Ahmad Seegoulam démissionnaire de l’exécutif du PTr…

by | Aug 4, 2020 | Politique

“Arete bef travay, dinozor manze!”
• Il qualifie le nouvel arrangement politique Ptr-MMM-PMSD d’alliance “galimatia”
Ahmad Seegoulam, membre exécutif et ancien conseiller municipal, démissionne de toutes les instances du PTr. Domicilié à Camp Chapelon et membre très actif au sein du CLP de la circonscription no 1 (Port-Louis Ouest/GRNO), lors d’une conférence, à Port-Louis, en fin de matinée, ce lundi 27 juillet, exprime sa déception et son amertume. Il dit envisager de rejoindre le MSM, sous la férule du Premier ministre, Pravind Jugnauth.
“Ramgoolam habitué dir ‘bef travay, bef manze’ car dan les faits, nou trouve, ‘bef travay, souval manze’. Me azordi, nou pe dir arete bef travay, dinozor manze!”, s’insurge Ahmad Seegoulam, encadré d’un groupe de membres du CLP des rouges de No 1. Il déplore la non-reconnaissance du Ptr envers ceux qui œuvrent corps et âme pour le parti. “Depuis 1991, nous menons une lutte. Nous croyions dans les idéaux. En dépit de la défaite 57-3. Nous avions tenu tête et sommes restés pour poursuivre la lutte. Malgré la défaite de 54-6, nous étions toujours fidèles au poste. Après le retour du Ptr au pouvoir à l’issue des élections de 2005, nous avions remporté les municipales (…) Etant élu conseiller, on m’avait promis le poste d’adjoint au Lord Maire”, relate Ahmad Seegoulam. Cela avant de poursuivre : “Mais, à mon grand étonnement, en arrivant au conseil municipal, de conseillers et de ministres avaient magouillé pour faire élire une autre personne. Et pourtant, j’avais fini d’inviter ma famille et mes proches, dont mon épouse, mon père…C’était une grande humiliation !”, affirme-t-il.
Sans pour autant se laisser gagner par le découragement ou encore baisser les bras, le démissionnaire œuvre jusqu’aux élections générales de 2010. “Encore une fois, j’avais le droit légitime de devenir adjoint au Lord Maire, mais ils ont trouvé bon de magouiller. En marge de l’alliance MMM-Ptr en 2014, j’étais le Minority Leader au Conseil municipal de Port-Louis, lorsqu’il s’agissait d’installer un membre du Ptr à l’arrière d’un membre du MMM. Comme quoi, j’étais bon quand on évoluait dans l’opposition, mais non lorsqu’on est au pouvoir. Compte tenu du tollé qui a été soulevé personne n’a été nommé”, se remémore Ahmad Seegoulam.
Le membre exécutif démissionnaire du Parti Travailliste a qualifié le nouvel arrangement politique Ptr-MMM-PMSD d’alliance “galimatia”. “Le peuple doit comprendre qu’une telle alliance ne marchera pas. L’électorat se souvient de la première alliance Ptr-MMM en 1995 qui s’est soldée par une cassure”, a martelé, l’ancien conseiller municipal, domicilié à Camp Chapelon. “Le peuple n’est pas dupe non plus, car l’alliance électorale Ptr-MMM en marge des élections générales de décembre 2014, a volé en éclats le lendemain de la cuisante défaite. Pis encore, l’électorat se souvient encore de l’épisode, où l’on parlait de requin blanc, de pagla…”
Il s’est montré très critique contre la direction de son ancien parti : “combien temps pou ale kumsa! Nou pe kit Ptr” Cela avant d’ajouter : “Finn ler pou aret kouyonn dimoun. Zot dire ruptur avec le passe, me apre nou trouve mem dimoune..”
Par conséquent, Ahmad Seegoulam a dit envisager d’intégrer le MSM, dirigé par le Premier ministre, Pravind Jugnauth. “Il a fait ses débuts en tant que conseiller municipal, avant de devenir député, ministre Vice-Premier ministre et Premier ministre. Il mène un combat sans relâche contre le trafic de drogue”, a affirmé Ahmad Seegoulam. Pour ce qui est de son éventuelle intégration au MSM, il a souligné qu’une ligne de communication a déjà été établie.
Aussi, il n’a pas manqué de faire les éloges du Premier ministre à la tête du pays : amélioration des infrastructures, hausse de la pension de vieillesse qui est passée à Rs 9 000 actuellement avec promesse d’atteindre le cap de Rs 13 500 vers la fin de cette présente législature. Il a félicité le gouvernement pour sa gestion de Covid-19, le soutien aux salaires à travers le WAS, destiné aux employés dans le secteur du Tourisme et le SEAS à l’intention des Self-employed.
De ce fait, il fait référence au slogan Bef travay, bef manze, scandé par Navin Ramgoolam en 2014. “Au sein du Ptr, ils disaient Bef travay, bef manze. Ainsi, ils voulaient nous faire comprendre que l’accent allait être mis sur des jeunes et des personnes de la région, voire des gens de proximité…Mais aux élections générales de 2019, ils ont porté leur choix sur d’autres candidats. Zot choisir bann dinozor pou donn tickets. Combien temp bef pou travay ek dinozor manze?. Pa capav tou le temp kan eleksyon nou amenn la batay, me kan eleksyon fini, zot blier nou”, se demande Ahmad Seegoulam.
Pour le démissionnaire, “enough, is enough!” Il argue de connaître les quatre coins de la circonscription no 1. “Kan zot perdi , zot dir ki nou pa travay. Kan nou gagbe zot pa rekonet nou. A coze sa nou pe quit Ptr”
Ahmad Seegoolam soutient que l’élection d’un député rouge (Fabrice David, ndlr) aux législatives de 2019 est le fruit d’un travail accompli.

0 Comments

Laisser un Commentaire

LES ÉTATS-UNIS REMPORTENT LA SHEBELIEVES CUP…

LES ÉTATS-UNIS REMPORTENT LA SHEBELIEVES CUP…

Quatre à la suite pour les Américaines. Les doubles championnes du monde américaines ont pulvérisé l'Argentine 6 à 0 dans la nuit de mercredi à jeudi, grâce notamment à un...

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne