A Le Morne, le 1er février :« Li malheureux ki ena certain pe rod creer division ek friction pou détruire la nation arc en ciel »…

by | Feb 8, 2021 | Actualités, Opinion

Mo pou bizin zot coup de main pou amène la stabilité et la paix
« Zordi cest lokasion pou ranne hommage à bann descendant africain ki victimes sa systeme barbare »
Lors du 186e anniversaire de l’abolition de l’Esclavage, le Premier ministre, Pravind Jugnauth a rendu un vibrant hommage à ceux qui ont été victimes d’une partie très sombre de l’histoire.
« L’esclavage est en partie un système injuste qui démontre la violence de la traite humaine. Foder pas nu blier sa ek ki l’humanité pas komet enn kitchose parey. Ces esclaves ont vécu un véritable martyre, les pires humiliations. Heureusement qu’en 1835 l’esclavage fut aboli, nous avons le devoir de nous rappeler cet épisode très sombre de notre histoire pour encourager le vivre ensemble et non la rancune. Les esclaves n’étaient pas considérés comme des humains, mais comme des objets. Le code noir en est la preuve vivante. Nou bizin poz nu la kestion, kifer noune laisse bann esclaves viv enn lenfer, zordi cest lokasion pou ranne hommage à bann descendant africain ki victimes sa systeme barbare la ek nou bizin saluer la rezistans bann esclav », a-t-il déclaré.
Le thème choisi cette année pour ces 186 ans est la résilience. Selon le chef du gouvernement, les esclaves ont laissé un riche héritage au pays que ce soit en termes de construction, d’arts ou même de culture. Ce dernier n’a pas épargné au passage ses détracteurs. « Li malheureux ki ena certain pe rod créer division ek friction pou détruire la nation arc en ciel, mo pou bizin zot coup de main pou amène la stabilité et la paix. Ce jour spécial nous concerne tous. Notre mission est de faire découvrir cette culture à tous les Mauriciens. En août 2020 nous avons inauguré le musée intercontinental de l’esclavage et je suis heureux d’apprendre que les travaux sont en bonne voie. »
Chagos : « L’Angleterre ki ti colonise nou, li pe montré même mentalité azordi ki l’esclavagiste »
Lors de son discours à l’occasion du célébration du 186e anniversaire de l’abolition de l’Esclavage, le Premier ministre, Pravind Jugnauth est revenu sur le sujet des Chagos. La mentalité qui prévalait pendant la période de l’esclavage n’a pas changé, même aujourd’hui. Il ne faut pas oublier le déracinement des Chagos de notre république. Malgré les décisions de la Cour de Justice Internationale et la cour Internationale des Droits de la Mer, il est toujours malheureux que l’Angleterre ne veut toujours pas comprendre.
« L’État li pou fer tou zeffort possible pou permettre groupe dimoune ki fine victime du coloniale rattrape zot retard. Ça mentalité ki ti prévaloir à lépok de l’esclavage li pas fine totalement allé. Li malheureux ki vis-à-vis nou République, l’Angleterre ki ti colonise nou, li pe montré même mentalité azordi ki l’esclavagiste. L’Angleterre fine déracine bann mauriciens d’origine chagossien kuma bann zanimo. Ine prend zot met zot lors bato et sans avertissement et fine vine jette zot lors quai à Port Louis kuma zanimo, » ajoute-t-il.
Le chef du gouvernement a, par la suite, évoqué les jugements rendus par la Cour de Justice Internationale et la Cour Internationale des Droits de la Mer. « La Cour Internationale fine rane enn jugement pou demande Angleterre arrete so administration lors Chagos. Zot ti bizin quitte le Chagos en novembre dernier et zot encore pe occupe nou territoire. Mo esperé ki surtout avec sa dernier jugement ki zot pou ressaisi zot, parski zot ine fer enn violation des droits humains. Alors mo esperer ki kan mem ki finn passer ki zot pou rectifier ceki la cour finn dir, malgré tout ceki pou ariver nou napa pou kiler, tan ki nou pas gagn la justice nous pou continier lutter, » avance Pravind Jugnauth.

0 Comments

Laisser un Commentaire

Message du Président Roopun aux Mauriciens…

Message du Président Roopun aux Mauriciens…

Mes chers compatriotes, Cela fait six semaines déjà que nous sommes en confinement. Nous voulons avant tout protéger la santé de la population, même si cela a un prix...

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne