Mukeshwar Choonee claque la porte au Parti Travailliste…

by | Apr 23, 2021 | Politique

Personnage atypique de la politique mauricienne, Mukeshwar Choonee, plus connu comme Rajesh pour les intimes, a toujours su surprendre. C’est pourquoi nous ne sommes pas de ceux qui associent son départ du Parti Travailliste et sa prise en charge de fonctions de président du Global Organisation for the People of Indian Origin (GOPIO) comme une suite logique de sa carrière.
« Mo pa ene Baichooïste moi, mo ene Choonoïste moi », s’était-il écrié face a la presse venue l’interviewer lors de sa démission comme ministre en 2005 pour rejoindre son ami Anil Bachoo. Il était mal à l’aise au sein du gouvernement de Paul Bérenger. Il n’a jamais pardonné à ce dernier de lui avoir laissé passer une nuit en cellule dans le cadre d’une enquête de la Commission Anti-Corruption.
L’organisme naissante en 2003 avait alors besoin d’une tête de proue pour asseoir son autorité. Son sort n’avait rien de comparable avec certains autres personnes qui avaient-elles pu échapper à la détention comme dans un scandale politico-financier de l’époque. Malgré cela, il accepta de ne pas rempiler aux élections de juillet 2005. Sa satisfaction aura été la défaite de Paul Bérenger comme Premier ministre. Il sera ensuite nommé comme haut-commissaire de Maurice en Inde. Pourtant Pravind Jugnauth lui avait promis un ticket s’il était resté au MSM. Mais l’humiliation qu’il avait subie, quand d’autres ont vu des institutions être démantelés pour sauver leurs peaux, lui était resté en travers de la gorge. Même si a cet époque, il a eu le loisir de savourer le succès de son fils, étudiant au collège Royal de Port-Louis, devenir lauréat.
Enseignant de profession, il se permit le luxe de battre un certain Harish Boodhoo au No 12 à Mahebourg/Plaine Magnien lors de sa première tentative électorale par quelques 400 voix. Il sera ensuite élu en tête liste au No 10 à Bel-Air Rivière Sèche/Grande Rivière Sud Est en 2000. En 2010, il est muté de Delhi au No 6, Grand Baie Poudre D’Or et se fera élire. Le MMM obtient sa tête en 2014 et il ne retrouve pas son ticket en 2019.
Ancien ministre des Arts et de la Culture sous le gouvernement de Navin Ramgoolam, Mukeshwar Choonee, confirme sur son compte Facebook : Il claque la porte au PTr et démissionne de toutes les instances de ce parti politique. D’ailleurs, il a soumis sa lettre de démission au secrétaire général du PTr, hier, lundi 19 avril. On peut lire : « Mo conné mo pe pran zot tous par surprise. Mais ti finn arrive l’heure pu mo pran enn décision. »
Toutefois, selon nos renseignements dignes de foi, depuis la semaine dernière Mukeshwar Choonee a signifié son intention de soumettre sa démission. Mais, plusieurs lieutenants de Navin Ramgoolam l’ont rencontré afin de le convaincre de changer d’avis. Une démarche qui n’a que retardé l’échéance. Lors des dernières élections générales en novembre 2019, Mukeshwar Choonee était très actif dans la circonscription no 10 (Montagne-Blanche/Grande-Rivière-Sud-Est) où le leader du PTr, Navin Ramgoolam, était candidat.
Il dit ne pas se sentir à l’aise avec la manière dont évolue les choses actuellement chez les rouges. L’ancien ministre des Arts et de la culture, Mookhesswur Choonee, a été appelé à assumer la présidence de GOPIO international, en remplacement de feu Mahen Utchanah. C’est une organisation mondiale regroupant des personnes d’origine indienne.
Dans un communiqué posté sur sa page Facebook, l’ancien ministre de la Culture soutient qu’il compte y consacrer tout son temps et son énergie. Mais également apporter son expérience et de la valeur ajoutée dans le domaine culturel, social et diplomatique pour le bien-être de la diaspora indienne.
Mukeshwhar Choonee est un des membres fondateurs de The International Indenture Girmitiyas Foundation.
Toutefois les observateurs avisés de la scène politique locales ne gobent pas les explications de Mukeshwar Choonee. D’autant qu’il affirme dans sa lettre de démission au secrétaire des rouges : « I no longer feel at ease ».
« Choonee essaie de justifier son départ du PTr parce qu’il doit devenir le représentant local de GOPIO à Maurice. Cependant, je sais dans quelles circonstances, il a quitté le parti. Je sais parfaitement bien ce que le MSM a fait », a déclaré Arvin Boolell. Mais pour lui, le départ de Mookhesswur Choonee ne change pas grand-chose.
L’apport de Choonee peut être déterminant « given the right perspective » explique un observateur qui n’entrevoit pas que ce dernier puisse, de nouveau, aspirer à la députation.
Ce a quoi l’ancien ministre répond : « Donc, pour moi, le combat continue pour le service de L’humanité ; Pareil kuma mo guru Swami Krishnanand qui aussi guru beaucoup ban Mauriciens, ti dire ” Service to mankind is service to God “. Mo réitère mo l’amitié a tous mo bane camarades politiciens de tous bord – jamais mo pas ine gagne l’ennemité avec personne. Mo assume mo choix de servir autrement. »

0 Comments

Laisser un Commentaire

La mémoire de Yuri Gagarin honorée…

La mémoire de Yuri Gagarin honorée…

Le Rajiv Gandhi Science Centre célèbre le soixantième anniversaire de 'La Semaine Mondiale de l'espace'. Ainsi, le dévoilement d'un buste de Yuri Gagarin, premier légende...

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne