Comment vit-on cette résurgence de la Covid-19 sur le territoire mauricien ?

by | Mar 24, 2021 | Actualités, Opinion, Société

Vanisha Rajaysur, chargée de cour et directrice d’entreprise, habitante de Quatre-Bornes :
« L’adaptation a été moins paniquante que le premier confinement »
Cette deuxième vague de Covid-19 qui frappe actuellement de plein fouet l’île Maurice aura définitivement des effets dévastateurs sur le plan économique. Sur le plan personnel et professionnel, l’annonce d’un confinement national jusqu’au 25 mars par le Premier ministre Pravind Jugnauth m’a pris de cours, me contraignant à revoir certaines de mes habitudes au quotidien. Toutefois, ce qui est bien cette fois-ci, c’est que l’adaptation a été plus rapide et moins paniquante que la première fois.
En effet, avec l’expérience vécue l’année dernière, pour le présent confinement, j’ai pu implémenter toute une batterie de solutions qui a facilité mon travail au bureau. Étant également chargée de cours, j’assure à ce que les cours continuent en ligne. À travers le “virtual platform”, ce que j’apprécie bien, c’est qui y a la solidarité des amis et collègues qui m’aident si jamais je rencontre une quelconque difficulté dans l’exercice de mon travail.Aussi, il y a cet esprit d’équipe qui prévaut. Je vois que professionnellement, cela ne me dérange guère.
Sur le plan personnel, je me suis lancé plusieurs défis culinaires. Par exemple, je confectionne des mets que je n’avais pas l’habitude de préparer à la maison. Je fais de ce “new normal” un apprentissage à la dureté de la vie que ce soit au niveau de l’alimentation ou au niveau des ‘savings’. Je me prépare à toute éventualité si au cas une 3ᵉ vague resurgira dans le futur, bien sûr que j’espère le moins. L’adaptation m’a aussi aidé à fortifier ma personnalité et mon moral.
Manish Neermul, Digital Marketer, habitant de Curepipe :
« Le stress et l’angoisse sont là »
J’habite et je travaille dans la zone rouge, c’est-à-dire à Curepipe. Je peux vous dire que depuis l’annonce du confinement strict dans les circonscriptions 15,16 et 17, la majorité des habitants qui habitent dans ses différentes circonscriptions sont stressés et angoissés avec la peur d’être infecté.
En ce qui me concerne, depuis le début du confinement le 10 mars dernier, je m’adapte plutôt bien malgré les différentes conditions sanitaires strictes imposés par les autorités. C’est peut-être à cause de l’expérience que j’ai vécue pendant le confinement de l’année dernière. Ainsi, je profite de ce confinement pour passer plus de temps en famille. Également, je fais de sorte de pratiquer au moins 60 minutes de sport tous les jours afin de me maintenir en bonne santé. De plus, je privilégie des repas sains et équilibrés.
Sur le plan professionnel, comme je suis entrepreneur et j’exerce comme web marketer, j’ai opté pour le travail à domicile. J’ai utilisé les mêmes systèmes robustes que j’avais mis en place lors du confinement de l’année dernière pour que puisse travailler à la maison.
En ces temps difficiles, sachant que beaucoup de personnes sont en difficultés, j’essaie autant que possible et selon mes moyens, d’aider des personnes qui sont en détresse. D’ailleurs, je profite de cette occasion pour lancer un appel à tous les Mauriciens qui ont les moyens, de venir en aide aux personnes qui rencontrent des difficultés en cette période de crise sanitaire.

Glorine Maloupe, travailleuse sociale et responsable des Ressources Humaines, habitante de Quartier-Militaire :
« Un moment idéal pour renouer ma foi en Dieu »
Personnellement, je m’adapte plutôt bien aux conditions actuelles pour la bonne et simple raison de l’expérience que j’ai vécue durant le premier confinement en 2020. Cependant, même si l’adaptation se passe bien, la précaution est de rigueur chez moi à la maison. En effet, je me lave les mains avec du savon plusieurs fois par jour, j’utilise le ‘sanitizer’ très régulièrement et je porte toujours mon masque à chaque fois que je sors en dehors de la maison. Aussi, je sors uniquement quand c’est vraiment nécessaire comme pour l’achat des produits alimentaires ou des médicaments.
Depuis le tout premier jour du confinement soit le mercredi 10 mars dernier, j’ai commencé à prendre certaines bonnes habitudes alimentaires. Désormais, je fais de sorte de consommer beaucoup de légumes frais que nous cultivons à la maison. Aussi, je mange quotidiennement trois fruits et je bois de d’eau régulièrement. Je trouve également du temps pour pratiquer quelques exercices physiques à la maison afin de me maintenir en bonne santé.
Au niveau personnel, tout comme le confinement précédent, je fais mon travail à domicile. Je possède tous les équipements nécessaires comme une imprimante, un laptop et autres logiciels pour le bon fonctionnement de mon travail. Même si je suis à la maison, j’essaie de rester en contact avec tous les staffs qui tombent sous ma responsabilité. Également, je partage avec mes collègues sur une base régulière les dernières ‘updates’ sur la pandémie de la Covid-19 que nous fournissent les membres du National Communication Committee on Covid-19.
Aussi, je profite de ce confinement pour m’informer de tout ce qui se passe ailleurs également. Je me fais un devoir, tous les jours, de zapper sur les chaines internationales telles que France 24 ou CNN pour suivre l’évolution de la pandémie de la Covid-19 à travers le monde. De plus, je trouve également du temps à finaliser ma dissertation pour mon master.
En sus de cela, en dépit de mon emploi du temps très chargé, je m’occupe également de mon potager. Sur le plan social, à travers mon ONG Youth Ambassoders, j’essaie de conscientiser les gens sur l’importance de rester chez eux à la maison afin d’empêcher ce virus de se propager. J’essaie de venir en aide à ceux en besoin dans ma région en termes d’alimentation et suis heureuse de les voir heureux après chaque aide.
Finalement, je consacre un moment, tous les jours, à Dieu surtout en ce temps de carême en marge de la fête de Pâques. En ce temps difficile, je pense qu’il est important de renouer ma foi en Dieu. Je porte toujours une prière pour ma famille, mes amies et le pays.
Zakil Tarsoo, Business Consultant at YAZAK service LTD, habitant de Floréal :
Comme dans beaucoup d’autres pays à travers le monde, l’île Maurice est malheureusement confrontée à une deuxième vague de la COVID 19. C’est le centre de l’île soit la région de Curepipe et ses péripéties qui sont le plus touchés, où généralement des milliers de Mauriciens se rendent chaque jour soit pour le boulot, les études, entre autres. En tant qu’habitant de la zone rouge, je pense que nous devons tous être plus prudents. Il est très important qu’on respecte la distanciation sociale et les autres mesures sanitaires afin d’empêcher ce virus de se propager.
Je constate que dans la ville de Curepipe, les gens sont pleinement conscients du danger que représente le Covid-19. A titre d’exemple, la majorité des Curepipiens sort uniquement pour acheter des commodités essentielles ou en cas d’urgence. J’ai pu remarquer qu’il n’y a pas de longues files d’attente dans les supermarchés, les banques, les pharmacies et autres lieux essentiels.
Cependant, je note que de nombreux vendeurs sont privés de stocks de légumes et d’autres denrées alimentaires, car les approvisionnements en provenance de l’extérieur de la zone rouge (circonscriptions 15, 16 et 17) ne peuvent pas entrer facilement. Forte heureusement, nous avons suffisamment de produits de base tels que le gaz de cuisson en ville et aujourd’hui, il y a eu quelques livraisons de produits en provenance de l’extérieur de la zone rouge.
D’autre part, à la maison, j’arrive à poursuivre mes cours en ligne sur l’application ZOOM compte tenu que les examens sont maintenus pour le mois prochain. Sur le plan professionnel, les membres de l’équipe de YAZAK service LTD dont lequel je fais partie et nos partenaires, nous travaillons sur une plateforme visant à aider les organisations commerciales et les entrepreneurs à relever des défis économiques après le second enfermement.
En ce qui concerne le soutien aux personnes les plus vulnérables qui sont privées de leurs besoins fondamentaux, nous parvenons à mettre en place une structure et une aide par le biais de l’ONG Société Solidaire Povrete ; cependant, le problème le plus courant pour de nombreux travailleurs sociaux et organismes non-gouvernemental demeure le Work Access Permit.

0 Comments

Laisser un Commentaire

Etats-Unis: Bernard Madoff est mort…

Etats-Unis: Bernard Madoff est mort…

Mondialement connu pour s’être rendu coupable de la plus grande escroquerie de l’histoire, le financier Bernard Madoff est décédé en prison à l’âge de 82 ans ce mercredi 14...

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne