Au Parlement: Au cours de ces dernières années, très peu de députés ont voulu connaitre les méfaits du cancer…

by | Jul 29, 2021 | Politique, Santé

Seuls Santaram Baboo ou Bobby Hurreeram s’y sont intéressés
Il faut souligner que très souvent au Parlement, soit au cours de ces dernières années, de nombreux députés ont démontré leur intérêt, plus particulièrement, sur le coût de la construction de l’hôpital du cancer et ses équipements et en ce qui concerne l’environnement, sauf Santaram Baboo du PMSD et l’actuel ministre des Infrastructures nationale et du Développement communautaire, Bobby Hurreeram qui ont voulu avoir des précisions sur les maladies et méfaits du cancer sur les patients.
Le «Mauritius National Cancer Registry » mène des recherches épidémiologiques depuis le début des années 1990
Ainsi, lors des travaux parlementaires du 24 avril 2018, le deuxième député, de Vacoas/Floréal, S. Baboo avait interrogé le ministre de la Santé d’alors pour connaître si des recherches sont effectués pour identifier les causes de la hausse des types du cancer dans notre pays.
A cet effet, le ministre avait répondu ceci : « Le cancer est un ‘complex group of diseases’, qui est lié à un certain nombre de facteurs de risque, dont certains incluent le tabagisme, des facteurs liés au mode de vie, ‘environmental and occupational factors’ tels que l’exposition aux pesticides et aux radiations, des ‘genetics defects’ et certaines infections. À mesure que la population vieillisse, l’incidence du cancer montre une augmentation relative ».
Il a, de plus, souligné que le ‘Mauritius National Cancer Registry’, basé au Central Health Laboratory mène des recherches épidémiologiques depuis le début des années 1990 et ce en collaboration avec l’OMS, l’International Agency for Research in Cancer, l’African Cancer Registry Network et l’International Atomic Energy Agency (IAEA). La collaboration avec l’Université de Maurice a permis de mener à bien plus de 30 projets de recherche.
Et d’ajouter que : « Des recherches sur le cancer sont également menées à l’Université de Maurice en collaboration avec le Mauritius Research Council, pour étudier les stratégies qui peuvent être développées afin de réduire l’incidence du cancer à Maurice. L’Université mène également des recherches dans le domaine de la nano-thérapie anticancéreuse (nanomédicaments pour la chimiothérapie anticancéreuse) et dans l’analyse des données génomiques du cancer. L’Université de Maurice a également un projet qui vise à construire un ‘breast cancer repository’ pour aider à identifier les facteurs de risques possibles, liés au cancer du sein ».
Depuis janvier 2017, un ‘palliative care’, a été implémenté au ministère de la Santé
Par ailleurs, le 15 mai 2018, le premier député de Mahébourg/ Plaine Magnien, d’alors, Bobby Hurreeram, avait sollicité le ministre de la Santé et la Qualité de la vie, pour avoir des détails sur l’élaboration et l’implémentation d’un ‘structured and patient-entered programme’ concernant les patients qui souffrent du cancer et les ‘chronically ill patients, entre autres.
Le ministre Anwar Husnoo a déclaré que depuis janvier 2017, un ‘palliative care’, a été implémenté à son ministère. « Le service est actuellement offert aux ‘in-patient and out’ -, ainsi qu’aux patients qui ont atteint un ‘advanced or terminal stage of cancer’. Le service est assuré par une équipe dédiée, qui comprend des médecins expérimentés en soins palliatifs, infirmières, psychologues, diététiciens et ‘medical social workers’. Ces patients reçoivent des soins grâce à une approche multidisciplinaire et ‘patient-centered approcah’ qui vise à soulager leurs souffrances et à améliorer leur qualité de vie dans les moments difficiles grâce à un contrôle efficace de la douleur et des autres symptômes associés. Les patients ainsi que leurs familles bénéficient également d’un soutien psychologique », a-t-il ajouté.
L’incidence du cancer et le taux de mortalité à Maurice est préoccupant dans notre pays
Le 15 mai 2018, Bobby Hureeram avait voulu avoir des renseignements sur l’incidence et la mortalité du cancer, la recherche sur l’efficacité des interventions basées sur les changements de comportement et de mode de vie et la détection précoce en vie de traduire ces résultats en stratégies de santé efficaces et en initiatives pour les réduire.
Le Dr Anwar Husnoo a laissé entendre que l’incidence du cancer et le taux de mortalité à Maurice est préoccupant. D’après les dernières données disponibles du National Cancer Registry, le nombre de nouveaux cas enregistrés pour le cancer et la mortalité pour l’année 2016 à Maurice est comme suit :
(i) Nouveaux cas de cancer chez les hommes 1058
(ii) Nouveaux cas de cancer chez les femmes 1549
(iii) Mortalité par cancer chez les hommes (2016) 631
(iv) Mortalité par cancer chez les femmes 711
Il a aussi souligné qu’il est confirmé que les types et les facteurs étiologiques du cancer sont multiples. « Mon ministère met l’accent sur les stratégies de santé efficaces pour les changements de comportement et de mode de vie et la détection précoce du cancer. Une « Health Promotion Unit » de mon ministère s’occupe de la promotion de la santé et du dépistage précoce des maladies non transmissibles, y compris le cancer du sein et du col de l’utérus. Les “Health Intervention Programmes” sont comme suit – Actuellement nous avons un certain nombre de programmes d’intervention, dont les ‘Mobile Clinic Services’ », dira-t-il.
Le ministre de la santé et la Qualité de la vie a également soutenu que ls services de clinique mobile, également connus sous le nom de « Caravane de santé », sont offerts pour dispenser des ‘health education’ et pour ‘enhance health promotion programmes’ et entreprendre le dépistage du diabète, de l’obésité, de l’hypertension artérielle, des troubles de la vision et du cancer du sein et du col de l’utérus. Par ailleurs, des mammographies de dépistage ciblées sont réalisées à l’intention des ‘siblings of patients, souffrant d’un cancer du sein.
Le Dr Anwar Husnoo a déclaré que le ‘NCD programme’ a touché près de 48 000 personnes pour la période de janvier à décembre 2017 et ce pendant un an seulement. De janvier 2015 à novembre 2017, un total de 10 000 femmes ont été dépistées pour le cancer du col de l’utérus et 2,3 % ont eu des résultats anormaux et elles ont ensuite été référées à des hôpitaux pour un traitement et un suivi approprié.
Il a aussi fait ressortir que son ministère a mené une ‘NCD survey’ en 2015, qui a révélé que les mesures prises ont porté leurs fruits comme suit :
• la prévalence du tabagisme a légèrement diminué de 21,7 % en 2009 à 19,3 % en 2015 ;
• une amélioration du pourcentage de 16,5% en 2009 à 23,7% en 2015
• une baisse de la consommation de produits alcoolisés de 54,8 m. litres à 52,8 m. litres a été noté de 2009 à 2015.
Il a aussi indiqué qu’une ‘Cholestorol Cancer Screening Study’ qui sera réalisée concernera sur le dépistage du cancer colorectal chez les personnes asymptomatiques et les adultes âgés de 50 à 70 ans. Un échantillon d’environ 1 000 personnes serait sélectionné dans 10 ‘clusters’, soit au sein des 9 districts de Maurice. Les unités d’endoscopie qui de SSRN, l’hôpital Dr AG Jeetoo, JNH et l’hôpital Victoria seront utilisés pour l’endoscopie et la coloscopie et pour la détection précoce du cancer de l’estomac et du cancer colorectal.
« My Ministry is well aware of the challenges being faced with regard to increasing incidences of cancer and, as far as possible, necessary actions are being undertaken with regard to prevention and management”, dira le ministre.
Le cancer du col de l’utérus est le troisième cancer le plus fréquent touchant les femmes à Maurice »
D’autre part, le 24 septembre 2019, le deuxième député de Vacoas/Floréal, S. Baboo a demandé au ministre de la Santé et la Qualité de la vie pour savoir des détails concernant les traitements disponibles concernant le cancer du col de l’utérus.
A quoi, le ministre de la Santé a répondu que le cancer du col de l’utérus est le troisième cancer le plus fréquent touchant les femmes à Maurice. « Le traitement de ce type de cancer est disponible dans tous nos hôpitaux régionaux. Un traitement chirurgical est effectué dans tous les hôpitaux pour les cas confirmés de cancer du col de l’utérus et des traitements de radiothérapie et de chimiothérapie sont dispensés à l’hôpital Victoria à ces patientes. Des services de chimiothérapie et de soins palliatifs sont offerts aux patients souffrant de ‘advanced cercival centre’ », a-t-il souligné.

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne