Maurice reclassé comme pays à revenu intermédiaire…

by | Jul 12, 2021 | Actualités, Economie, Opinion

Renganaden Padayachy annonce la mise en place de plusieurs comités dans les secteurs public et privé

• « Il nous faut une collaboration pour retrouver le chemin d’une croissance forte » dit le ministre

Depuis 1er juillet, Maurice a été reclassé comme pays à revenu intermédiaire. Dans une publication publiée par la Banque mondiale, le Revenu National Brut par habitant de Maurice pour 2020 est de 10 230 USD, ce qui représente une baisse de 20,6 % par rapport au chiffre de 2019, due à la combinaison de la contraction du PIB et du revenu étranger net, et de la dépréciation du taux de change. Le seuil de revenu élevé ajusté annuellement est désormais de 12 695 USD. « En conséquence, ce reclassement reflète le choc externe de Covid-19 qui a frappé très durement le pays l’année dernière juste après avoir atteint le seuil de revenu élevé », a déclaré Erik von Uexkull, représentant de la Banque Mondiale pour Maurice dans une déclaration à la presse.

« Une forte reprise, soutenue par une amélioration des conditions extérieures et des réformes structurelles favorisant la croissance, pourrait permettre à Maurice de retrouver le statut de pays à haut revenu dans un délai relativement court », a-t-il ajouté. Pour rappel, le 1er juillet 2020, la Banque mondiale avait classé Maurice comme un pays à haut revenu pour la première fois, rejoignant ainsi les Seychelles comme deuxième économie à haut revenu en Afrique. Le revenu national brut de Maurice pour 2018 a représenté une augmentation de 3,8 % par rapport au chiffre de 2018.

D’autres pays ont également été impactés dans le tableau de classement. Le Belize a été rétrogradé de revenu intermédiaire supérieur à revenu intermédiaire inférieur. L’Indonésie, l’Iran et Samoa, pour leur part, ont été déclassés de revenu intermédiaire supérieur à revenu intermédiaire inférieur. Le Panama et la Roumanie, tout comme Maurice, se trouvent désormais dans la catégorie des revenus intermédiaires supérieurs, alors qu’ils étaient classés dans la catégorie des revenus élevés. Ce classement regroupe tous les pays membres de la Banque mondiale (189), et toutes les autres économies dont la population est supérieure à 30 000 habitants.

À des fins opérationnelles et analytiques, les économies sont divisées en groupes de revenus en fonction du RNB par habitant en 2020, calculé selon la méthode de l’Atlas de la Banque mondiale. Ces groupes sont les suivants : faible revenu, 1 045 dollars ou moins ; revenu moyen inférieur, 1 046 dollars à 4 095 dollars ; revenu moyen supérieur, 4 096 dollars à 12 695 dollars ; et revenu élevé, 12 696 dollars ou plus. D’autres groupes analytiques basés sur des régions géographiques sont également utilisés.

Mise en place d’un Public-Private Joint Committee

Le ministre des Finances, de la planification et du développement économique, Renganaden Padayachy a organisé un dialogue public-privé au Hennessy Park Hotel à Ebène, lundi, où il a mis l’accent sur l’importance de la confiance entre les secteurs public et privé. Le ministre des Finances a expliqué que Maurice a connu la pire crise économique de tous les temps. « Nous avons subi un triple choc », a précisé le ministre des Finances. Primo, la pandémie qui empêche de bouger, vivre et de travailler normalement. Secundo, un arrêt quasi-total du secteur touristique et tertio, l’inclusion de Maurice sur la liste noire. « Notre travail aujourd’hui, c’est de s’attaquer à ces trois chocs », a-t-il dit.
Le Dr Padayachy a ainsi annoncé la mise en place d’un Public-Private Joint Committee qui se rencontrera tous les trois mois pour discuter des défis de la relance. Entre-temps, il y aura des sous-comités techniques avec la participation des associations du privé et des représentants du public. Cela, afin de trouver des solutions pour une bonne reprise économique. « Nous allons forcément faire face à des problèmes lors de cette reprise économique. Nous devons être proactifs et corriger les erreurs », a soutenu le Grand argentier.

Renganaden Padayachy a aussi ajouté qu’un comité planche, entre autres, sur la consolidation fiscale pour essayer de trouver des solutions pour abaisser le taux d’endettement. Il est également question de montrer aux institutions internationales les mesures prises par Maurice ainsi que le plan pour le futur. « Notre but, c’est d’être transparent dans les mesures pour pouvoir démontrer notre volonté d’abaisser le taux d’endettement », a-t-il déclaré.

La collaboration entre le secteur public et le secteur privé est primordiale, a rappelé le Grand Argentier. « Cette reprise forte du taux de croissance viendra de nous si on travaille de manière conjointe à l’élaboration, à la mise en place et à l’exécution du budget », a-t-il précisé. Et de rajouter qu’il faut « rétablir cette confiance dont nous avons tant besoin pour retrouver un chemin de croissance forte et surtout retrouver notre richesse d’avant ».

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne