Le Covid-19 accélère la fin de la presse papier à travers le monde…

by | Aug 12, 2020 | Actualités, Opinion

Pour la première fois de son histoire, le New York Times a vu, au deuxième trimestre, ses recettes en ligne dépasser celles du papier. Un phénomène révélateur d’une tendance de fond ? La crise sanitaire semble en tout cas avoir accéléré le déclin du papier au profit du numérique.

Amorcé depuis longtemps, le déclin de la presse papier connaît un coup d’accélérateur à travers le monde depuis la crise du Covid-19: les audiences numériques des journaux ont explosé mais leurs ventes d’exemplaires papier se sont effondrées ou ont dû être suspendues.
Avec la crise sanitaire, il est devenu difficile d’amener les quotidiens jusqu’aux points de vente, et compliqué pour les clients de les obtenir.
La crise a “accéléré quasi certainement le passage à un futur 100% numérique”, analyse le rapport 2020 de l’institut Reuters. Elle frappe une industrie déjà fragilisée par la chute des ventes et des revenus publicitaires, ses deux principales sources de revenus.
Au Brésil, au Mexique, certains des plus grands quotidiens ont délaissé provisoirement le papier pour le tout numérique, ou fait sauter des éditions.
Aux Philippines, 10 des 70 journaux membres de l’institut de la presse (PPI) ont dû fermer à cause de la pandémie.
“Les temps sont difficiles: il n’y a pas d’annonceurs et personne ne nous lit”, a déclaré à l’AFP le directeur exécutif du PPI, Ariel Sebellino.
Les petits journaux locaux, qui ont vu leurs ventes dans la rue s’écrouler avec les mesures de confinement, sont les plus touchés. “L’industrie est assiégée. Nous sommes tous meurtris”, regrette-t-il.
Partout, la disparition progressive des éditions papier affecte toute la chaîne de production: des journalistes aux vendeurs de journaux, en passant par la production de papier, les imprimeurs et les livreurs.
Au Royaume-Uni, les grandes marques de presse ont gagné en ligne 6,6 millions de lecteurs au premier trimestre, un record selon leur association professionnelle.
Mais la plupart des journaux n’ont pas retrouvé leurs chiffres de ventes papier.
“C’est la plus grande menace pour l’industrie mondiale de l’information depuis la crise économique de 2008”, a prévenu le magazine spécialisé Press Gazette (qui a abandonné le papier en 2013).
250 journaux locaux avaient déjà fermé dans le pays entre 2005 et 2018, et un journaliste sur trois pourrait perdre son poste.
Un public de niche ?
Aux États-Unis, des dizaines de journaux ont fermé ou fusionné avec leurs concurrents locaux depuis le début de la crise, selon l’institut Poynter. Les journaux américains avaient déjà licencié la moitié de leurs salariés entre 2008 et 2019, selon l’institut Pew.
Les journaux gratuits, comme Metro et Destak au Brésil, ou 20 Minutes en France, ont aussi suspendu temporairement leur parution. Financées par la publicité, et distribuées dans des zones à forte densité, leurs éditions papier n’avaient plus de raison d’être.
En Allemagne, “avant la crise du coronavirus, tous les éditeurs gagnaient de l’argent, même si le nombre des exemplaires vendus ne cessait de diminuer”, a déclaré à l’AFP le président de la Fédération des journalistes allemands, Frank Überall. “Aujourd’hui c’est très différent”, mais “la presse écrite a de beaux jours devant elle”, selon lui. “Il y a encore trop de lecteurs qui veulent tenir leurs journaux dans les mains. Et les plus âgés en particulier sont encore loin d’utiliser en masse le numérique”.
“L’impression coûte cher, mais c’est un mal pour un bien”, argumente Gilles Dechamps, directeur d’une imprimerie au nord de Paris. “Il est important pour les lecteurs, comme pour les annonceurs, d’avoir ce repère en point de vente”. L’imprimeur cite des marques comme France-Soir et Métro, qui ont abandonné le papier en France, et dont “plus personne ne se rappelle”.
Au cours des trente dernières années, les journaux ont déjà essayé de réduire leur dépendance au papier, en réduisant leurs formats, en se diversifiant, et en investissant sur internet. Mais la plupart n’ont pas encore trouvé la martingale.
“Même sur les plus petits marchés, Facebook et Google siphonnent les trois quarts des revenus numériques”, souligne Penelope Abernathy, ancienne vice-présidente du Wall Street Journal et du New York Times, professeure d’économie des médias à l’université de Caroline du Nord. “Les médias se partagent les restes”.
Les plus gros pourraient s’en tirer: le New York Times a vu ses recettes en ligne dépasser pour la première fois celles du papier, au deuxième trimestre.
Pour survivre, les plus petits pourraient aussi continuer à devenir plus rares et plus chers. Les magazines qui se sont lancés avec succès en papier ces dernières années visent souvent un public de niche.
“Le papier imprimé survivra sous une certaine forme”, souligne Penelope Abernathy, comparant les journaux avec les livres, qui survivent au numérique.
Il y a un futur sur abonnement, pour les magazines, pour des grands journaux quelques jours par semaine, “et l’on se rappellera avec nostalgie de l’ère des quotidiens, de cet instantané des dernières 24 heures”, conclut Mme Abernathy.
*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-
“La presse à but lucratif s’est écroulée et les journaux n’ont pas réussi à construire une riposte numérique”, selon l’experte américaine Penelope Abernathy
Par Taimaz SZIRNIKS
“La presse à but lucratif s’est écroulée et les journaux n’ont pas réussi à construire une riposte numérique”, explique Penelope Abernathy, ancienne vice-présidente du Wall Street Journal et du New York Times, devenue professeure d’économie des médias. Même s’il y a encore un avenir pour quelques grands journaux et des magazines, selon elle.
Q: Pourquoi la presse s’est-elle écroulée avec le Covid-19?
A: “Dans de nombreux pays, les journaux se sont construits historiquement sur un modèle lucratif. Aux Etats-Unis, il repose non pas sur le fait que des lecteurs paient pour les informations, mais sur des annonceurs. Désormais, ce modèle s’est écroulé et les journaux n’ont pas réussi à construire une riposte numérique. Même sur les plus petits marchés, Facebook et Google siphonnent les trois quarts des revenus numériques. Les médias se partagent les miettes: ce n’est pas suffisant pour construire un journalisme solide. Le Covid-19 a encore davantage décimé ce modèle basé sur la publicité. (…) Nous vivons une crise économique prolongée. Les médias survivaient avec de faibles marges, le Covid a accéléré leur chute”.

Q: Quels journaux perdons-nous?
“Aux Etats-Unis, on a perdu un quart des journaux qui existaient en 2004. La plupart de ceux qui ont disparu étaient de petits quotidiens ou hebdomadaires. Ils n’ont pas fermé du jour au lendemain: ils sont devenus hebdomadaires, et ça n’a pas marché, ils sont passés au tout numérique, et puis sont partis. En conséquence, la moitié des journalistes de presse écrite ont été licenciés depuis 2008. Nous avons encore 150 grands journaux régionaux. Même s’ils avaient de l’espoir au début de leur transformation numérique, ils n’ont pas été capables de générer du chiffre d’affaires, via la publicité ou les abonnements. Et les propriétaires ont radicalement changé: la plupart des grands groupes de journaux étaient cotés en Bourse, on savait ce qu’ils faisaient. Leurs nouveaux propriétaires sont des sociétés privées ou des fonds spéculatifs. Leur priorité est de verser des dividendes. Ils peuvent arriver et couper dans les budgets, de manière plutôt agressive. Ce qui m’inquiète aux Etats-Unis est que nous avons tendance à perdre des journaux dans les communautés qui ont de grosses difficultés, avec de forts taux de pauvreté. Ce sont pourtant elles qui ont le plus besoin d’information pour préparer un avenir meilleur”.

Q: Quels modèles économiques pourraient subsister?
“Un journal national comme le New York Times ou le Wall Street Journal peut appliquer une stratégie pour atteindre un nombre suffisant de lecteurs et les convaincre de payer. Mais un journal régional n’arrivera jamais à 5,5 millions d’abonnés! Des formules à but lucratif, non-lucratif, ou hybrides fonctionneront selon les endroits. Un propriétaire de journal créatif et rigoureux, qui souhaite investir sur le long terme, sur un marché avec un potentiel de croissance, a des chances de réussir. La presse papier survivra sous une forme ou une autre. Il y a dix ans, on prédisait que nous lirions tous des livres numériques aujourd’hui. Mais ils ont atteint leur pic il y a cinq ans! Il y a un avenir pour les hebdomadaires et les mensuels. A quelques exceptions près, on se rappellera avec nostalgie de l’ère des quotidiens, de cet instantané des dernières 24 heures”.

0 Comments

Laisser un Commentaire

Le PSG a bouclé le dossier Juan Bernat…

Le PSG a bouclé le dossier Juan Bernat…

Le Paris SG touche au but pour la prolongation de Juan Bernat, et ce, malgré les tentatives du FC Barcelone. «En cas de mauvaise proposition du PSG, nous serons là». Le FC...

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne