Trouvé coupable pour le meurtre de Ritesh Gobin : Sachin Tetree condamné à perpétuité…

by | Feb 5, 2021 | Faits Divers, Société

Une peine exemplaire qui découragera beaucoup à commettre des crimes

Ce lundi 25 janvier 2021, un peu plus de deux ans après, le couperet est enfin tombé dans l’affaire de Sachin Tetree, le maçon de 39 ans, reprochait d’avoir égorgé le petit Ritesh Gobin, âgé de 11 ans, dans la nuit du 20 octobre 2018, à Petite-Rivière. La sentence qu’a obtenu l’accusé, est on peut le dire, exemplaire car ce dernier, reconnu coupable par les jurés à l’unanimité, a été condamné à vie. Certes, une lourde peine mais appropriée et proportionnée au délit, selon le juge Luchmyparsad Aujayeb, qui est arrivé à la conclusion que le meurtre a été fait avec préméditation. Dans son jugement, il a affirmé qu’il n’y a aucune circonstance nécessitant une peine de prison de moins de 60 ans, donc à vie.

Arrêté et poursuivi depuis le 23 octobre 2018, Sachin Tetree avait plaidé non coupable d’avoir froidement ôté la vie du petit Ritesh en l’égorgeant avec un cutter et le laissant s’agoniser dans un champ de cannes à Gros Cailloux, en octobre 2018. Le procès a ainsi débuté devant les assises le lundi 18 janvier devant un parterre de neuf jurés composés de cinq femmes et quatre hommes. Avant cela, l’accusé avait passé 827 jours en détention préventive avant d’être confronté à son sort.

Les points forts du procès
Lors du début du procès, les dépositions de l’habitant de Gros Cailloux à la police ont été lues dans un premier temps par l’inspecteur Sachoodanand Ramjeetun. Dans la déposition prise le lendemain du drame, Sachin Tetree avait expliqué que son fils fréquentait la même école primaire que Ritesh Gobin. L’accusé explique alors que c’est en 2016 que son fils lui apprend qu’il est martyrisé à l’école et que Ritesh Gobin ainsi qu’un autre élève l’avaient tabassé et lui avaient cogné la tête contre un mur. Il avance que son fils avait gardé des séquelles de cette agression, soit des douleurs récurrentes au cou l’empêchant de dormir et des saignements du nez. « Monn met dan mo latet mo bizin bles sa garson Gobin-la », avait déclaré l’accusé pour expliquer son crime.

Vendredi dernier, quatre témoins ont été entendus, dont le Forensic Scientist Vikash Rumessur et le constable Norbert Manoovaloo. Ces derniers ont été confrontés à une série de questions de Me Azam Neerooa, le représentant de la poursuite, et Me Erickson Mooneeapillay, avocat de Sachin Tetree. Au cours de son audition, le Forensic Scientist, Vikash Rumessur, devait confirmer avoir retrouvé des traces d’ADN de Ritesh Gobin chez la mère du suspect. Les auditions ont également été marquées par le visionnage des aveux du suspect lors de son interrogatoire mené par le Detective Inspector Rishinand Jugoo de la MCIT, à la Digital Interview Room du Metro South, aux Line Barracks. L’accusé avait expliqué avoir décidé d’en finir avec la victime en l’égorgeant avec un cutter par vengeance.

Les plaidoiries
L’audience final a démarré à 11h00 ce lundi 25 janvier avec le réquisitoire de l’avocat de la Poursuite, Me Azam Neeroa. Face au jurés, l’avocat a accusé sans relâche Sachin Tetree d’avoir assassiné avec préméditation le petit Ritesh Gobin. Il a soutenu dans son argument que les confessions de l’accusé, faites à plusieurs reprises à la police sont des preuves irréfutables. D’ajouter qu’outre les confessions, plusieurs autres éléments recueillis sur les lieux du crime pointent un doigt accusateur sur l’accusé dont l’arme du crime, un cutter, identifié par le prévenu lui-même et des traces de sang de la victime découvertes sur un rocher situé sous un robinet dans le jardin de la mère de Sachin Tetree, à Gros-Cailloux.

L’avocat de la poursuite a ensuite passé en revue les différents témoignages recueillis lors du procès. «Vous avez vu de vos yeux et entendu de vos oreilles M. Christopher Perrine nous a raconté que la sœur cadette du petit Ritesh a couru vers lui pour lui dire ‘Sachin inn kup mo frer so lagorz’» a rappelé Me Neerooa.

La défense, représentée par Me Erickson Mooneapillay a, pour sa part, tenu à préciser qu’il y a beaucoup d’incohérences sur l’exercice de reconstitution des faits. Son client, selon lui, n’a définitivement pas agi avec préméditation et sans l’intention de tuer mais plutôt dans l’intention de blesser l’enfant. Toutefois, il a concédé que c’est l’acte qui a conduit à la mort de Ritesh Gobin. Ainsi, l’avocat avait ainsi demandé aux jurés de considérer un verdict sous une accusation réduite d’homicide ou encore de coups et blessures mortelles infligées, sans intention de tuer. D’ajouté que la thèse de la poursuite était « truffée d’incertitudes » et qu’il serait « dangereux de rendre un verdict de culpabilité pour meurtre avec préméditation ».

Résumé du juge Luchmyparsad Aujayeb au jury

Aux alentours de 18 heures, le juge Luchmyparsad Aujayeb a entamé son ‘summing up’ au panel du juré. D’emblée, le juge a rappelé aux jurés qu’ils sont seuls les juges des faits. « Vous devez uniquement prendre en considération ce qui a été dit entre les quatre murs de cette salle d’audience », a expliqué le juge. Ce dernier a aussi mis l’accent sur les éléments qui constituent le délit de meurtre avec préméditation. « La préméditation implique que le présumé meurtrier a eu le temps de réfléchir calmement et penser comment il allait accomplir son crime. Et aussi qu’il a mesuré les conséquences et a néanmoins choisi d’aller de l’avant »

Après avoir écouté les arguments des deux parties, les membres du juré se sont retirés pour délibérer. Et aux alentours de 22 heures, livrant leurs décisions au juge, les 9 membres du juré se sont accordés pour juger coupable Sachin Tetree pour meurtre avec préméditation. Le verdict a été rendu par le juge.

Mo dimann mo exkiz
Dans le box des accusés, Sachin Tetree a demandé pardon à Kushboo Gobin, la mère de l’enfant. « Mo demann pardon mama garson-la ki lamem. Mo kone difisil me touzour mo demannn exkiz. » L’accusé a passé 827 jours en détention préventive. «Mo diman lakour pardon e osi la popilasion pardon. Exkiz mwa pou seki monn fer. Mo dimann mama garson pardon. Mo kone difisil pou pardonn mwa me mo pe demann mo exkiz», a déclaré Sachin Tetree à l’issue du jugement.

La sentence
Durant la plaidoirie sur la sentence à être imposée, Me Erickson Mooneapillay, avocat de Sachin Tetree, a soutenu que son client a agi « par amour » pour son fils. Il a invité la cour à imposer une sentence appropriée et proportionnée au délit. Le représentant de la défense a tenté de crier à une mise en scène tout en affirmant que la seule preuve existante du crime est celle des aveux de l’accusé. Celui-ci avait accepté dans sa déposition son intention de blesser le jeune étudiant de l’école primaire. « Il était sous de l’influence de l’alcool, ce qui lui a fait perdre tout son sens du jugement. D’ailleurs peut-on croire à ce boutiquier qui ne respecte pas la loi et qui vend des boissons alcoolisées après les heures prescrites » a martelé la défense.

Me Azam Neerooa, Senior Assistant Director of Public Prosecutions, a, lui, demandé la prison à vie, rappelant que le petit Ritesh Gobin a été leurré par l’accusé pour qu’il l’accompagne sur un terrain en friche avant de l’assassiner. Me Azam Neerooa, qui a plaidé pour la poursuite, a demandé aux jurés de rendre justice à la victime, à sa famille ainsi qu’à la société. Pour lui, tous les éléments de l’acte criminel et la préméditation sont indéniablement présents.

Je ne le pardonnerai pas
La mère de la victime a déclaré à sa sortie de la cour que malgré la sentence du meurtrier de son fils, « cela ne me ramènera pas le fils que j’ai perdu ». Et de rajouter que « malgré ses excuses en cour, je ne le pardonnerai pas pour ce que j’ai perdu ».
Me Azam Nerooa a lui remercié son équipe, ainsi que « le juge pour le bon déroulement du procès et les membres du jury pour leur patience et pour avoir pu trouver la vérité ». « Que l’âme du petit Ritesh puisse maintenant reposer en paix », devait-il conclure.
Me Mooneapillay, l’avocat de Sachin Tetree a indiqué avoir plaidé pour une réduction de la charge, mais que « le jury en a décidé autrement et a préféré la charge avec préméditation. Nou réitère nou sympathies à la famille de Ritesh Gobin, car nous ne devons pas oublier qu’un enfant de 11 ans a perdu la vie ».

0 Comments

Laisser un Commentaire

Message du Président Roopun aux Mauriciens…

Message du Président Roopun aux Mauriciens…

Mes chers compatriotes, Cela fait six semaines déjà que nous sommes en confinement. Nous voulons avant tout protéger la santé de la population, même si cela a un prix...

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne