misées peuvent être perdues. « Je ne crois pas que cet empire prospèrera pendant longtemps mais rien n’est sure. Si les investissements se font dans les moments opportuns, beaucoup de personnes peuvent être très chanceux mais pour les autres, ce sera la cata » dit-il.
Bien étudier les bourses
Pour l’économiste, les Mauriciens doivent mettre plus d’intérêt dans les bourses. Il affirme que les investisseurs locaux doivent prendre du temps pour connaitre le marché des bourses mondiale. Bien qu’il accède que ce gousset reste risqué après le Krack de 2020, il estime que le placement dans les bourses internationaux est une solution à être envisager. Mais cela doit être consulter avec les avis d’experts, dit-il. « D’ajouter que la prudence doit être de mise ».

Selon lui, après tout ce que l’économie a enduré, la situation ne peut que se redresser. Il rappelle d’ailleurs que l’investissement est l’accumulation des hauts et des bas des actions sur une certaine période ainsi avec des bons placements en bourses, sur le long terme, il est fort probable d’en sortir gagnant. Il accentue sur le fait qu’a presque la moitié de l’année, la bourse se porte de mieux en mieux et que les conséquences de la crise sanitaire de l’année dernière se conjuguent déjà au passé. « Il faut d’ailleurs reconnaître que cet effet-rebond n’est pas surprenant. Il fallait s’y attendre, car après le confinement les activités ont repris. Il faut aussi noter que les nombreux plans de relance ont aussi facilité la reprise des marchés boursiers. Aussi, l’arrivée des vaccins a permis de stabiliser ce chiffre et les banques européennes comme américaines ont pris la décision de maintenir très bas les taux jusqu’en 2023 au moins » fait-il ressortir.
Par ailleurs, il explique qu’il faut garder à l’esprit que toutes les activités ou tous les indices n’auront pas nécessairement le vent en poupe au même moment. « Dans ce cas, il faudra faire une bonne analyse du marché afin d’identifier les bonnes actions dans lesquelles investir. Dans ce cas, vous aurez nécessairement besoin d’une bonne plateforme de trading pour sécuriser vos placements et des experts pour vous accompagner » dit-il.

*******************************************

Hors-texte
A la bourse de Maurice
L’on note une certaine embellie pour les titres hôteliers. Voici un tableau de quelques-uns des meilleurs placements sur les trois derniers mois.
Titres 12 avril 2021 (Rs) 09 juillet 2021(Rs)
MDIT 2.18 3.18
POLICY 3.66 4.34
New Mauritius Hotels Ltd 4.30 6.20
SBM Holdings 3.59 4.31
Sun Resorts 13.00 21.60
Alteo 20.50 27.00
Lux Island Resorts Ltd 28.00 43.00
Gamma Civic 34.00 41.00
MBC Group 228.00 291.00

Dossier : Joël Marianne

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne