21 février 1999- 21 février 2021…22 ans déjà depuis que Kaya nous a quittés dans des circonstances atroces…

by | Feb 22, 2021 | Actualités, Faits Divers, Société

Wikipédia soutient qu’il a été « emprisonné deux jours plus tard, suite à la publication polémique des journaux “L’Express” et “Le Mauricien”…
• Le rôle de Rama Valayden et du Mouvement Républicain sévèrement décrié

• Le Seggaeman aurait eu 61 ans ce dimanche

C’est un sujet tabou et sensible. Un sujet qui évoque de douloureux souvenirs car ce combat a coûté la vie au regretté seggaeman, Joseph Reginald Topize, plus connu comme Kaya en 1999. Sa caution de Rs 10 000 n’ayant pas été payée par le Mouvement Républicain de Rama Valayden. L’inventeur du seggae fut trouvé mort dans la cellule N° 6, dimanche 21 février. Ce qui déclencha des émeutes à travers l’île.
22 ans après, que retient-on de l’évènement? D’abord, on n’a jamais su pourquoi le MR n’avait pas payé la caution de Kaya après un concert sur la dépénalisation en grande pompe à la rue Edward VII à Rose-Hill. Ensuite, pourquoi Rama Valayden s’est envolé pour Rodrigues alors que Kaya était en prison ? Finalement, quelles étaient les causes exactes du décès du seggaeman dans sa cellule ? Il n’y a eu aucun coupable et aucune condamnation.
L’évènement de février 1999 a apporté une révolte au niveau de la population que certains esprits chagrins ont donné une dimension communale. Le pays n’avait pas de direction pendant trois jours. Il a fallu toute la dextérité de l’actuel Commissaire de Police, Khemraj Servansingh aux Casernes Centrales pour empêcher que certains ne prennent les armes pour traîner le pays dans un bain de sang.
L’annonce de la mort de Kaya ne fut pas annoncée au premier jour par la MBC. Qui pour se racheter, eu l’outrecuidance, de présenter par la suite quelqu’un qui n’est pas le frère de Kaya comme tel. On n’oubliera pas non plus cet article incendiaire de l’Express qui a publié en une que du gandia avait été fumé le 18 au rassemblement de Rose-Hill avant de dire que Kaya avait avoué en avoir pris ce jour-là. L’autre drame aura été la maison brûlée a Triolet et Goodlands. Idem pour le centre commercial de Colline Candos. Jusqu’à ce jour, personne n’a été arrêté et traduit pour ses actes. Le poste de police de Roche-Bois fut incendié de même que les motocyclettes des policiers. Un autre drame se déroule à Bambous. Deux jeunes, Michel Laurent, 21 ans, et Nirmal Ghoostia, 19 ans, meurent sous des balles perdues alors que la dépouille de Kaya passe sur la route Royale. À Curepipe, le nouveau bâtiment de la Wastewater Authority est incendié de même que le siège de la Central Water Authority.
La Commission Matadeen sur les émeutes de février a été un grand échec. Il avait décrié le rôle de Rama Valayden et du Mouvement Républicain. D’ailleurs, Lalit de Klas a sorti une publication pour critiquer ses faiblesses et ses manquements. Tandis que Rama Valayden avait gagné son « judicial review » pour biffer les paragraphes lui concernant de ce rapport car ses droits furent bafoués par la commission. Mais la classe politique a sévèrement critiqué la gestion du MR et de Valayden dans cette affaire.
Il a fallu l’intervention du président de la République d’alors, Cassam Uteem, mais aussi du Cardinal Margéot et d’autres chefs religieux, de même que sir Anerood Jugnauth et Paul Bérenger pour ramener le calme après le chaos. Navin Ramgoolam, alors Premier ministre, avait complètement disparu alors que le pays s’embrasait.
Wikipédia affirme que : « Kaya, de son vrai nom Joseph Réginald Topize, est un chanteur mauricien et le créateur du seggae. Né à Port-Louis dans le quartier de Roche-Bois le 10 août 1960, et tué par la police aux casernes centrales de Port-Louis à l’âge de 38 ans le 21 février 1999, à l’île Maurice. »
Ce site précise aussi : « Après avoir fumé un joint de gandia (appellation locale de la marijuana) sur scène, le 16 février 1999 à Rose Hill, durant un concert organisé par le parti d’opposition « Mouvement républicain » pour la dépénalisation de la marijuana, il est emprisonné deux jours plus tard, suite à la publication polémique des journaux “L’Express” et “Le Mauricien”, qui interpellent le gouvernement mauricien sur le fait qu’il laisse en liberté un chanteur qui a fumé publiquement de l’herbe. »
Kaya était mariée à Véronique Topize avec qui il avait deux enfants Azaria et Lumiah. Il y a quelques années, sa veuve avait affirmé ne pas comprendre toujours pas comment le magistrat qui a présidé l’enquête judiciaire sur le décès de Kaya à l’époque, a pu conclure à un «no foul play». Elle estime qu’il y a «suffisamment de preuves» pour poursuivre ceux qui seraient responsables de la mort de son mari. Elle affirme que Kaya n’est pas mort de mort naturelle.
Elle explique qu’il ne faut pas oublier que ce dernier « portait 32 blessures sur le corps» lorsque sa dépouille lui a été remise pour les funérailles après une première autopsie pratiquée par le Dr Surnam de la police.
Le Dr Ramstein, médecin français basé à la Réunion, avait été sollicité pour une contre-autopsie. Son rapport a été rendu public le 10 mars 1999. Le Français avait expliqué que Kaya était décédé à la suite de deux types de lésion intracrânienne dont l’effet est traumatique : par projection de la victime au sol et par secouement de la tête. Le Français note également que le cadavre portait plusieurs traces de violence, dont deux ecchymoses scapulaires sous-cutanées au niveau du thorax pouvant correspondre à une empoignade de la victime par les épaules permettant un violent secouement.
Il est également possible, selon lui, que la victime ait été tirée par les volumineuses tresses qu’elle portait et secouait. Le Dr Ramstein a aussi relevé des lésions cutanées (griffures) et sous-cutanées ainsi que des lésions crâno-cervicales causées par des mouvements brutaux de la tête en rotation forcée et des mouvements d’hypertension forcés du cou. Le Dr Ramstein précise que les lésions n’ont pu être causées par la victime elle-même.
Kaya est considéré comme celui qui a inventé le seggae. Il a influencé de nombreux artistes mauriciens, comme OSB (Otentik Street Brothers), groupe de reggae, seggae et ragga mauricien qui lui dédie la chanson “Respect Pou Kaya” sur l’album “Noukila”.
Kaya a aussi donné beaucoup d’espoir à la population mauricienne en ce qui concerne la musique, surtout pour la jeunesse qui va être encouragée vers cette culture musicale.
Le devoir de mémoire envers l’illustre disparu est tout à fait logique et louable car tout le monde reconnaît la contribution et le symbolisme de Kaya dans la société Mauricienne ainsi qu’à Rodrigues, à La Réunion et dans le monde entier.
Jean-François Chaumière, le président du centre Nelson Mandela, insiste que chaque 21 février c’est également l’occasion pour rappeler à la population surtout aux jeunes, l’engagement musical de Kaya dans notre société, surtout son implication dans la promotion de l’amour et de la paix. Selon lui, ce personnage emblématique a marqué par ses paroles, lourdes de sens, toute une génération. Et il ajoute qu’honorer sa mémoire et montrer une reconnaissance envers sa contribution est plus que rationnel.
Le jour de son enterrement, beaucoup de Mauriciens et de Mauriciennes se sont réunis près de lui pour lui rendre un hommage sur le stade qui porte son nom et à l’église de Roche-Bois. On a pu entendre des chansons de lui dans l’église chanté par les gens venus l’acclamer. La messe fut célébrée par le Cardinal Margéot et le père Philippe Fanchette.
Après un long combat juridique, la famille de Kaya obtint une compensation de Rs 4,5 millions de l’État pour sa mort en détention en février 1999, en cour Suprême.
Ces évènements étant à jamais gravé dans nos mémoires, nous ne disons plus jamais ça.
Ndlr : Ce dimanche 21 février 2021, les amis de Kaya invitent les Mauriciens au Quartier Shell, à Camp Zoulou à Roche Bois pour une marche symbolique. Un intermède musical est prévu. On écoutera certainement Simé La Limière.

0 Comments

Laisser un Commentaire

Vivo Energy célèbre ses dix ans…

Vivo Energy célèbre ses dix ans…

À l’occasion du 10 e anniversaire du Groupe, des évènements sont organisées dans les unités opérationnelles de Vivo Energy Port-Louis, Maurice. 1 er décembre 2021 : Vivo...

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne