Situation économique et emploi Le gouvernement sur un pied ferme face aux lobbies et les pressions du secteur privée…

by | Nov 12, 2020 | Actualités, Economie

Renganaden Padayachy « pa pou ena sa la. Mo dir li aster laem, pa bizin vinn fer lobby »

Soodesh Callychurn : « nous garderons notre philosophie de justice sociale jusqu’à la fin de notre mandat ».

Le patronat du secteur privé aurait voulu, pendant cette crise économique, avoir le beurre et l’argent du beurre en même temps mais c’était mal connaitre la posture du gouvernement quant à son ambition de croissance mais avant tout de maintenir et créer de l’emploi. Le ministre des Finances Renganaden Padayachy, au cotés du ministre du Travail, Soodesh Callichurn et celui des Services publics Joe Lesjongard ont d’ailleurs fait une belle démonstration de leurs positions au cours d’une conférence de presse au Bâtiment du Trésor dans l’après-midi de ce mercredi 11 novembre. S’ils ont affirmé qu’ils n’ont pour l’heure aucun problème avec qui que ce soit, ni de confrontation directe avec personne, ils ont quand même mis en garde ceux qui cherchent toute sorte de prétexte pour faire pression sur le gouvernement, licencier des travailleurs et faire des profits sur leurs dos. Choses que les ministres affirment ne compte pas tolérer.
Durant leurs interventions, un volet a été ouvert sur le fait que le gouvernement aurait subi beaucoup de pressions pour rouvrir complètement les frontières au plus vite mais aussi pour changer les protocoles sanitaires afin de laisser l’accès plus libre aux touristes pour rentrer au pays et ainsi faire voler à nouveaux les activités hôtelières. Mais le ministre des finances a affirmé que malgré la pression, Pravind Jugnauth a résisté pour privilégier la santé de la population. D’ajouter qu’en tant que décideurs publics, il incombe au gouvernement de prendre des décisions qui tiennent compte de la vie de nos citoyens et non de céder à des pressions et face aux lobbyings d’un tierce personne.
« Nous constatons ce qui se passe dans le monde, dans les pays qui n’ont pas adopté des mesures très strictes. Aujourd’hui, l’Europe est en reconfinement. Imaginons, le temps d’une seconde, qu’il nous faut rentrer en confinement, refermer le pays et tout le monde reste chez soi. Imaginez la catastrophe économique qui s’en serait suivie. Nous notre philosophie s’appuie sur l’humain, la ressource principale dans notre pays, qui permet de créer l’activité économique et la richesse. C’est le salaire minimum, l’augmentation de la pension, c’est un rééquilibrage de la richesse que nous faisons » a déclaré Renganaden Padayachy.
Ce sont nos décisions qui permettent à tout le monde de vivre librement
Pour le ministre des Finances, le gouvernement a pris de bonnes décisions depuis le confinement et continuera dans cette lignée. « Toutes ces décisions nous permettent de vivre librement. Et c’est ce qui est le plus important : la confiance qu’on a en allant travailler, déposer ses enfants, faire ses achats. On a confiance que le virus n’est pas présent au sein de la communauté. C’est important pour l’activité économique » a-t-il dit.
De faire ressortir que l’économie du pays reprend lentement son rythme malgré que les touristes ne puissent venir à Maurice. « Ce secteur représente tout de même 8% de notre richesse mais 90% de nos activités économiques se poursuivent. « Notre priorité est d’être vigilants par rapport au virus et de procéder par phase. Cela en considérant ce qui se passe autour de nous. Dès que nous pourrons accueillir les touristes, nous serons en phase d’expansion très élèvés » a déclaré Renganaden Padayachy.
Pression pour amender le Workers Rights Act
Le ministre des Finances, a affirmé que le gouvernement fait également face à un nouveau type de pression actuellement. Cela car certaines compagnies demandent de continuer le paiement des salaires dans les secteurs touchés par la pandémie et, en même temps, d’autoriser les licenciements. Soit que des amendements soient apportés au Workers Rights Act. Une attitude qualifiée « d’inacceptable » par Renganaden Padayachy surtout en cette période de crise. Rappelant que déjà plusieurs entreprises, qui en vrai ne manque de rien, ont bénéficié du Wage Assistance Scheme.
« Ils nous demandent de continuer à payer les salaires dans les secteurs affectés, mais tout leur donnant l’autorisation de licencier. Ce n’est nullement pas la philosophie du gouvernement. « Pa pou ena sa. Mo dir li aster lamem. Pa bizin vinn fer lobi. Pa bizin vinn koze. C’est simple. Dès le début, nous l’avions dit. Nous paierons les salaires à condition qu’on ne licencie pas. Telle est notre philosophie. Telle est notre vision », martèle-t-il. Nanye, an tou ka pa serten lavwa, pa bann dimounn ki pa mank nanye ki pou anpes nou met an plas nou politik ekonomik ». Et d’ajouter que c’est le gouvernement qui est en train de soutenir l’économie à travers des investissements publics et des aides, ce alors que cela aurait être « le rôle du secteur privé » a ajouté le ministre.
Maurice connaittra un taux de croissance de 10% en 2021
Renganaden Padayachy a ainsi fait comprendre que nous ne pouvons pas continuer ‘business as usual’ et il a expliqué que la stratégie du gouvernement pour sortir de cette crise repose sur la relance de l’investissement, maintenir et créer de l’emploi. Il a expliqué que dans cette optique Rs 6 milliards ont étaient mis sur la table en guise d’investissements public. Et que l’emploi sera maintenu à travers diverses mesures comme le wage assistance scheme qui a couté à l’êtat Rs 13 milliards pour 476 382 salariés. Dans cette optique, le grand argentier annonce avait étroitement avec l’Economic Development Board (EDB) sur les opportunités d’investissements pour les étrangers. Selon le dernier rapport du FMI publié en octobre, Maurice connaittra un taux de croissance de 10% en 2021. « notre richesse va augmenter l’an prochain. Nous retrouverons une croissance économique positive qui nous permettra de sortir de cette crise » affirme t-il.
Poursuivant son allocution, il a expliqué « Pour nous, l’économie est une science sociale. Ce n’est pas trois ou quatre personnes, c’est la population en general. C’est le bien-être de la population. La variable la plus importante pour le bien-être d’une personne est son travail. C’est pour cette raison que nous faisons tout pour maintenir l’emploi, » a dit Renganaden Padayachy. Donnant la garantie que les mesures rapporteront leurs fruits et déclarant que même le Fonds monétaire international valide les mesures.
le gouvernement ne touchera pas à la loi du travail si c’est au détriment de la classe ouvrière.
Soodesh Callychurn, s’est également montré catégorique sur le sujet. Le ministre du travaille a affirmé que le gouvernement ne touchera pas à la loi du travail si c’est au détriment de la classe ouvrière. Car, affirme-t-il, c’est l’argent des contribuables qui soutient l’emploi. D’un ton ferme, il a précisé qu’il n’est pas question de céder à la pression
Sidéré par la décision de Business Mauritius de contester la Contribution Sociale Généralisée (CSG) en Cour suprême, Soodesh Callichurn qualifie cette action « d’aberration totale ». Il n’y aurait pas eu de consultations avant de porter l’affaire en cour, selon le ministre. « Nous n’avons pas eu de lettre officielle de demande pour une table ronde », avance-t-il.
De renchérir « N’étant pas d’accord, certains cherche à avoir recours à la cour suprême pour décréter certaine provision de la loi comme étant anticonstitutionnelle. Cela démontre qu’ils ne me veulent pas que la classe ouvrière gravissent les échelons. Cela démontre aussi que certains ne sont pas pour le partage des richesses et pensent uniquement à faire des profits. Nous nous garderons notre philosophie de justice sociale jusqu’à la fin de notre mandat » a-t-il déclaré.
Le ministre du Travail a aussi assuré que des échanges ont eu lieu concernant le Portable Retirement Gratuity Fund (PRGF) par l’entremise d’un comité technique. Une étude, commanditée par le gouvernement, a également été effectuée par des actuaires. « Business Mauritius est contre le PRGF et l’introduction d’un Redundancy Board depuis le début. Nous savons qui est la tierce personne qui se cache derrière la décision de mener des actions en cour. Il est clair et net que certains font de la démagogie », souligne le ministre du Travail.
Évoquant l’importance de précisions au niveau des chiffres du chômage, Soodesh Callichurn fait ressortir qu’il « ne faut pas créer une psychose qui risque d’instaurer un climat d’insécurité ». Un programme de formation sera d’ailleurs mis en place pour aider les chômeurs, cela dans les plus brefs délais. Le gouvernement travaille en collaboration avec le HRDC pour élaborer une série de formations pour 9 000 personnes. Un montant de Rs 550 M sera alloué à ce projet. Plusieurs institutions, dont Landscope Mauritius, l’Institut Océanographique de Maurice et le Centre de Recherche d’Albion, participeront à cet élan de solidarité. Au total, 23 000 personnes bénéficieront de ces mesures à la rentrée de 2021.
En sus de cela, le ministre a accentué sur le fait que tous les employeurs ont l’obligation de payer le boni de fin d’année aux salariés. « Bonis se enn drwa pou bann travayer », a-t-il précisé. Il a rassuré également qu’il n’u aura pas de réduction de pension pour les personnes du troisième âge.

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne