Attaques systématiques envers la famille Jugnauth…

by | Jul 28, 2020 | Actualités, Opinion, Société

Politiciens et sociétés civiles montent au créneau
Depuis quelque temps, il y a une campagne de “zett la boue ” à l’égard de la famille Jugnauth tout particulièrement contre la première dame du pays Kobita Jugnauth et ses enfants. En effet, il n’y a pas une semaine sans que cette section de la presse fasse des attaques personnelles pour nuire à leurs personnes. La dernière en date c’est l’article sur la fermeture des frontières. Kobita Jugnauth ou encore ses filles n’ont rien à voir avec la politique active, pourquoi tout cet acharnement envers eux ?
Tout comme Le Xournal, des politiciens ainsi que des membres de la société civile se sont montés au créneau pour dénoncer ces dérives. Nous vous proposons un condensé des réactions.
Teenah Jutton, PPS :
« Il faut qu’on cesse avec tous ces stéréotypes envers la femme »
La PPS Teenah Jutton trouve malheureuse que certains « pseudos » journalistes et une section de la presse font des attaques systématiques à l’encontre de la famille Jugnauth en particulier l’épouse du Premier ministre. « C’est triste de voir certains titres de presse de descendre aussi bas en faisant des attaques gratuites contre une femme avec pour but d’égratigner sa dignité », exhorte-t-elle. D’ajouter : « Il est vraiment malheureux de constater que, dans une société où nous voulons donner à nos filles et à nos femmes les moyens de se prendre en charge et où nous voulons essayer de réduire la violence fondée sur le sexe, il existe toujours ces genres de comportement. Il faut qu’on cesse une bonne fois pour toutes avec tous ces stéréotypes envers la femme ».
Poursuivant sa lancé, la députée de la circonscription no 11 Vieux-Grand-Port/Rose-Belle estime que ces attaques personnelles n’ont pas sa place dans une société pluriculturelle comme la nôtre. Elle lance un pressant appel aux journalistes à un peu plus de retenue et de ne pas s’engluer dans de telles bassesses qui n’apportent rien aux débats publics. D’ailleurs, elle se dit également remontée par la publication d’une photo des enfants du Premier ministre toujours par cette section de la presse. « Je trouve cela très vilain de la part de ce journal en question de venir s’attaquer à des enfants qui ne peuvent même pas se défendre », fustige-t-elle.
D’autre part, la PPS Teenah Jutton demande à la population de ne pas prêter attention aux oiseaux de mauvais augures qui n’essaieraient par tous les moyens de mettre un terme au progrès du pays avec la publication des fausses nouvelles. « Il semble qu’il y ait une conspiration de la part de certains journalistes à venir salir l’image de la première dame de même que certains membres du gouvernement. Qu’ils cessent avec ce vilain jeu », fulmine-t-elle.
Subashnee Luchmun Roy, députée de la circonscription no 4 :
« Inacceptable et aberrant »
Subhasnee Luchmun Roy, députée de la circonscription no 4 (Port-Louis Nord/ Montagne Longue) se dit également très remontée contre les « coups bas » et les attaques systématiques de certains journalistes contre la famille du Premier ministre et tout particulièrement contre Kobita Jugnauth. « Il est malheureux de constater que certains journalistes ne font vraiment pas honneur à ce noble métier. Je trouve cela vraiment inacceptable et aberrant le fait que certains journalistes viennent salir l’image d’une femme dans l’espace public », s’insurge-t-elle.
D’emblée, la députée de Port-Louis Nord/ Montagne Longue dit ne pas comprendre que d’un côté, on veut à ce qu’il y ait plus de femmes dans la politique mais de l’autre côté, on salisse l’image de la femme dans la presse. « Je ne dis pas que la presse n’a pas le droit d’émettre des critiques mais il faut que les critiques soient constructives », dixit-elle.
Kalpana Koonjoo Shah, ministre de l’Egalité des genres et du Bien-Être de la Famille :
« Je dénonce avec force cette campagne de dénigrement »
La ministre de l’Egalité des Genres et du Bien-Être de la Famille, Kalpana Koonjoo-Shah dit condamner sévèrement cette campagne de dénigrement dont une section de la presse est en train de mener contre la première dame. « Je suis très révoltée par cette campagne de dénigrement d’une section de la presse à l’égard d’une femme mauricienne et sa famille. C’est aberrant », fulmine-t-elle.
La ministre de l’Egalité des Genres se questionne également sur le vrai rôle d’un media responsable. « Je pense que les médias ont le devoir d’informer et que les informations publiées doivent être utiles aux lecteurs. Malheureusement, je constate qu’il y a des vidéos et autres articles de presse qui ne contiennent aucune information mais plutôt des allégations et des attaques de dénigrement », s’insurge-t-elle.
Paradoxalement, Kalpana Koonjoo-Shah se dit étonnée par cette campagne de dénigrement contre une femme mauricienne et sa famille dans un moment ou on parle de l’égalité des genres, le respect des femmes et le bien-être de la famille. « Alors que nous réclamons que les femmes mauriciennes occupent de fonctions de haute responsabilité dans le pays et exigeons qu’il y ait plus de femmes au Parlement, nous salissons la réputation de la femme, elle-même », poursuit la ministre de tutelle.
Showkutally Soodhun, ambassadeur en Arabie Saoudite et ancien politicien :
« Cette situation me dégoûte »
Showkutally Soodhun, ambassadeur en Arabie Saoudite et ancien vice Premier ministre déplore également le traitement qui est réservé à l’épouse du Premier ministre. Pour Showkutally Soodhun, il est clair qu’il y a une campagne de dénigrement contre Kobita Jugnauth. Il s’est exprimé sur cette polémique dans une vidéo enregistrée en Arabie saoudite qu’il a publiée sur sa page Facebook. « Cette situation me dégoute. Je ne vais plus jamais faire de la politique », dit-il.
Dorine Chukowry, PPS et députée de la circonscription no 1 :
« C’est scandaleux ! »
La PPS Dorine Chukowry se dit très déçue devant l’attitude de certaines personnes vis-à-vis de la famille Jugnauth. L’élue de la circonscription n° 1 (Port-Louis Ouest/GRNO) parle d’une campagne de dénigrement dont feraient l’objet l’épouse du chef du gouvernement et sa famille. « C’est scandaleux !» dénonce-t-elle avec force. D’ajouter : « ce n’est pas possible qu’une section de la presse puisse se permettre de s’acharner sur les membres de la famille Jugnauth de la sorte. Il ne faut pas oublier que ce sont les membres de cette même famille à commencer par le père soit Sir Anerood Jugnauth et maintenant son fils en l’occurrence Pravind Jugnauth qui ont beaucoup contribué aux développements sociaux et économiques du pays. »
L’élue de la circonscription n° 1 affirme ne pas comprendre les agissements de cette section de la presse dans un moment où on parle de l’égalité des genres et de l’émancipation de la femme mauricienne. « Nous souhaitons que les femmes occupent des postes à responsabilités en politique et qu’il y en ait plus au Parlement. Et en même temps, de l’autre côté, certains salissent la réputation d’une femme ek pe trenn so nom dan labou !», s’insurge-t-elle. Cette dernière lance un pressant appel aux bons sens des journalistes de cette section de la presse de cesser avec tout cet acharnement contre la première dame.
Anishta Seesurrun, presidente de l’ONG Flame of Phoenix :
« Je n’accepte pas ce style de journaliste genre ‘people closer’ »
La présidente de l’ONG Flamme of Phoenix, Anishta Seesurrun estime que la liberté de la presse doit connaître les limites de la liberté fondamentale d’autrui.
« Il est toujours aisé de ne pas respecter les libertés des femmes de notoriété publique. Il faut constater que le traitement journalistique des hommes publics est beaucoup moins dégradant sur leur vie privée, preuve d’une société mauricienne qui reste malheureusement très misogyne en 2020. J’ose espérer avancer vers une société mauricienne moderne où la femme mérite le même respect que les hommes comme on peut le voir dans les sociétés du nord de l’Europe comme la Suède, où la femme a une place prépondérante dans la société, dans la vie publique, et les journalistes respectent la vie privée et le statut de la femme. Je n’accepte pas ce style journalistique type revu “people closer” qui n’est pas digne d’une société moderne mauricienne ».
Certains médias et journalistes en prennent également pour leur grade. « J’invite les journalistes dinosaures à respecter la vie privée de femmes publiques et à se former à comprendre l’avenir de la société mauricienne, où la femme a toute sa place pour participer à la vie économique et politique de notre pays», s’insurge-t-elle. D’ajouter : « Carton rouge pour ses journalistes, ils ont dénigré Aurore Perraud du PMSD il y a quelque temps sans oublier Joanna Bérenger du MMM et maintenant, il s’agit de la première dame de Maurice ! Quelle image archaïque que ces journalistes vendeurs de papier donnent à Maurice à l’international !»
Serge Antoine, leader du Mouvement National Mauricien :
« Je condamne certains articles de presse qui se réfèrent aux enfants de la première Dame »
Le parti politique Mouvement National Mauricien (MNM) prend position contre les attaques systématiques de certains journalistes envers la famille du Chef du gouvernement. Dans une déclaration a la presse, le leader du MNM dit regretter cet acharnement de certains journalistes à l’égard de la famille du Premier ministre. « Je condamne certains articles de presse qui se réfèrent aux enfants de la première Dame », s’insurge-t-il. D’autre part, Louis Serge Antoine avance que le gouvernement a su gérer la pandémie de la Covid-19 de manière efficace et n’arrive pas à comprendre les attaques de la presse.

0 Comments

Laisser un Commentaire

Dernière édition

Le Xournal
Lire en ligne

Xournal Dimans

Le Xournal
Lire en ligne