Le CITU- MTUC réclame un pacte social pour pouvoir aider les gens pauvres et faire progresser le pays

par | Juil 4, 2020 | Société

Les principaux dirigeants et membres du Congress of Independent Trade Union (CITU) et le Mauritius Trade Union Congress (MTUC) réclament un pacte social et veulent travailler ensemble avec le gouvernement et autorités concernées pour pouvoir aider les familles nécessiteuses et œuvrer dans l’intérêt du pays.

Le nouveau président du CITU, Deepak Benydhin, qui était entouré des autres dirigeants syndicaux à savoir, Dewan Quedou, Jugdish Baumee, Raffique Bahadoor et Dominique Marie, a, principalement parlé sur la réforme de pension et la Contribution Sociale Généralisé (CSG). Dans ce contexte, il a demandé au gouvernement de donner plus des détails précis sur ce sujet.

Dans un autre ordre d’idées, le syndicaliste a commenté le Marshall Plan, initié par le gouvernement pour combattre la pauvreté. A ce sujet, il a fait comprendre qu’il est disposé à donner un coup de main pour aider les gens qui font face à des difficultés pour survivre.

Par ailleurs, Deepak Benydhin a demandé au gouvernement et ministère de la Santé de revoir le système de santé à Maurice. Concernant le Il a aussi favorablement accueilli la démarche des autorités concernées d’encourager les planteurs de retourner vers la terre.

De son côté, le secrétaire du CITU, Dewan Quedou, a favorablement accueilli la décision du gouvernement de compenser les ‘front liners’ avec une somme de Rs 15 000. Toutefois, il a souhaité que cette mesure soit aussi applicable à d’autres travailleurs des municipalités et des conseils de districts qui font partie du secteur de ‘scavenging’.

Par ailleurs, le représentant du MTUC a demandé au gouvernement de revoir le fonctionnement du MITD. Il a aussi situé l’importance de la formation en faveur des fonctionnaires concernant la mise sur pied du Civil Service College.

Quant au secrétaire du CITU, Jugdish Baumee, il a fait ressortir que le CITU-MTUC organisera un atelier de travail où plusieurs invités exprimeront leurs points de vue sur la réforme de pension. Il a aussi fait état de licenciement dans le secteur de l’industrie sucrière.

Pour sa part, Raffique Bahadoor a axé son intervention sur la mise sur pied du Taxi Welfare Fund. Il a aussi souhaité que la Banque de Développement assouplisse les conditions concernant les taxis qui voudront emprunter des loans de Rs 100 000 avec ladite banque.

0 commentaires

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne