« Le Premier ministre doit prendre les devants pour qu’une telle situation ne se répète pas à l’avenir »

by | Aug 10, 2020 | Actualités

Naufrage du Wakashio : Emission animée par Jimmy Jean-Louis sur Wazaa FM, hier après-midi
Dr Vassen Kauppaymuthoo : « Les coûts et dommages pourraient chiffrer à Rs 5 à 10 milliards
« Le Premier ministre doit prendre les devants pour qu’une telle situation ne se répète pas à l’avenir », soutient-il

« L’institution d’une commission d’enquête s’avère nécessaire pour situer les responsabilités de ceux qui ont fauté », estime-t-il
Entre 16h et 17h, hier (vendredi 7 août 2020), l’ingénieur en environnement, le Dr Vassen Kauppaymuthoo, a été, l’invité du Wazaa FM. Lors d’une émission animée par Jimmy Jean-Louis, Vassen Kauppaymuthoo, ainsi que le travailleur social et président du Forum Citoyens Libres, Georges Ah Yan, ont exprimé leurs points de vus et répondu aux questions de l’animateur concernant le naufrage du MK Wakashio et les dégâts environnementaux qui y sont liés.
Pour Vassen Kauppaymuthoo, a d’emblée fait comprendre qu’il y avait un manque d’équipements pour faire face à la situation. Il a ajouté qu’il était difficile de ‘retirer le bateau. « La situation était très difficile et compliquée pour pouvoir retirer le Wakashio du récif », dira l’invité qui a mis l’accent sur une chaîne de l’événement qui a occasionné la catastrophe et le drame écologique.
Cependant, il a fait ressortir qu’il y a eu des déficiences en termes d’équipements. L’invité du Wazaa FM a également déclaré qu’on a pris la situation à la légère. Or, selon lui, l’heure n’était pas propice pour évoquer des conventions internationales et laisser la situation aggraver. « Il fallait agir », dit-il.
Gravité de la situation
L’ingénieur en environnement a également laissé entendre qu’il est bon que le Premier ministre, Pravind Jugnauth est venu témoigner la gravité de la situation. « Tous ceux qui ont fauté doivent assumer leur part de responsabilités. On doit initier des mesures pour que de telles choses ne répètent pas à l’avenir. Pour lui, l’institution d’une commission d’enquête s’avère nécessaire pour connaître ceux qui ont fautés », estime-t-il.
Le Dr Vassen Kauppaymuthoo, qui a aussi parlé de l’interface, a déploré le fait qu’on n’a pas pris en considération l’ampleur d’un éventuel danger. L’invité de Jimmy Jean-Louis a aussi laissé entendre qu’il est très urgent de gérer le désastre et d’éviter que la situation ne s’empire pas. Il a ainsi lancé appel à la solidarité de tout un chacun pour protéger notre environnement, parc marin et nos lagons et sécuriser les gens du drame écologique.
Coordination et remboursement
Par ailleurs, le Dr Vassen Kauppaymuthoo a expliqué que les coûts et dégâts sont énormes. Aux dires de ce dernier, c’est le propriétaire du bateau qui doit rembourser les frais de nettoyage, de protection, de ‘labour intensive’ et d’opération de l’hélicoptère, entre autres. Aux dires de l’ingénieur en environnement, les coûts et dommages pourraient chiffer Rs 5 à 10 milliards.
Le Dr Vassen Kauppaymuthoo a, d’autre part, affirmé que la coordination est nécessaire pour assurer la sécurité des gens. Concernant le rôle de la Commission de l’océan Indien, il a laissé entendre que les pays de la région ainsi que les Etats-Unis et l’Inde, entre autres auraient dû donner un coup de main pour faire face à la situation et ce dans l’intérêt de tout le monde. Dans la foulée, il a mis l’emphase sur l’importance du ‘National Oil Contingency Plan’ et de ‘Regional Contingency Plan’.
L’ingénieur en environnement a, par ailleurs souligné que le déversement d’huile affectera la mer et les mangroves, entre autres, pendant plusieurs années. Selon lui, il faut attendre des décennies pour que la mer devienne normale.
L’utilisation des cheveux : Une croyance
Le Dr Vassen Kauppaymuthoo a aussi soutenu que l’utilisation des cheveux pour limiter les dégâts est une croyance. Il a ainsi fait état de l’utilisation de pailles, entee autres, pour empêcher que l’huile se propager en mer.
De son côté, le travailleur social et président du Forum des Citoyens Libres, n’a pas mâché ses mots à l’égard de ceux qui n’ont pas jugé utile de considérer Georges Ah Yan et son équipe comme des partenaires valables pour aider les autorités concernées et sécuriser les gens.
Par ailleurs, il a fait ressortir que plusieurs activités commerciales et touristiques, voire même les pêcheurs sont affectés par les dégâts causés par le déversement de l’huile lourde dans le sud.
Toutefois, Georges Ah Yan a fait comprendre que : « Nous devons garder la tête haute. A nous sauve ce qui capave sauvé. Nous apporterons notre contribution et donnerons un coup de main pour limiter les dégâts », a-t-il maintenu.
Dans un autre d’idées, le président du Forum des Citoyens Libres a exprimé sa fierté à l’effet que plusieurs personnes, en particulier ceux habitants dans le nord et dans d’autres régions du pays se sont rendus à Mahébourg Waterfront pour voir de visu la beauté de ce village.
L’utilisation des ressources ressources humaines
A l’heure des questions des auditeurs, Imran a proposé que les autorités concernées doivent mobiliser des ressources humaines et solliciter l’aide des prisonniers pour limiter le désastre écologique. A quoi, Vassen Kauppaymuthoo a répondu que la sensibilisation concernant l’environnement est important. Ce dernier a aussi fait état de la transition énergétique vers l’énergie propre.
De son côté, Issac a énergiquement dénoncé le rôle du navigateur de Wakashio. Selon lui, ce dernier aurait dû surveiller le mouvement du bateau. Il a ainsi affirmé que le gouvernement n’est nullement responsable de ce qui s’est passé. A cet effet, l’ingénieur en environnement a fait ressortir qu’il est très peu probable que le bateau est échoué par hasard.
Le Dr Vassen Kauppaymuthoo a parlé de l’urgence de la mise en place des infrastructures et d’un organisme indépendant et l’utilisation des équipements nécessaires sont importants pour pouvoir faire face à la situation. Pour lui, il est important que le chef du gouvernement prenne les devants pour que la situation ne se répète à l’avenir. « Que le gouvernement ‘means business », a-t-il conclu.

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne